[Narbonne] Les journaflics travaillent

Ce squat qui angoisse les riverains

Tous se plaignent : riverains, commerçants et nombre de passants. Ce squat installé au n° 4 de la rue Louis-Blanc, en plein cœur de ville, trouble manifestement la tranquillité des Narbonnais. Depuis la fin du mois d’août, une quinzaine de « sans domicile fixe » a pris possession de cet immeuble de trois étages. Les propriétaires, demeurant en région parisienne, restent, pour l’heure, injoignables. Une main courante a été déclarée au commissariat. Les plaignants évoquent « des feux allumés dans la cour, des chiens qui aboient toute la nuit, des bagarres fréquentes entre ces sans-abri alcoolisés et drogués ».

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1319080561.jpg

Ils parlent « de tapage nocturne incessant ». L’un des mécontents insiste : « Le 5 octobre dernier, dans la soirée, j’ai fait appel aux services de la police nationale par trois fois, au téléphone, on m’a promis qu’une patrouille allait se déplacer… Personne n’est jamais venu. » Une commerçante l’affirme : « J’ai été agressée, insultée, c’est insupportable ! »

Les riverains prévoient maintenant de lancer une pétition.

« La police municipale s’est déplacée. Depuis, ces SDF se sont un peu calmés, mais le véritable problème reste. Rendez-vous compte, ils font des feux tous les soirs avec des cagettes, alors qu’ils sont complètement ivres ! Il va y avoir un drame ! » Ce ne sera pas faute d’avoir alerté les pouvoirs publics.

Leur presse (Nicolas Boussu, L’Indépendant), 14 octobre 2011.

This entry was posted in Luttes du logement and tagged , . Bookmark the permalink.