[Guerre politique en Tunisie] Assassinat de Mohamed Brahmi (2)

Quelques nouvelles de Tunisie après l’assassinat du leader du Front Populaire : Mohamed Brahmi,

hier, après midi de mobilisation qui s’est prolongé toute la nuit dans les principales villes : Sidi Bouzid (le gouvernorat assiégé, poste de police cramé), Gafsa (tentative de prise du gouvernorat), Menzel Bouzaine (le poste de police a cramé), Kasserine énorme manif, Kef encore à 3h30 du matin rassemblement impressionnant, manifestations nocturnes aussi à Sfax, Mahdya, Kairouan, Bizerte, Sousse, Béja, Monastir, Guébéli, …

à Tunis confrontation avenue Bourguiba avec confrontations avec les flics, les bureaucrates de l’UGTT ont appelé à un rassemblement au départ de la place Mohamed Ali, tensions avec des milices de Nahdha, puis marche jusqu’à l’ANC qui continuait encore à 4h30 du matin.

Dans la nuit le Front populaire a annoncé le début d’un sitt-in « du départ » devaNt l’ANC (Assemblée constituante)

Avenue Bourguiba rassemblement toute la journée confrontations jusqu’à tard dans la nuit avec les flics.

Dans les quartiers popualires de Tunis, ça bougeait à la Cité Ettadhamen dans la nuit, peut être aussi au Kram (pas d’échos).

Dans les villes de la région de Sidi Bouzid, désobéissance a été appelée dans l’aprem.

Hier Hama Hamami appelait à une désobéissance « pacifique et civile »… no comment… !

Aujourd’hui grève générale appelée par l’UGTT largement suivie.
Impressionnante mobilisation, à suivre.

Pour suivre sur un site mis à jour régulièrement sur les différentes villes (même si certains points sont a remettre en cause sur ce site sur certains sujets…)

Beaucoup de vidéos circulent aussi, cf. en recherche simple sur YouTube on trouve pas mal de choses selon les villes.

Un appel de jeunes a été diffusé aujourd’hui :

Les Mouvements de la Jeunesse Révolutionnaire annoncent la rébellion

Un collectif constitué de plusieurs associations des « Mouvements de la Jeunesse Révolutionnaire » ont tracté ce matin dès la première heure un communiqué annonçant les résolutions prises suite à une réunion qui a eu lieu quelques heures après le Crime, en voici l’essentiel :

« Nous annonçons notre rupture définitive et irrévocable avec le Gouvernement actuel, ainsi que toutes ses institutions et la présumée Assemblée Nationale Constituante et tous les pouvoirs qui en émanent.

Nous appelons l’ensemble du peuple tunisien à sortir immédiatement dans les rues et d’annoncer la désobéissance civile, à prendre tous les sièges de pouvoirs et les remplacer par des conseils populaires locaux.

Nous annonçons également la dissolution définitive de l’ANC, et sa substitution par un Conseil “très” provisoire, dont la fonction sera la centralisation du pouvoir et la prise des décisions imminentes et qui délivrera le pouvoir à toutes les représentations locales des conseils populaires de chaque délégation. »

Mailing – vendredi 26 juillet 2013, 13h37

 

Suite news Tunisie

Manifestation encore cette nuit dans différentes villes de Tunisie, très tendu à Gafsa, 2 morts confirmés : premier manifestant tué par une bombe lacrymogène reçue en pleine tête et tirée presque à bout portant, il s’agit de Mohamed Moufti militant du Front Populaire ; une info a circulé de la part de militants présents à l’hôpital concernant la mort d’un jeune manifestant de 15 ans ; enfin il semblerait qu’un troisième manifestant ait été écrasé par une voiture de flics dans la nuit. Tous tués durant la protestation devant le siège de gouvernorat de Gafsa. Il y aurait eu dans la nuit une centaine de blessés, dont 21 de blessures graves.

Des comités locaux se créent dans certaines régions, déjà présents dans la région de Sidi Bouzid, d’autres ont fait de même dans la nuit.

Un sitt-in devant le siège de l’assemblée constituante se tient toujours depuis jeudi, pour réclamer sa dissolution.

Ci dessous le communiqué traduit du comité local de Regueb (région de Sidi Bouzid).

