[Suisse] Violences autour de la Reitschule à Berne

 

Dimanche vers 1h10 du matin, la police a affronté entre 30 et 40 manifestants cagoulés près du centre alternatif de la Reitschule à Berne. Les autonomes ont mis le feu à une barricade et attaqué les agents avec de la peinture et des pétards.

La police a dû faire usage de balles en caoutchouc dimanche vers 1h10 autour du centre alternatif de la Reitschule à Berne afin de dégager une barricade. Une voiture banalisée des forces de l’ordre avait auparavant été la cible de bouteilles et objets divers.

Les agents ont dû affronter entre 30 et 40 manifestants cagoulés, indiqué un communiqué de la police cantonale. Après la confrontation avec la voiture banalisée, les autonomes ont érigé une barricade en travers de la route et y ont mis le feu. Ils ont également attaqué les policiers à l’aide de peinture, pétards et feux d’artifices.

Leur presse (ATS), 31 juillet 2011.

 

Grabuge près de la Reitschule

La police a dû faire usage de balles en caoutchouc dimanche vers 1h10 autour du centre alternatif de la Reitschule à Berne afin de dégager une barricade.

La nuit de samedi à dimanche a été agitée aux environs du centre alternatif de la Reitschule à Berne. Une quarantaine de personnes masquées ont lancé des bouteilles, des pierres et des cocktails molotovs contre des voitures et ont érigé un barrage avec divers objets. La police cantonale bernoise a dû utiliser des balles en caoutchouc pour rétablir la situation.

Les débordements ont commencé lorsqu’une voiture civile de la police cantonale a été la cible de jets d’objets divers alors qu’elle circulait dimanche vers 01h10 heure près de la Reitschule en direction de la vieille ville. Pour calmer les esprits, le véhicule s’est replié, a annoncé dimanche la police cantonale bernoise. Mais peu après, des passants ont annoncé avoir aperçu entre 30 et 40 personnes masquées qui avaient dressé sur la route un barrage auquel ils ont bouté le feu.

À son arrivée sur place, la police a été accueillie à coups de bouteilles, de pétards, d’engins pyrotechniques et de peinture. La police a tiré des balles en caoutchouc pour pouvoir rendre la rue à la circulation. Une procédure a été ouverte contre les fauteurs de troubles pour mise en danger de la vie d’autrui, violence, dommages à la propriété et menaces contre des fonctionnaires.

Leur presse (ap), 31 juillet 2011.

This entry was posted in Autodéfense, La liberté est le crime qui contient tous les crimes and tagged , . Bookmark the permalink.