Quelques conseils pour faire face aux contrôles domiciliaires de la CAF

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/011.png

TÉLÉCHARGER LA BROCHURE

Les CAFards – Collectif de chômeurs et précaires à Montreuil

This entry was posted in Luttes des chômeurs et précaires and tagged , . Bookmark the permalink.

2 Responses to Quelques conseils pour faire face aux contrôles domiciliaires de la CAF

  1. Atzo says:

    Rien que ce texte devrait nous hérisser les cheveux sur la tête.
    C’est une honte de laisser s’exercer un pouvoir illégal sur les plus pauvres. Et en cela beaucoup sont complices.

  2. Atzo says:

    pour mieux se défendre on peut aussi ce servir de ce document qui montre le peut de légitimité qu’on les contrôleurs de la CAF dans leur flicage de nos vies privées.
    En fait tout cela n’est possible que parce que tous se taisent.

    http://www.caf.fr/web/WebCnaf.nsf/090ba6646193ccc8c125684f005898f3/70779b033b0eb2ccc125730f002f93a7/$FILE/RP66-DBuchet.pdf

    Le respect de la personne humaine :
    le domicile et la vie privée
    Conformément à l’article 9 du Code civil, « chacun a
    droit au respect de sa vie privée ». L’allocataire a donc
    droit, comme tout citoyen, au respect de son domicile
    et de sa vie privée. Conformément à l’article 8 de la
    Convention européenne des droits de l’homme, l’ingérence
    dans la vie privée doit être prévue par la loi, et
    placée sous le contrôle du juge (1). La sphère de la vie
    privée comporte un certain nombre d’éléments que
    l’on évoquera ci-dessous : domicile, adresse, vie affective,
    etc., qui font partie de la vie privée quand bien
    même ils seraient connus publiquement. L’atteinte à la
    vie privée et à la représentation de la personne constitue
    un délit punissable pénalement. Elle ouvre droit
    aussi à une réparation civile….
    « La preuve
    du concubinage se heurte au respect de la vie privée que les
    agents de la Sécurité sociale ne respectent pas toujours : on est
    dans l’arbitraire » (Malaurie P., Droit civil de la famille,
    1995/1996).

Comments are closed.