[Paris] La police travaille au comissariat du 3e arrondissement

Frappé par un policier pour avoir sifflé « L’Internationale »

Tabassé par un policier au commissariat du troisième arrondissement de Paris pour avoir sifflé L’Internationale. C’est ce qu’affirme Denis Godard, 47 ans, qui a déposé plainte vendredi dernier pour violences volontaires aggravées, rapporte ce lundi le site internet Médiapart. Il souffre d’une fracture du plancher de l’orbite (l’os situé sous l’œil) avec douze jours d’interruption temporaire du travail (ITT). La préfecture de police de Paris a indiqué ce lundi que l’inspection générale des services (IGS) avait été saisie.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1326270605.jpg

Le même jour, vers 5 heures du matin, Denis Godard a été interpellé en état d’ébriété rue Beaubourg à Paris, par des policiers de la brigade anticriminalité, alors qu’il se trouvait avec deux de ses collègues. « Nous avions consommé de l’alcool, nous cherchions un taxi et Denis a accroché un scooter avec sa sacoche, on l’a relevé, mais les policiers n’ont rien voulu savoir et ont embarqué Denis », explique à Mediapart l’une de ses collègues.

« Il a répondu qu’il savait faire et avait l’habitude »

Au commissariat du troisième arrondissement, Denis Godard aurait été placé sur un banc dans un couloir bordé de cellules. « Je me suis mis à siffler l’Internationale, ce qui m’est passé par la tête », raconte-t-il au site Internet. « Un policier m’a dit qu’il fallait que j’arrête car « J’emmerdais tout le monde, ceux qui travaillaient et ceux qui dormaient ». »

Mais il persiste. Selon son témoignage, le policier aurait alors fermé la porte donnant sur le hall du commissariat, les isolant tous les deux, et l’aurait frappé au visage, une seule fois et la main ouverte. « Je lui ai dit qu’il n’avait qu’à continuer comme ça, car les choses se verraient. Il a répondu qu’il savait faire et avait l’habitude », ajoute la victime présumée.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1326271143.png

Après quelques heures en cellule de dégrisement, Denis Godard est passé devant un officier de police judiciaire, qui a pris sa plainte. Son coquard « commençait à enfler ». Examiné le lendemain aux urgences médico-judiciaires de l’Hôtel Dieu, les médecins ont diagnostiqué une fracture du plancher orbital. Denis Godard pourrait devoir subir une opération chirurgicale, car un nerf innervant la moitié du visage serait touché, souligne Mediapart.

Leur presse (Bérénice Dubuc, 20Minutes.fr), 9 janvier 2012.

This entry was posted in Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged . Bookmark the permalink.

1 Response to [Paris] La police travaille au comissariat du 3e arrondissement

  1. Pingback: L'ALSACE LIBERTAIRE » Les dessous de l’Affaire

Comments are closed.