Des infos du No-TAV (nord de l’Italie)

Les Brigades Internationales sont toujours au NO-TAV (nord de l’Italie).

Voir les infos postées il y a deux jours sur indymedia bxl à ce sujet.

Dernières actions en date :

Jeudi dernier, la BATTITURA, s’est déroulée avec plus de 300 personnes dans les bois montagneux aux abords du chantier entre 23h et 1h du matin. Bilan des affrontements : trois flics « blessés », 0 arrestations ni blessés de notre côté.

Ce samedi s’est déroulée une manifestation qui comptait près de 50’000 personnes dans les sentiers montagneux de la Vale di Suza. À l’heure où nous rédigeons ses quelques lignes, tout le monde est retourné sur le campement. Des milliers de pesonnes ont débarqué de toute l’Europe. Beaucoup de groupes venant de France.

Les quatre Français du campement qui étaient poursuivis pour « vol aggravé » sont finalement sortis de prison après quatre jours de préventive !!! Ils se sont fait expulser d’Italie ce matin avec interdiction de revenir sur le territoire !

À partir de lundi, le campement est sensé se déplacer pour se rapprocher encore un peu du chantier en construction.

La lutte continue et vous êtes plus que jamais attendus ici (pour arriver jusque là, voir les infos postées il y a deux jour sur indymedia bxl).

Ci- joint, le communiqué des comités officiels NO TAV (des habitant de la Vallée) concernant les procès et les accusations fait contre le « black Blok », traduit par nos soins un peu à l’arrache…

D’autres infos suivront encore.

Ora e sempre : resistanza !

 

*Republica Libera della Maddalena, le 29 juillet 2011*

*Écrit en réponse à ceux qui considèrent le mouvement « NO TAV » comme un repère de brigands !*

*Nous sommes tous coupables !*

Nous sommes citoyens de Chiomonte, mais pas seulement.

Nous sommes de la Valle di Susa, mais pas seulement.

Nous sommes des habitants de la commune, nous travaillons dans la vallée, nous vivons à l’endroit même où nous espérons voir grandir nos enfants, et nous luttons comme nous le pouvons contre le pouvoir de personnes qui ne sont en rien intéressées par notre destinée, ni par celle de notre terre. Nous ne sommes pas disposés à permettre la construction d’un chantier dévastateur, dans tous les sens du terme : économique, environnemental et social.

Face à nos revendications légitimes, que nous portons depuis maintenant plus de vingt ans, vous n’avez jamais eu le courage de répondre avec loyauté et vous avez préféré les lâches armes que sont la diffamation, le dénigrement et l’indifférence, jusqu’à atteindre la solution extrême, inacceptable dans un pays démocratique, de l’occupation militaire de la future « zone de chantier », en plein milieu d’un territoire agricole sur lequel les gens n’ont désormais plus le droit de se déplacer librement.

Contre la main violente de la loi et de ses exécuteurs matériels, nous sommes impuissants. Et si certains d’entre nous ont choisi la violence pour réaction, ils ne luttent contre vous néanmoins pas à armes égales, et ce parce que nous avons tout à perdre, et vous, vous êtes protégés par la « Loi », la même loi qui, ci et là, est manipulée par les parlementaires, vos patrons, pour leurs intérêts propres !

Nous pourrions dire la même chose de ceux que vous accusez, aujourd’hui comme hier, « d’outrage à autorité publique ».

Sans vous rendre compte de l’offense que vous nous faites à nous, citoyens qui n’avons commis aucune faute, si ce n’est celle d’habiter dans une zone « stratégique » pour les partisans del malaffare (NDLR : ne se traduit pas en français, mais se comprend très bien !) qui au dialogue pacifique choisissent la contre-proposition violente et la répression.

Même s’ils n’ont pas la parole, nos cœurs et nos esprits pourraient vous rétorquer les mêmes choses qui vous sont dites par ceux qui subissent l’inculpation « d’outrage à l’autorité publique ». Ainsi, en étant tout à fait conscients d’être du « bon côté », nous manifestons notre pleine solidarité à toutes les victimes d’une mesure injuste et lâche, nous nous déclarons à notre tour, TOUS COUPABLES !

Rédigé par les comités NO TAV, et tous ceux qui cherchent à s’opposer à la politique del malaffare. Traduit en français, un peu à l’arrache, dans la nuit 29/7/11 en République Libre de Maddalena par des Brigades Internationales insomniaques.

 

Republica Libera della Maddalena, le 2 août 2011

*Fin du campement et naissance d’une nouvelle occupation de résistance*

Après 37 jours de la déclaration de la République Libre de la Maddalena, le 27 juin 2011, quelques milliers d’hommes en armes issus des différents corps des forces de l'(dés)ordre ont occupé militairement l’espace jadis libéré, après plusieurs heures de résistance des partisans de la cause NO TAV.

