[Nique la police] À propos de Nice

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/015.jpgNice : deux CRS roués de coups par des mineurs de Seine-Saint-Denis

Deux CRS ont été blessés mardi à Nice (Alpes-Maritimes) par trois mineurs originaires de Seine-Saint-Denis, lors d’un contrôle d’identité qui a mal tourné sur la promenade des Anglais. L’un des fonctionnaires, issus de la Compagnie républicaine de sécurité n°4, basée à Lagny (Seine-et-Marne), souffre d’une fracture du poignet gauche et d’une entorse cervicale, et s’est vu délivrer une interruption temporaire de travail de 30 jours, selon la préfecture du département. Le second, souffrant de contusions, a eu une ITT de deux jours.

Alors qu’ils étaient en mission de sécurisation, les deux fonctionnaires, ont été roués de coups par trois individus « particulièrement agressifs et violents ». Ceux-ci enfreignaient un arrêté municipal interdisant de se promener torse nu en ville, a expliqué Philippe Lebrun, directeur adjoint du cabinet du préfet. Les trois mineurs ont été interpellés dès mardi soir et placés en garde à vue. L’enquête a été confiée au groupe d’appui judiciaire de la police nationale. Les trois agresseurs présumés doivent être déférés pour être présentés à un juge des enfants jeudi matin.

Mercredi, le préfet Adolphe Colrat a reçu le commandant de la CRS 4 pour faire un point sur leur état de santé et leur transmettre par son intermédiaire « un message personnel de soutien » de Manuel Valls. « Le ministre de l’Intérieur tient ainsi, par l’intermédiaire du préfet à rendre hommage aux forces de l’ordre, et particulièrement aux unités mobiles, qui sont pleinement mobilisées en cette période estivale pour assurer la sécurité de nos concitoyens », ajoute le communiqué.

Le syndicat Unité SGP Police des Alpes-Maritimes a dénoncé dans un communiqué « une nouvelle fois la violence déployée contre (leurs) collègues », réclamant « la plus grande sévérité de la justice ». Le syndicat Alliance estime que « les Alpes-Maritimes ne sont pas un défouloir pour délinquants en vacances ».

Publié par des larbins de la maison Poulaga (LeParisien.fr, 24 juillet 2013)

 

CRS agressés à Nice : trois mineurs du 93 mis en examen

Trois mineurs âgés de 17 ans, originaires de Seine-Saint-Denis, ont été mis en examen jeudi, à Nice (Alpes-Maritimes), deux jours après avoir blessé deux CRS sur la Promenade des Anglais. Deux d’entre eux, inconnus des services de police, ont été placés sous contrôle judiciaire. Le troisième, connu de la police mais au casier vierge, a été placé sous le régime de la liberté surveillée préjudicielle (service spécialisé dans le suivi des mineurs).

Le parquet avait, lui, demandé un mandat de dépôt pour les trois suspects. Ils sont tous trois poursuivis pour « violences volontaires au préjudice de personnes dépositaires de l’autorité publique commises avec arme et en réunion » et « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique ».

Les deux fonctionnaires, issus de la Compagnie républicaine de sécurité n°4, basée à Lagny (Seine-et-Marne), avaient été roués de coups sur la promenade des Anglais, mardi en plein après-midi, par ces trois mineurs qui se promenaient torse nu, enfreignant un arrêté municipal. Les trois agresseurs, qui avaient pris la fuite, avaient été interpellés dans la foulée par des policiers arrivés en renfort.

L’un des fonctionnaires avait voulu utiliser sa bombe lacrymogène, mais avait reçu du gaz lorsque celle-ci « s’était ouverte pendant la bagarre », selon une source proche de l’enquête. L’un des deux policiers avait également été dépossédé de sa matraque par les agresseurs, « particulièrement baraqués », qui s’en sont servis pour le frapper. Un des CRS a eu 30 jours d’ITT pour une fracture au poignet et une entorse cervicale, l’autre un jour pour de multiples contusions, selon le parquet.

Une lettre d’Estrosi à Valls

Le député-maire (UMP) de Nice, Christian Estrosi, qui est à l’origine d’une proposition de loi visant à alourdir les sanctions pour les violences à l’encontre de personnes dépositaires de l’autorité publique, a adressé jeudi une lettre au ministre de l’Intérieur Manuel Valls pour l’interpeller sur la multiplication de ce type d’agressions. « Depuis une semaine sur la ville de Nice, pas moins de quatre fonctionnaires (ont été) blessés dans l’exercice de leur fonction », indique-t-il dans sa missive. « Ces actes font écho aux violences vécues à Trappes la semaine dernière », estime l’élu, sollicitant le ministre pour qu’il demande « l’inscription à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale de (sa) proposition de loi », déposée en mars.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (LeParisien.fr avec l’Agence Faut Payer, 25 juillet 2013)

This entry was posted in La police travaille, Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.