[L’histoire du terrorisme est écrite par l’État] Les désinformateurs travaillent

Djihadisme : la guerre froide des services secrets

À l’heure où ils doivent lutter contre les réseaux islamistes, les spécialistes français de l’antiterrorisme sont confrontés à un problème majeur : les échanges d’informations avec certains pays sont devenus difficiles, voire impossibles. Décryptage.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/01/104.jpg

Patrick Calvar, directeur de la DCRI, et Jean-Marc Falcone, directeur général de la police nationale.

Syrie

Longtemps, un cendrier posé sur la table basse du patron du renseignement intérieur français a affiché la couleur. Ou plutôt « les » couleurs : noir, rouge et blanc. Ce bibelot aux armoiries du régime syrien illustrait les liens entre les services français et ceux de Bachar el-Assad. Sous l’ère Sarkozy, Bernard Squarcini, directeur de la DCRI, avait noué des relations personnelles avec ses homologues à Damas. « Quand les ponts sont coupés entre États, les services servent de circuits de secours », disait-il volontiers. Mais, depuis, Assad est devenu un ennemi, au même titre que l’État islamique, l’organisation terroriste qui règne sur une partie de son pays. Voici la France privée de « sources » cruciales.

Le président syrien sait combien l’Occident a besoin de lui. Après les attentats de Paris, il a appelé « au partage d’informations », tout en exigeant la réouverture de l’ambassade de France à Damas, fermée en mars 2012. Un chantage inacceptable pour Paris. On est désormais très loin de l’entente cordiale scellée en 2004. À l’époque, le régime est un allié discret contre le terrorisme.

Ainsi, c’est une information syrienne qui permet de repérer une cellule recrutant de combattants pour l’Irak, près des Buttes-Chaumont, à Paris. Parmi eux, les frères Kouachi, les futurs assassins de Charlie Hebdo. « Nous avions des échanges directs sur des individus ciblés », indique Bernard Squarcini, habitué à se rendre sur place. « Cette collaboration avec les renseignements généraux syriens s’est prolongée au-delà de 2005, confirme un diplomate français. Et cela même si le président Chirac tenait Assad pour responsable de l’assassinat de son ami Rafic Hariri [NDLR : ex-président du conseil libanais]. »

En 2011, la guerre civile syrienne fragilise cette alliance. Certes, les liens résistent un temps, permettant notamment l’évacuation de la journaliste Édith Bouvier, blessée à Homs en février 2012. Mais les atrocités commises contre les civils rendent le régime infréquentable. En septembre 2013, François Hollande plaide pour l’intervention militaire. « Jamais plus nous ne traiterons avec Assad », insiste une source bien informée. Cette position de principe a un revers : alors qu’environ 400 djihadistes français combattent en Syrie, tout échange d’informations devient inimaginable.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/01/112.jpg

Arrivée en France de la journaliste Édith Bouvier, blessée en Syrie, le 2 mars 2012.

« Avec la perte de ses frontières, le régime a vu sa capacité de renseignement grandement diminuée, convient Louis Caprioli, conseiller spécial du groupe Geos et ancien cadre de la lutte antiterroriste. Mais ses services demeurent incontournables, car il nous est quasi impossible d’envoyer des sources humaines ou des agents en Syrie. » Patrick Calvar, successeur de Squarcini, connaît bien ses homologues syriens mais ne peut rien obtenir d’eux. Le Quai d’Orsay envisage maintenant de traiter avec l’Iran, allié traditionnel de Damas, mais moins sulfureux.

Maroc

Depuis 1994 et des attentats commis à Marrakech par de jeunes Français d’origine maghrébine, ce pays est un partenaire essentiel. Or, depuis un an, les relations entre services spécialisés sont bloquées. « Rien, strictement rien ne passe ! » peste un cadre de la police judiciaire.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/01/12.jpg

« Les deux pays ne se parlent plus que par l’intermédiaire de l’Espagne » précise un ex-magistrat de l’antiterrorisme. Explication : le royaume chérifien s’indigne des plaintes pour « torture » déposées en France par une ONG contre le patron de ses services de renseignement, Abdellatif Hammouchi, et de sa convocation par la police via l’ambassade du Maroc à Paris.

Une collaboration paraît pourtant indispensable lorsque l’on sait que près de 1500 Marocains — dont certains francophones — combattraient en Syrie. Le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, s’apprête à se rendre à Rabat pour tenter de mettre un terme aux contentieux.

Turquie

Alors que la plupart des aspirants français au djihad transitent par Istanbul, le régime islamo-conservateur d’Erdogan fait preuve de passivité tant qu’ils ne mettent pas en péril la sécurité du pays. « L’attitude de nos homologues est illisible, regrette un policier spécialisé. Leur priorité est la lutte contre les séparatistes kurdes et la présence sur leur sol de millions de réfugiés. Le reste est secondaire à leurs yeux. »

http://juralib.noblogs.org/files/2015/01/13.jpg

« (…) A group of aggressive Christian conservatives led by Dmitry Enteo picketed the French embassy in Moscow carrying a sign that blamed the French government for the tragedy because it “failed to defend the feelings of religious believers”. “We do not approve of Islamism,” Enteo wrote in a social network post, “but we state that the true terrorists are the authors of such caricatures.” Enteo and his group were allowed to conduct their demonstration unhindered. » Leur presse (« Russia is not Charlie », Maria Lipman, ECFR, 16 janvier 2015)

La coopération — pour le moins fluctuante — entre Paris et Ankara a été ébranlée par plusieurs couacs. Que dire, par exemple, du parcours de trois djihadistes français en septembre 2014 ? Attendus à Orly en provenance de Turquie, ils ont finalement débarqué à Marseille sans être arrêtés…

Il y a quelques jours encore éclatait une polémique sur la fuite de l’épouse d’Amedy Coulibaly, passée de Turquie en Syrie le 8 janvier (deuxième jour des attentats de Paris). Ankara s’est plaint de n’avoir pas été alerté de sa dangerosité potentielle.

