[Mère de Dieu, chasse Poutine] Le Comité des mères de soldats à Saint-Pétersbourg à propos des conscrits russes envoyés comme chair à canon en Ukraine

Une ONG russe redoute l’envoi d’appelés russes en Ukraine

Plusieurs appelés russes ont été forcés ces derniers mois de signer des contrats pour devenir des soldats professionnels, a affirmé lundi à l’AFP une ONG russe de défense des droits de l’Homme, disant craindre que cela ne facilite leur envoi en Ukraine où Moscou est accusé par Kiev et les Occidentaux de soutenir les séparatistes prorusses.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/02/03.jpg

Une vingtaine de plaintes ont été reçues depuis décembre émanant de parents de conscrits russes qui se sont vus obligés de signer de tels contrats, a déclaré à l’AFP Ella Poliakova, présidente du Comité des mères de soldats à Saint-Pétersbourg.

« Mon fils a été forcé de signer un contrat de soldat professionnel », « On l’insulte, on l’humilie pour qu’il signe », peut-on lire dans ces plaintes dont la plupart sont anonymes, selon Mme Poliakova.

Plusieurs parents disent que leurs fils doivent désormais être envoyés dans la région de Rostov, près de la frontière ukrainienne, pour des exercices militaires, a-t-elle précisé. « Les gens ont très peur » que cela n’aboutisse à l’envoi de leurs fils en Ukraine, a-t-elle indiqué.

« Nous avons peur, car personne ne peut rien garantir », confirme à l’AFP Alexeï Oucharev, qui figure parmi les parents ayant alerté le Comité des mères de soldats de Saint-Pétersbourg.

Son fils de 20 ans a signé un contrat de soldat professionnel en décembre et doit prochainement partir dans la région de Rostov pour des exercices militaires de trois mois.

Des plaintes similaires de parents d’appelés ont également été reçues par les ONG de défense des droits des soldats en Sibérie, dans la région de Mourmansk (Grand nord russe) et à Nijni Novgorod.

Selon des ONG russes de défense des droits de l’Homme, jusqu’à 15.000 soldats russes ont été envoyés en Ukraine durant l’été dernier et des centaines ont été tuées depuis.

Aucun commentaire du ministère russe de la Défense

Selon les dernières estimations de Kiev, plus de 9.000 soldats de l’armée russe sont déployés actuellement dans l’est de l’Ukraine.

Il n’y a pas, depuis le début du conflit en Ukraine, de preuves formelles, définitives et irréfutables de la présence de contingents russes déployés en Ukraine malgré les accusations régulières des autorités ukrainiennes, de l’Otan, des États-Unis et de pays européens.

Moscou dément catégoriquement toute présence et s’est contenté de reconnaître que des « volontaires » partis à leur initiative, combattent aux côtés des rebelles ukrainiens prorusses. Des familles, qui ont enterré leurs fils ou maris soldats, ont toutefois déclaré à plusieurs reprises à la presse russe et internationale qu’ils avaient été tués en Ukraine.

Presse de combat (DirectMatin.fr, 2 février 2015)

 

Ukraine : 100.000 hommes contre Kiev ?

Forts des revers infligés ces dernières semaines à l’armée ukrainienne, les rebelles prorusses ont annoncé aujourd’hui vouloir mobiliser 100.000 hommes, un signe supplémentaire que le processus de paix dans l’est de l’Ukraine est au point mort après l’échec des pourparlers ce week-end à Minsk entre belligérants.

« La mobilisation générale aura lieu dans la République populaire de Donetsk dans dix jours. Il est prévu de mobiliser jusqu’à 100.000 hommes », a déclaré le dirigeant de la république séparatiste de Donetsk Alexandre Zakhartchenko, cité par l’agence officielle séparatiste DAN.

Ces déclarations de la direction rebelle interviennent après l’échec de pourparlers de paix à Minsk samedi, qui visaient à déboucher sur la signature d’un accord de cessez-le-feu permettant de mettre fin aux violences ayant fait plus de 5000 morts en neuf mois.

La semaine dernière, les rebelles avaient déjà menacé d’élargir leur offensive à tout le territoire des régions de Donetsk et de Lougansk, dont une grande partie est toujours contrôlée par les autorités de Kiev, en cas d’échec de ces négociations.

D’après le porte-parole de l’armée ukrainienne Andriï Lyssenko, les annonces de Zakhartchenko « signifient que les rebelles n’ont pas de ressources humaines et ne sont pas arrivés à atteindre leurs objectifs, à savoir la prise de la ville stratégique » de Debaltseve, noeud ferroviaire reliant les capitales rebelles de Donetsk et Lougansk et théâtre d’intenses combats ces dernières semaines.

Publié par le savoir-faire français (LeFigaro.fr avec l’Agence Faut Payer, 2 février 2015)

This entry was posted in Les luttes de classes en Russie and tagged , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.