[Qu’est-ce que la démocratie ?] « Il pète comme un clairon quand il lâche ses gaz de combat »

“Les armes allemandes” de la Police algérienne inquiètent les médias allemands

L’Algérie est considérée selon un rapport du ministère allemand de l’Économie publié en juin 2014 comme le premier client de l’Allemagne en matière d’exportation d’armes. La République Fédérale d’Allemagne ne livre à l’Algérie que des chars, des grenades ou des armes sophistiquées. Elle alimente aussi l’équipement de la police algérienne en leur fournissant des “armes qu’ils utilisent contre les manifestants”, s’indigne BR une radio allemande.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/11/051.jpg

Plusieurs entreprises allemandes vendent des équipements de la police dans les pays comme l’Algérie. Mais les défenseurs des droits de l’homme allemands craignent que ces armes “Made in Germany” soient utilisées par la police contre la population civile. C’est ce que relève du moins un reportage publié mardi sur le site de la radio allemande br.de.

Depuis 2011, les ventes de gaz lacrymogène ont triplé

Depuis le début du Printemps Arabe de 2011, les exportations allemandes de gaz lacrymogènes ont triplé, nous apprend le reportage de ce média allemand. L’Algérie a importé de grenades lacrymogènes fabriquées en Allemagne. Elles sont utilisées notamment pour disperser les manifestants et elles sont loin d’être inoffensives, s’inquiète ce média allemand qui a interrogé à ce sujet Yacine Zaid, le militant des droits de l’homme algérien et président du bureau de la LADDH à Laghouat à 400 Km au sud d’Alger. Ce dernier a affirmé que « mêmes les équipements lourds, à savoir les véhicules de Police importés d’Allemagne, ne sont pas inoffensifs car ils sont utilisés par le régime algérien pour réprimer les citoyen et les empêcher d’exercer leur droit de manifester pacifiquement ». Yacine Zaid plaide pour que ces équipements de police soient soumis à une sévère réglementation avant de les exporter vers l’Algérie.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/11/09.png

Mais le média br.de estime que cette réglementation est difficile à mettre en place. “Certaines entreprises allemandes qui veulent vendre sans autorisation du matériel policier créent des filiales à l’étranger dans le but de contourner la réglementation de l’exportation”, explique la même source. Dans ce même reportage des entreprises allemandes comme Hartmann Spezialkarosserien GmbH reconnaissent que l’Algérie est “un très bon client”.

Algérie Focus, 12 novembre 2014

 

Hongkong : la GB maintient ses exportations de gaz lacrymogènes

La Grande-Bretagne a annoncé aujourd’hui qu’elle abandonnait l’idée de suspendre ses exportations de gaz lacrymogènes à destination de Hongkong, théâtre de manifestations en faveur de la démocratie réprimées par la police.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/11/081.jpg

Le ministre délégué aux Affaires étrangères, Hugo Swire, a expliqué dans une adresse écrite au parlement britannique que l’autorisation actuelle n’enfreignait pas les règles régissant l’exportation de ce type de matériel et qu’elle ne pouvait donc pas être révoquée.

« Le gouvernement a examiné les permis d’exportation pour les gaz lacrymogènes au gouvernement de la région administrative spéciale de Hongkong et a décidé qu’il ne serait pas révoqué en se fondant sur le fait qu’il ne contrevenait pas aux critères exigés », a déclaré Hugo Swire.

Communiqué des marchands de canons (LeFigaro.fr avec Reuters, 17 novembre 2014)

This entry was posted in Des armes des chouettes des brillantes, Les luttes de classe en Chine, Les luttes de classes en Algérie and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.