À partir de ce jour, s’est reconstituée une nouvelle occupation de l’espace qui s’est concrétisée par la construction du Campement de Résistance aux alentours de la centrale électrique de Chiomonte. Ce campement s’est officiellement terminé dimanche 31 juillet après une manifestation de plusieurs milliers de personnes.

Néanmoins, la fin du campement ne correspond en rien avec la fin de l’expérience de vie et de lutte de ces derniers mois autour du mouvement NO TAV. En conséquence, l’Assemblée du Campement de Résistance a décidé de relancer une initiative de permanence non loin de la centrale électrique et a ouvert un nouveau front de résistance du côté de Clarea, à l’endroit même où se développe le chantier du TAV.

Nous invitons toutes et tous à nous rejoindre et à participer, à continuer l’expérience de la République Libre della Maddalena sur ce territoire désormais soustrait à la souveraineté de l’État central et transformé pour l’occasion en un lieu où se partagent nourriture, discussions, musique et des activités pratiques de résistance. Ce lieu s’attèle en un mot à redécouvrir le sens de la Communauté Humaine.

Ceci est un appel à toutes et tous pour venir à Chiomonte, pour continuer la Résistance autant du côté de la centrale (lieu de l’ancien campement) que du côté de Clarea.

La nouvelle Occupation de Résistance de Garavela accueille dès à présent les tentes, les caravanes, et autres camping-cars, mais aussi des espaces de concerts, un cineforum, une cuisine collective, un bar, le (désormais) mythique four à pizze Brusa TAV, et toutes les autres idées et pratiques d’expérimentation collectives. Nous grandissons et nous contaminons les espaces voisins.

Nous t’attendons pour combattre le projet du TAV et pour vivre ensemble.

Tous les soirs, à 18h30, se tient l’Assemblée Populaire de l’Occupation de Résistance.

Voici le programme de ces prochains (en plus de la construction du nouveau campement dans les arbres de la Clarea) :

Jeudi 4/8 à 21h : « L’escalade de la militarisation de l’espace, de l’Afghanistan au Val de Suza » – Intervention de Marco Rossi, auteur de Afghanistan senza pace (« Afghanistan sans paix »).

Samedi 6/8 à 21h : Alessio Lega de Milan – chants de lutte et de protestation.

Tous les dimanches à 21h : Cineforum (le programme encore à définir).

Et tant d’autres actions et initiatives de luttes et de résistances.

Plus d’infos : accesplorativo@yahoo.it tel : (0039)346393950

L’Assemblée de l’Occupation de Résistance de Gravela (traduit, à l’arrache, par des Brigades Internationales (insomniaques), le 3 août 2011)

 

République Libre de la Maddalena, le 6 août 2011

Communiqué des arrêtés du mercredi 3 août à Avigliana

Mercredi 3 août, après le réveil bruyant, aux sons des casseroles, que nous avons imposé aux forces d’occupation policières, devant l’Hotel Ninfa de Avigliana (notons que l’action se déroulait sans aucune tension, menace ou incursion dans le dit bâtiment), nous nous sommes fait arrêtés par la police pendant que nous nous rendions sur le parking en vue de repartir une fois l’action bruyante terminée.

Ils sont venus nous prendre nos documents d’identité, ont fouillé nos sacs et distribué des amendes sous couvert de prétextes fallacieux (un phare de voiture amoché, une ceinture de sécurité pas attachée…).

Après deux heures de fouille sous le soleil par la Digos (NDLR : sorte de police politique), nous sommes tous embarqués dans les fourgonnettes des carabinieri et conduits au commissariat de Suza pour une identification « plus détaillée ».

Après environ quatre heures (dans la cellule temporaire), comme une autre d’identification ne semblent pas suffisantes nous sommes apportés à la préfecture de police de Turin, dans les études médico-légales, où, en plus des clichés biométriques, nous sommes également soumis à la prise des empreintes digitales. Trois d’entre nous sont retirés du groupe et chargés dans trois voitures différentes (accompagnés par des agents de la Digos) en direction de nos maisons à la recherche d’armes, d’explosifs et d’outils de cambriolage. Les recherches sont toutes les trois « non-concluantes » mais des ordres d’expulsion (NDLR : en italien : Foglio di Via) sont néanmoins publiés à leur encontre par les villages de Avigliana, Susa, Gravesend, Chiomonte, Exilles Giaglione (NDLR : l’ensemble des villages composant le Val di Suza).

Environ 21 détenus sont libérés un par un. Le Foglio di Via est un ancien instrument juridique fasciste qui n’était plus utilisé depuis des décennies, mais qui est revenu au premier plan pour enlever des personnes « dérangeantes » par certains endroits. Ceci suggère que l’État n’est plus (ou peut-être qu’il n’a jamais été), que cette institution dans laquelle de nombreux démocrates veulent croire, mais seulement un État fascisto-policier qui réprime par les tentatives physiques et morales de réduire au silence les personnes qui ont encore le courage de lever la tête et de protester contre quelque chose qui ne leur convient pas ! Ces Foglio di Via sont uniquement sur la confirmation de ce qui se passe dans le Val di Susa, de l’importance de la lutte qui s’y développe tous les jours et, force est de constater que les autorités concernées n’ont pas d’autre solution que de priver les gens de la liberté de circuler et de s’exprimer librement sur leur propre terre !

