[Squat] La police travaille à Lausanne

Lausanne. Les flics foutent un GROS merdier au squat de la Montgolfière

À 8h30 ce matin, les flics sont entrés de force dans le squat de la Montgolfière, situé à l’Avenue Louis-Ruchonnet depuis le 20 novembre 2011 face au refus des habitants de leur ouvrir la porte. Le prétexte : un mandat de condamnation, et un autre, de perquisition/identification suite à une plainte de la propriétaire. Cinq personnes ont été arrêtées, retenues en garde à vue jusqu’à 14h30.

Quatre habitants sont alors montés sur le toit et ne sont redescendus qu’aux alentours de midi. Entre-temps, des amis sont venus apporter leur soutien, en gambadant autour de la dite « maison aux volets bleus » (cf. médias bourgeois).

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1326272688.jpg

Les flics se sont surpassés dans la destruction de ce lieu de vie et d’activités en arrachant notamment les portes d’entrée, en défonçant/retournant/jetant des canapés, des bancs, etc., ou encore en déracinant des plantes. Des mezzanines des chambres à coucher ont été abattues, des liquides douteux maculent les matelas et finalement le sol de chaque étage est encombré de débris.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1326272710.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1326274503.jpg

Au sous-sol, les flics ont sorti deux guitares de leur housse pour les briser, de la peinture et d’autres liquides sucrés ont été déversés sur du matériel audio. En bref, il ne s’agissait pas pour les flics de perquisitionner des objets potentiellement illégaux, mais bel et bien de détruire l’intérieur de la maison.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1326272757.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1326274468.jpg

SOLIDARITÉ AVEC LE SQUAT DE LA MONGOLFIÈRE !

Le Réveil, 10 janvier 2012.


Lausanne : des squatters réfugiés sur le toit

Les occupants d’une maison du centre-ville, vouée à la démolition, sont montés sur le toit ce matin. Ils craignaient leur évacuation par la police.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1326272160.jpg

D’habitude paisible, l’avenue André-Schnetzler est occupée ce mardi matin par la police, ainsi que par la grande échelle des pompiers. Plusieurs jeunes étaient perchés sur le toit d’une maison destinée à la démolition. Selon Anne Plessz-Glatz, porte-parole de la police municipale, les agents n’étaient intervenus dans ce squat que pour signifier aux occupants un mandat de comparution. La situation a dérapé.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1326272199.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1326272465.jpg

Squattée depuis novembre dernier par plusieurs jeunes – une dizaine, estime la police – la petite maison aux volets bleus est dans l’attente de sa destruction pour un nouveau projet immobilier. « Son propriétaire a porté plainte pour occupation illégale », précise Anne Plessz-Glatz. De leur côté, les squatters se sont institués en Collectif Turbo-Mongol et invitaient les passants à une tasse de thé. Un concert était prévu le 21 janvier.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1326272221.jpg

Suite à la plainte, les squatters devaient se présenter devant la police judiciaire. A l’arrivée des agents, ils se sont barricadés et ont grimpé sur le toit. « La police veut nous évacuer ! » tel était le message adressé aux médias. Pour l’heure, le dialogue est donc rompu. Ou presque, car cinq ou six jeunes ont été interpellés afin d’être identifiés. Quant à ceux restant sur le toit, la police compte les convaincre de redescendre calmement grâce à la présence d’un médiateur.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1326272393.jpg

Vers 11 h 30, les palabres ont finalement porté leurs fruits. Les occupants du toit ont accepté de quitter de leur perchoir sans autre incident. « Tous les occupants de la maison ont pu être identifiés », précise la police lausannoise.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1326272488.jpg

Leur presse (Alain Détraz, 24Heures.ch), 10 janvier 2012.


Dix occupants déférés devant la justice

La police de Lausanne est intervenue mardi matin dans un squat de l’avenue Ruchonnet à la demande d’un procureur. Les occupants ont été identifiés et seront déférés notamment pour violation de domicile et violences contre les fonctionnaires.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1326274781.jpgHuit inspecteurs se sont présentés à la porte du squat de l’avenue Ruchonnet. Ils devaient identifier les occupants des lieux, leur notifier un mandat de comparution et effectuer une perquisition des lieux, suite à la plainte du propriétaire pour violation de domicile, a communiqué la police de Lausanne mardi.

Les squatters ont commencé par se barricader dans la maison. Puis ont lancé des projectiles sur les forces de l’ordre. En milieu de matinée, six d’entre eux ont été amenés à l’hôtel de police pour y être identifiés et auditionnés.

Quatre personnes, réfugiées sur le toit, ont accepté après deux heures de négociations, de descendre à tour de rôle pour être identifiées. Les dix occupants seront dénoncés pour violation de domicile et violences contre les fonctionnaires, selon leur degré d’implication.

Leur presse (ats), 10 janvier 2012.

This entry was posted in Luttes du logement, Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged , . Bookmark the permalink.

1 Response to [Squat] La police travaille à Lausanne

  1. rien says:

    tu peux flouter ou retirer les photos des camarades. cimer.

Comments are closed.