Libye

Le naufrage de ce pays, et plus généralement l’instabilité née des « printemps arabes » (Tunisie, Égypte), rend impossible tout partenariat fiable. Au lendemain de la chute de Kadhafi, en 2011, Paris avait bien ébauché un programme d’échanges incluant un volet « formation » de spécialistes du terrorisme. Mais ce projet a tourné court sous le feu des rivalités régionales, des luttes de pouvoir entre milices. Or le sud-ouest du pays constitue, selon les experts, le sanctuaire terroriste le plus toxique au monde. Bien des satellites de la nébuleuse djihadiste en Afrique en ont fait leur fief.

Algérie

Les relations entre les deux pays, traditionnellement empreintes de méfiance, passent du chaud au froid. En février 2010, tout va bien : les Algériens jouent un rôle clef dans la libération de l’otage français au Mali, Pierre Camatte. Sept mois plus tard, Bernard Squarcini invite ses homologues chez lui, en Corse, pour les remercier.

http://juralib.noblogs.org/files/2015/01/14.jpg

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées à Grozny, capitale de la Tchétchénie, lundi 19 janvier, pour protester contre les caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo.

Ensuite, la météo se rafraîchit. Alger s’agace de voir Paris déployer de gros efforts pour trouver les intermédiaires capables de libérer ses otages au Sahel. Le versement de rançons renforce l’ennemi djihadiste. Depuis quelques mois, les services antiterroristes sentent cependant que la coopération se renforce, alors que — est-ce un hasard ? — le lien avec le Maroc se dégrade.

En coulisses, des non-dits pèsent également sur les relations avec les pays du Maghreb, parfois adeptes de la manière forte avec les islamistes. En septembre 2005, l’employé d’une boucherie halal de Trappes (Yvelines) est arrêté à l’aéroport d’Oran sur signalement de Paris, alors qu’il est sur le point de rentrer en France. Il passe aux aveux, livrant des indications sur un projet d’attentat dans la capitale française. En 2007, il est condamné à quatre ans de prison par une cour d’assises algérienne. Mais les conditions de ses « aveux » alimentent le soupçon : la France aurait-elle sous-traité à l’Algérie un recours à la torture ? « Mon client se souvient que ses bourreaux rendaient compte au téléphone à un mystérieux interlocuteur, assure à L’Express l’avocat Salah Djemai. Et ils s’exprimaient en français… »

http://juralib.noblogs.org/files/2015/01/15.jpg

« (…) On retrouve également ces thèses conspirationnistes en Russie. « Les Américains sont-ils derrière les attaques terroristes à Paris ? » publie par exemple en Une, le quotidien Komsomolskaya Pravda. « Je suis sûr que des Américains ont supervisé ces attaques ou au moins les islamistes qui les ont perpétrées » affirme aussi le directeur de l’Institut International pour les nouveaux États, très proche du Kremlin. « Depuis ces dix dernières années, ce que l’on nomme le terrorisme islamiste est sous le contrôle d’une des plus grandes agences de renseignement du monde (…).  Je suis sûr que certains Américains sont responsables des attentats terroristes à Paris, ou en tout cas des islamistes qui les ont perpétrés », a également affirmé Alexei Martynov, directeur d’un think-thank proche du Kremlin. « Ces propos font partie de l’air du temps en Russie, analyse Jean-Sylvestre Mongrenier, géopolitologue, spécialiste de la Russie. On entend des choses similaires concernant le 11 septembre. Beaucoup de proches de Vladimir Poutine sont d’anciens membres du KGB, il y a donc une inclination presque naturelle à verser dans ce genre de théories. Pour eux, l’Occident mais surtout les États-Unis, jouent un jeu à trois bandes fait de beaucoup de dissimulation ». » Publié par des larbins des marchands de canons (« Charlie Hebdo : les théories du complot fleurissent en Russie et en Turquie », Antoine Izambard, Challenges.fr, 14 janvier 2015)

Les récents attentats de Paris rendent plus brûlante que jamais la question des choix politiques, diplomatiques et humanitaires. Faute de renouer avec ces sources d’information ou d’en trouver d’autres, moins sulfureuses, la France risque de se placer davantage encore sous la dépendance exclusive de la puissan ce technologique américaine : écoutes téléphoniques planétaires, listes de passagers interdits de vol à destination des États-Unis — ce dispositif fait de Washington la capitale la mieux informée du monde.

Publié par le savoir-faire français (Éric Pelletier, Pascal Ceaux, Vincent Hugeux, LExpress.fr, 21 janvier 2015)

This entry was posted in General and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.