Même les perquisitions ne sont rien de plus que des actes d’intimidation pour décourager le mouvement et ses rhizomes. Ils veulent nous faire passer pour des criminels parce que nous défendons notre terre et notre avenir, mais nous ne nous arrêterons pas ! Il n’y aura pas de restriction à notre volonté de s’opposer à un travail inutile comme le TAV, même si nous savons que les autorités essayent de plus en plus de nous réduire au silence pour masquer un effondrement total. Ils ne peuvent réprimer notre amour pour cette vallée où certains d’entre nous ont grandi et où d’autres sont tombés amoureux et que certains souhaitent maintenant dépouiller !

Sûrement qu’ils pensaient de nous intimider, mais ils n’ont fait qu’augmenter notre volonté de combattre et de s’unir pour faire face sans crainte. Ils espèrent nous enfermer dans nos maisons mais « LA VAL SUZA, ELLE N’A PAS PEUR » (NDLR : célèbre slogan valsusin « LA VALSUSA PAURA NON NE HA »), le cri d’aujourd’hui comme il est crié chaque jour face aux bulldozers !

Ne pas nous éloigner de notre terre !
La vallée ne s’arrête pas et nous non plus ! Nous allons continuer à participer à des actions, toujours prêts à crier NO TAV !

Les Exilés de la vallée de Suse (Traduit de l’italien, un peu à l’arrache, par les Brigades Internationales (insomniaques), le 10 juillet 2011)

 

*Republica Libera della Maddalena, le 10 août 2011*

Programme « officiel » du campement NO TAV – mois d’août 2011Presidio de CHIOMONTE (Val Susa) :

*Samedi 13/8* : 21H : présence à la « Nuit Blanche » de Susa avec projection de la manif’ du 3 juillet 2011. Plus tard dans la soirée, « NUIT DE FEU » pour protéger le campement dans le centre de Chiomonte et pour défendre le territoire libéré. Suivi de la Cérémonie du guerrier, le sabbat, feux d’artifice et la musique et la danse à suivre jusqu’à tard dans la nuit.

*Dimanche 14/8 : *22H45 : « Théâtre des Romains », rock acoustique Paolo Patanè.

*Lundi 15/8 :* Grillade *di ferragosto *(NDLR : masta grillade de fou dans la montagne boisée) à la *Baïta Clarea *(NDLR : endroit du nouveau campement, à quelques dizaines de mètre à peine du chantier TAV).

*Mardi 16/8, 21H : projetction et débat sur la « Non-Violence », aspects moraux et/ou stratégiques ?

*Mercredi 17/8 :* dans l’après-midi : laboratoire technique de résistance « Non-violente » tenu par quelques activistes des Pays Basques.

*Jeudi 18/8 :* dans l’après-midi : suite du laboratoire technique des activistes basques. 21H : conférence sur la militarisation et la gestion de l’urgence : «L’après tremblement de terre à l’Aquila et la gestion des réfugiés dans les campagnes ».

*Vendredi 19/8 : * Rencontre avec avec les « No-Tav » Basques. Confrontation entre la lutte contre TAV en Italie et aux Pays Basques avec G. Giacopuzzi.

*Samedi 20/8 :* 21H30 : Concert de Giulia Tripoti.

*Dimanche 21/9 : *15H : Cours de *free climbing. *17H : échange de savoir et conseils sur l’utilisation des herbes (…). 21H30 : Cinéforum *« I Recuperanti »*.

*Lundi 22/8 :* 21H : « *Sfruttamento ad alta velocita »*, films et débats sur la Palestine.

*MARDI 23/8 :* Débats et discussion sur la non-violence.

*MERCREDI 24/8 *: 21H : chansons populaires de lutte, de nouvelles chansons et non sur la lutte dans la vallée de Suse.

*Jeudi 25/8 : *21H : Présentation du livret de Finmeccanica, la production d’armes en Italie par « casser lignes « , Rovereto.

*Dimanche 28/8 :*21H- escalade cineforums «illégales», un film sur l’espèce (identification et centres de déportation*)*.

*Et tant d’autres initiatives moins « officielles », plus tout ce que vous/nous pouvez/pouvons y apporter*

*(traduit de l’Italien, un peu à l’arrache toujours, par les Brigades Internationales (Insomniaques), le 11 août 2011)*

This entry was posted in Aménagement du territoire - Urbanisme and tagged , . Bookmark the permalink.

1 Response to Des infos du No-TAV (nord de l’Italie)

  1. Pingback: Le chantier grandit, notre détermination aussi ! (NO TAV) |

Comments are closed.