[Antifascisme] Des milices boutées hors du métro lyonnais

Antifascisme, Des milices boutées hors du métro lyonnais

Des groupuscules fascistes essaient de monter des milices « anti-racailles ». À Lyon, ils ont dû battre en retraite face aux libertaires unis d’Alternative libertaire, de la CGA et de la CNT.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/04/11.png

TÉLÉCHARGER LE 4-PAGES DE LA CLAF

Le groupuscule Génération identitaire (anciennement Jeunesses identitaires) est coutumier du « happening » médiatique sans lequel il ne serait pas très visible. Leur dernier coup n’est rien de moins qu’une tournée dite « de sécurisation » des transports en commun qui n’est qu’un prétexte à une propagande raciste.

Le lundi 14 avril, des militantes et des militants de la Coordination libertaire antifasciste (Claf) ont perturbé, avec l’aide des habitantes et des habitants du quartier de La Guillotière, la pseudo action de « sécurisation » des identitaires lyonnais.

Après Lille, un essai à Lyon

Les faits ont déjà eu lieu à Lille le 14 mars, et à Lyon le 25 mars. Il est à noter que ce groupe fas­ciste n’en est pas à son coup d’essai puisqu’en juillet 2010, il pro­cé­dait à la même pro­vo­cation raciste sur les berges du Rhône.

Comme toute action de ces mili­tants d’extrême droite, elle n’a pour objec­tif que d’avoir lieu une unique fois, et face caméra si pos­si­ble, les médias ser­vant de caisse de réso­nance à une opé­ra­tion de com­mu­ni­ca­tion qui vise à les faire connaî­tre du grand public.

Faute de chemises noires, des gilets jaunes !

À Lyon leur pre­mière virée dans le métro avait été un flop en terme de couverture jour­na­lis­ti­que. Mais le lundi 14 avril, les Identitaires avaient conviés la presse régio­nale quo­ti­dienne et un « grand » média (Canal+) pour les suivre.

Complaisance policière

La Coor­di­na­tion liber­taire anti­fas­ciste (avec AL, CGA, CNT) a donc décidé le soir de leur « action » du lundi 14 avril, de dis­tri­buer un tract (en pièce jointe) à Bellecour rap­pe­lant qui étaient les nervis de Génération identitaire et sur­tout les nom­breu­ses agres­sions dont ils ont été auteurs.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/04/103.jpg

TÉLÉCHARGER LE TRACT DE L’ACTION

La police s’est char­gée de les pro­té­ger, alors même qu’ils déver­saient leur pro­pa­gande raciste dans le métro. Elle a par contre pro­cédé à un contrôle d’iden­tité sur des per­son­nes qui se ras­sem­blaient contre cette milice place Bellecour puis a tenté de leur arra­cher les tracts qu’elles dif­fu­saient. L’atti­tude de la police était net­te­ment plus complaisante avec les mili­tants iden­ti­tai­res.

Vers 20 heures, l’infor­ma­tion est donnée que la milice identitaire est dans le métro et qu’elle se dirige vers Guillotière. Les mili­tan­tes et les militants de la CLAF les y ont accueilli comme il se doit, avec le sou­tien des habi­tan­tes et des habitants du quar­tier en scan­dant « Milice fasciste hors du métro, milice raciste hors du métro » et « Oui à l’autodé­fense, non aux fachos ! »

Les fas­cis­tes se sont alors repliés dans la rame de métro (arrêté un quart d’heure) pro­té­gés par la police natio­nale, la BAC et les agents des TCL. Le métro est resté à l’arrêt alors que les usa­gers sor­taient au fur et à mesure que nous expli­quions qui étaient cette « milice iden­ti­taire », auteu­rEs d’agres­sions racis­tes pré­ten­dant « sécu­ri­ser » le métro. Le tout sous l’œil avide des jour­na­lis­tes bien pré­sents. Ce fut donc un total échec de leur com­mu­ni­ca­tion.

On notera que la police natio­nale aux ordres du Parti « socia­liste », que les agen­ts TCL de mes­sieurs Rivalta (Sytral) et Baverez (Keolis), que la police muni­ci­pale de monsieur Collomb ont col­lec­ti­ve­ment concouru à pro­té­ger une milice fas­ciste dans le métro des Transports en commun lyonnais (TCL), mais on notera aussi qu’un élan popu­laire des habitantes et habitants du quar­tier Guillotière et des usa­gères et usagers ont mis en déroute le plan de com­mu­ni­ca­tion du grou­pus­cule fas­ciste Génération identitaire.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/04/122.jpg

VOIR LA VIDÉO

Alternative Libertaire (AL), Coordination des Groupes Anarchistes (CGA) et Confédération Nationale du Travail (CNT) – A-Infos, 17 avril 2014 | Voir aussi Rebellyon, 15 avril

 

Lyon : l’opération « anti-racailles » sème le trouble dans le métro

POLÉMIQUE – Ce lundi soir dans le cadre de sa campagne « Génération anti-racailles », le mouvement d’extrême droite Génération Identitaires a mené une « opération de sécurisation » du métro. Mais la police est intervenue avant que les choses dégénèrent.

http://juralib.noblogs.org/files/2014/04/13.jpeg

La police est intervenue pour éviter que la situation ne dégénère [sic – NdJL].

Vestes jaunes sur le dos, ils patrouillent dans les transports en commun. Ce lundi soir à Lyon, une douzaine de membres de Génération Identitaire, mouvement politique proche de l’extrême droite, a effectué, dans le cadre de sa campagne « Génération anti-racailles », une « opération de sécurisation » dans le métro.

« Nous ne remplaçons pas la police, mais c’est notre façon de dénoncer le manque de moyens humains dans les transports en commun. Si une agression se produit, nous pouvons nous comporter comme des citoyens solidaires. C’est notre devoir de citoyens vigilants », explique Damien Rieu, le porte-parole de Génération Identitaire Lyon. Sauf que ce genre d’initiative improvisée n’est évidemment pas du goût de tout le monde, et la tension est quelque peu montée sur la ligne D lundi soir. Des usagers ont d’abord interpellé verbalement les identitaires entre les stations Bellecour et Guillotière.

« Il y a des limites à ne pas franchir »

À Guillotière, ce sont des militants d’extrême gauche qui ont scandé « milices fascistes, hors du métro ! » La rame a dû être immobilisée plusieurs minutes, la police s’assurant que la situation ne dégénère pas. Les forces de l’ordre ont finalement fait descendre les « anti-racailles » à la station Saxe-Gambetta avant de procéder à des fouilles et à des relevés d’identité. « La sécurité sur la voie publique est de la compétence de l’État. Ce genre d’opération de sécurité sans cadre juridique et faite par ce qui s’apparente à une milice n’est pas acceptable, réagit Christophe Merlin, commissaire divisionnaire à la DDSP du Rhône. Nous leur avons fait savoir qu’il y a des limites à ne pas franchir. Cette fois ils n’étaient pas armés, mais parfois ils ont des bombes lacrymogènes ou des couteaux. »

Même son de cloche du côté des TCL. « Les transports publics doivent rester un espace apolitique. On ne peut pas se permettre ce genre de débordement », souligne Patrick Aujogue directeur de la sécurité chez Keolis, l’exploitant du réseau. Lequel rappelle que « toutes les statistiques montrent que les transports en commun lyonnais sont parmi les plus sûrs de France. »

Leur presse (Pierre-Alexandre Bevand, MetroNews.fr, 15 avril 2014)

This entry was posted in Antifascisme and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.