Communiqué
27 juillet 2013, 04:13

Suite à la tragédie qui a secoué la Tunisie, face à l’assassinat du militant Mohamed Brahmi, le coordinateur général du courant populaire et membre du comité executif du Front Populaire, nous :

• Condamnons fermement ce crime odieux qui a ciblé le martyr Mohamed Brahmi qui représente un symbole du courant nationaliste dans le pays.

• Portons responsable politiquement et moralement le gouvernement de la Troïka, dirigé par le parti Nahdha, pour cet assassinat politique.

• Appelons tous les libres de Regueb à participer à la grève générale suite à l’appel de l’UGTT, et à la désobéissance pacifique ouverte pour précipiter la dissolution de l’assemblée constituante et renverser le gouvernement contre-révolutionnaire qui a perdu sa légitimité.

• Appelons les citoyens de la région a être vigilant pour éviter le chaos et le désordre, pour préserver les biens privés et publics, les vies.

• Déclarons la constitution d’une coordination locale au sein du bureau local de l’UGTT ayant les prérogatives de décision et d’exécution dans les affaires locales (coordination du salut).

Gloire aux martyrs de la révolution de la liberté et de la dignité
Condoléances à la famille du défunt, ses camarades, et la région de Sidi Bouzid particulièrement, et au peuple tunisien en général.

Non à l’assassinat politique
Vive la Tunisie libre et digne

Coordination locale de suivi du mouvement populaire de Regueb (coordination du salut)

Mailing – samedi 27 juillet 2013, 15h29

 

Manifestations dans plusieurs villes tunisiennes et répression policière musclée

De nombreuses manifestations ont éclaté, dans la soirée du lundi 29 juillet 2013, dans nombreuses villes tunisiennes telles que Tunis, Sousse, Sfax, Nabeul, Mahdia et Kasserine, peu après la rupture du jeûne où quelques milliers de manifestants se sont rassemblés dans les grandes places des villes scandant des slogans réclamant la chute du régime, la dissolution du gouvernement Laârayedh et de l’Assemblée nationale et faisant face à des manifestations plus timides défendant la légitimité.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/07/0211.jpg

Devant le siège de l’Assemblée nationale Constituante au Bardo, une véritable marée humaine rassemblant plusieurs milliers de personnes a scandé des slogans hostiles au gouvernement et au mouvement Ennahdha et appelant à la dissolution de l’Assemblée nationale. Les manifestants ont également rendu hommage aux soldats assassinés aujourd’hui lors d’attentats terroristes au mont Chaâmbi.

De l’autre coté, les manifestants pro-légitimité ont allumé des feux d’artifice et ont décrié des slogans défendant le pouvoir en place.

Dans une forte présence policière, la marche protestataire de la ville de Sfax, a commencé devant le siège de la municipalité, à proximité du local d’Al Watad, au centre-ville, où des milliers de manifestants se sont dirigés aux environs de 23h vers le gouvernorat de la ville, avenue 14 janvier. Une manifestation qui a été précédée par un iftar géant et qui a, un peu plus tôt dans la soirée, dégénéré en heurts avec les forces de l’ordre qui ont usé de gaz lacrymogène pour disperser les manifestants. Certains des protestataires ont essayé de s’introduire dans le local du gouvernorat, protégé par les membres de l’armée. Les manifestants se sont réfugiés dans les rues voisines et les commerces ont rapidement été obligés de fermer leurs portes.

Même scénario à Sousse, où une manifestation initialement pacifique qui a pris départ dans la Grand Place a rapidement dégénéré en heurts entre manifestants et forces de l’ordre échangeant jets de pierre et bombes de gaz lacrymogène. Les villes de Mahdia, Nabeul et Kasserine ont également été le théâtre de manifestations appelant à la chute du gouvernement et dénonçant le terrible attentat qui a causé la mort des soldats de Chaâmbi.

Des altercations entre les manifestants revendiquant la chute du régime et ceux défendant la légitimité ont été enregistrées à Kasserine et les manifestants ont incendié le local d’Ennahdha. Les forces de l’ordre ont répliqué en ayant recours aux bombes lacrymogènes.

Presse contre-révolutionnaire (Business News, 30 juillet 2013) via Solidarité ouvrière

This entry was posted in L'insurrection tunisienne et ses suites and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.