[Collectif Lieux Communs] CQFD

Le louche naïf Yves Coleman s’est fendu d’une réplique à la dernière tentative, assez maladroite et insignifiante, des petits hortefeux de Paris-VIII de sortir de la fosse à purin où nous les avons (re)poussés, dans laquelle il écrase (un peu trop ?) facilement ses ex-compères fargettistes, et balance un pseudo-provocateur nazi anonyme (« X ») tout en trouvant des excuses à son « ami » Fargette. C’est en tout cas un exemple édifiant de la misère abyssale des « discussions politiques » ou « militantes » organisées à Paris.

No pasarán !

F.

This entry was posted in General. Bookmark the permalink.

2 Responses to [Collectif Lieux Communs] CQFD

  1. con says:

    j’ai pas compris
    ça sert a quoi ce truc

  2. Yves Coleman says:

    Ce serait sympa, si vous avez le temps et l’envie, de me dire en quoi je serais un individu « louche »… Juste pour mon information personnelle… Vous pouvez m’envoyer un mail perso, inutile d’encombrer votre site avec cela…

    Quant à Guy Fargette, je « n’excuse » rien du tout, vous m’avez mal lu depuis 9 ans; j’essaie seulement dans cette lettre que je rends publique pour éclairer une polémique (en fait deux, car Fargette s’est fendu récemment de plusieurs articles contre Ni patrie ni frontières qui finiront sans doute sur Internet eux aussi) de tenter d’expliquer l’évolution politique de quelqu’un de sincère et d’honnête (Guy), qui a toujours refusé toute promotion dans sa boîte, ce que beaucoup de gauchistes et d’ultragauches ou de libertaires ne font pas; qui a toujours refusé d’être cadre, ce que beaucoup de pseudo-révolutionnaires, autonomes, ultragauches, trotskystes, altermondialistes, anarchistes, n’auraient pas refusé dans sa position.

    Cette attitude-là (refuser d’entrer dans les rangs de la petite-bourgeoisie salariée, ou dans la « classe de l’encadrement » comme dirait Alain Bihr) au moins je respecte, car elle coûte cher à celui qui la tient et la maintient pendant des décennies, comme cela a été le cas de Guy. Et il l’a fait discrètement, sans s’en vanter ou en tirer gloire.

    Pour le reste, sa lente dérive théorique depuis quelques années est affligeante, et très grave d’un point de vue politique.

    Enfin, la pseudo différence ou opposition entre des discussions parisiennes, (vous oubliez les banlieusards de Lieux communs) et provinciales que vous évoquez dans votre commentaire est totalement absurde à l’époque des listes de discussion internationales auxquelles n’importe qui peut participer quelle que soit sa position géographique….

    Si la décomposition et la décadence du gauchisme et de l’ultragauche était seulement parisienne, cela serait une très bonne nouvelle !

    Cela voudrait dire que le reste de la planète (et pas simplement de la Gaule et du Jura) discute de façon productive et non sectaire.

    Vous me permettrez d’en douter !

Comments are closed.