Grèce : des étudiants interrompent le journal télévisé

 

Un groupe d’étudiants a envahi les studios de la chaîne nationale dimanche soir pour contester la réforme des universités.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1317089804.jpg

Un groupe d’étudiants grecs a fait irruption, dimanche soir 25 septembre, au siège de la chaîne de télévision publique, entraînant l’interruption des émissions, a annoncé un porte-parole du gouvernement. Au même moment la police faisait usage de gaz lacrymogènes contre une manifestation d’étudiants à proximité du Parlement.

« Il y a eu occupation de la chaîne de télévision publique NET et nous œuvrons au rétablissement de la situation », a déclaré à l’AFP le porte-parole du gouvernement Elias Mossialos.

Une cinquantaine d’étudiants a pénétré dans les locaux du siège de la chaîne avec, selon la police, l’intention de diffuser un message s’opposant à la réforme des universités. Cette réforme a provoqué des protestations et des sit-ins dans plusieurs facultés. Mais les responsables de la chaîne ont repoussé leur demande.

Manifestations contre la politique économique du gouvernement

À l’extérieur du Parlement, dans le centre d’Athènes, la police a fait usage de gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants hostiles à la politique économique du gouvernement, qui bloquaient une avenue du centre de la capitale passant devant le Parlement, a constaté un photographe de l’AFP.

Quelque 2.000 personnes se sont rassemblées sur la place Syntagma, foyer des manifestations organisées contre le gouvernement par le mouvement des « indignés », qui a pris pour modèle celui des manifestants espagnols.

Les manifestants sont plus particulièrement en colère contre une taxe controversée sur les salaires, contre la diminution des pensions et contre l’augmentation de la TVA. L’austérité, réclamée par les bailleurs de fonds de l’UE et du FMI, qui se poursuit pour la deuxième année consécutive, a donné lieu à de nombreuses manifestations.

Leur presse (Le Nouvel Observateur avec AFP), 26 septembre 2011.

This entry was posted in L'insurrection grecque de décembre 2008 et ses suites. Bookmark the permalink.