[Témoignage] Jours pas tranquilles à Clichy, Gennevilliers, Asnières, Colombes…

Jours pas tranquilles à Clichy, Gennevilliers, Asnières, Colombes…
… un témoignage parmi tant d’autres…

À force de beugler : Aux armes, blottis les unEs contre les autres, confis dans leur compassion ;
À force de vendre des engins de mort et de participer aux massacres qu’illes déplorent ensuite ;
À force de se baffrer de petits fours chimiques fabriqués par des traitReurs,
illes ont oublié un outil simple, qui coûterait moins cher aux con.tribuables : L’AUTOCRITIQUE, sans doute trop … gauchiste, et trop loin de la con.fession catholique ?

Travailleuse sociale, j’ai à ce titre côtoyé des jeunes, entre 16 et 25 ans, qui sur-vivaient principalement dans le quartier du Luth, à Gennevilliers, sous les projecteurs depuis le 7 janvier.
Un « pôle d’insertion », inventé par une fédération socialiste qui a connu des jours meilleurs dans les années 50.
Avec Miloud et Améziane, mes collègues, nous avons passé des heures – non pédagogiques – au commissariat pour tirer nos stagiaires des griffes d’une bac agressive – pléonasme –, dont les sujets émergeaient principalement au FN ; nous y entendions des propos comme : « gardez-les, vos ringards » et ça, c’était la version polie. Bizarrement, on entendait ça, aussi, de la bouche des patrons, à qui on proposait de la main d’œuvre gratuite (à cet effet, nous avons fait une liste noire des propos racistes qui a circulé dans les Missions locales).
(C’était en effet la naissance des sigles cache-misère : ZEP, BAC…)

On avait découvert que des subventions conséquentes arrivaient chez nos patrons socialistes, et comme on en voyait jamais la couleur, on est alléEs dans les bureaux voir ce qu’il en était.
À part souiller l’épaisse moquette rose avec nos baskets bien crades, et déplorer le mauvais goût des tableaux aux murs, aucun résultat tangible après notre visite. Mépris compassionnel, compassion méprisante ?
Alors, on a s’est donné les moyens : on a créé un journal : l’Écho du Port (de Gennevilliers), qui a révélé les talents de reporters et démarcheurs de nos « ringards » ; nous sommes alléEs envahir la mairie de Colombes, où le maire, un écologiste, n’a pas montré d’effroi, contrairement à ses subalternes qui nous bloquaient l’entrée … et a eu l’intelligence sans doute démagogique de nous faire visiter les locaux, et nous a donné une – petite – enveloppe.

Avec cet argent et celui de l’Écho, nous sommes partiEs à la Capitale. Beaucoup des jeunes n’avaient jamais pris le métro, aucunE n’avait vu la Tour Eiffel, même pas de loin, le ciel était trop pollué là-bas…
Mais on a négligé les monuments historiques touristiques :
On a commencé par la Sorbonne, lourdement gardée par des uniformes (fallait montrer ses « papiers »).
Les jeunes ont commencé par raser les murs, impressionnéEs, puis illes se sont lâchéEs dans un amphithéâtre, n’arrivant pas à croire que le pantin en bas qui parlait dans un micro était un prof. Ont quelque peu bousculé des étudiants à pupitre, offusqués par l’intrusion de ces énergumènes bruyants.
Après, on est alléEs voir la rue de Bièvre, où habitait le président. Ills sont tombéEs en arrêt devant les mitraillettes et autres armes lourdes des gardes postés un peu partout aux alentours ; ont essayé sans succès d’engager la conversation.

Pour relâcher la pression, on a visité l’Institut océanographique : c’est là qu’illes ont commis leur premier acte de délinquance : voler des cassettes, malheureusement vides !
On est alléEs prendre un pot dans une brasserie ; les filles, qui s’étaient changées dans mon placard pédagogique transformé en vestiaire et cabine de maquillage toute la durée du stage, étaient éblouies par toute cette … liberté.
Et pour finir, on est alléEs au ciné, voir … Nikita !
Une journée inoubliable.

Certes, je me suis faite agresser au rasoir par des grands frères. Ils sont venus à trois, de front (j’étais le diable, je devais pas regarder derrière eux). Paraîtrait que, d’après Mahomet, seules les montagnes ne se rencontrent pas. Bon, j’ai un peu … rasé les murs, après, mais je reconnais que je me suis réjouie quand, à la fin de ces neuf mois, une petite équipe a déboulé en scooter et a complètement détruit les lieux du stage, d’immondes préfabriqués en ruine, de toute façon destinés à la casse.

La casse, ce fut aussi Bouzid, mort dans les locaux à poubelles de son immeuble, et tant d’autres, en danger constant.

Miloud, Améziane et moi, on a quitté ces patrons socialistes, oligarchie méprisable pratiquant l’arnaque certainement mieux que ces jeunes.

Et vous, Ouzina, notre poète, que le père voulait envoyer à la cueillette des olives ; Attika styliste en herbe ; Alexia, qu’aucun lycée n’a voulu accepter en seconde, malgré toutes nos démarches ?

Qu’êtes-vous devenuEs ?

9 février 2015

This entry was posted in General and tagged , , , , . Bookmark the permalink.