Nouvelles du Sud tunisien

Gafsa : La tension monte de plusieurs crans

Les événements sont allés, hier, crescendo et la tension est montée de plusieurs crans à Gafsa, au point qu’elle offrait l’image d’une ville en état de siège.

Au sit-in des diplômés de l’enseignement supérieur qui se poursuit depuis quelques jours devant le siège de la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG) s’est jointe une manifestation imposante de protestation contre le chômage des jeunes et la non-satisfaction de leurs revendications.

Certains parmi les manifestants n’ont pas hésité à brûler des pneus et à dresser des barricades sur les routes, empêchant les automobilistes de quitter la ville ou d’y entrer.

D’autre part, des citoyens de la délégation d’El Ktar (se trouvant à 17 km de Gafsa) se sont rassemblés devant le siège du gouvernorat exigeant à ce que le gouverneur de la région leur trouve une solution à l’absence du délégué de leur ville qui n’a pas rejoint son poste depuis quelque temps.

Les protestataires d’El Ktar appellent à une solution urgente préservant leurs intérêts qu’ils estiment durement touchés. Ils appellent également à la réouverture du siège de la délégation d’El Ktar et au retour aux activités administratives normales.

Leur presse (La Pravda de Tunisie, 6 décembre 2011)


Tunisie – Le bureau de l’IRIE Gafsa et le siège de la CPG saccagés malgré le couvre feu

Malgré le couvre feu, le bureau de l’Instance régionale indépendante pour les élections (IRIE) de Gafsa a été saccagé dans la nuit de lundi à mardi 6 décembre 2011. Du matériel informatique dont trois PC et des photocopieuses ainsi que des tables et des chaises ont été volés.

Le bureau a été mis sens dessus dessous, vitres brisées et portes et fenêtres cassés, selon une déclaration de Me Ibrahim Saoudi membre de l’IRIE Gafsa à Shems Fm. Des jeunes âgés de près de 20 ans ont été interpellés en flagrant délit par l’armée et les forces de sécurité.

En outre et selon la TAP, ce même groupe s’est attaqué au siège social de la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG), qui se trouve à proximité de l’IRIE. Il a détruit le poste des gardiens, la face avant du bâtiment ainsi que quelques véhicules stationnés devant les locaux. Les forces de sécurité ont usé de gaz lacrymogène pour disperser les saccageurs.

Des sources sécuritaires ont indiqué à la TAP que trois personnes ont été arrêtées ayant un casier judicaire. (…)

Leur presse (BusinessNews.com.tn), 6 décembre 2011.


La cimenterie de Gabès n’est plus fonctionnelle

Des agents d’une entreprise de gardiennage travaillant pour le compte de la société des Ciments de Gabès (SCG) ont observé, lundi 5 décembre 2011, un sit-in devant le siège de la société et bloqué l’accès à l’édifice.

Ils revendiquent leur intégration parmi le personnel de la société, appelant à mettre fin à l’exploitation subie sous le régime de la sous-traitance. (…)

Leur presse (TAP, 5 décembre 2011)

This entry was posted in L'insurrection tunisienne et ses suites and tagged , . Bookmark the permalink.

1 Response to Nouvelles du Sud tunisien

Comments are closed.