[Notre-Dame-des-Landes] « Les flics, on les a virés d’ici »

N.-D.-des-Landes : après une agression sur la D281, la route pourrait être désaffectée

Sur la zone réservée pour l’Aéroport du Grand Ouest à Notre-Dame-des-Landes, l’accalmie consécutive au départ des gendarmes omniprésents d’octobre à avril, est contrariée par des incidents sur une route départementale annexée par les opposants les plus radicaux.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/019.jpg

Une automobiliste a été agressée sur la Route départementale 281, entre le carrefour des Ardillères et le village de la Pâquelais. Cette route est logiquement fermée, mais la signalisation prévenant de cette fermeture disparaît sitôt être posée. Sur plusieurs centaines de mètres, les zadistes (opposants les plus radicaux), ont construit des cabanes, creusé des tranchées, installé des chicanes, monté un mirador. « Les flics, on les a virés d’ici », confient ceux d’entre eux qui acceptent de parler. Pour éviter d’autres incidents, l’Association des opposants historiques (Acipa), rappelle que la route voisine, la D81, est libérée, et recommande une vitesse réduite sur la traversée. Des riverains qui dénoncent une nouvelle fois une « zone de non droit », veulent créer un collectif de défense. Du côté des autorités, l’idée de désaffecter tout simplement cette route devenue impraticable (la D281), est étudiée.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Ouest-France.fr, 7 juin 2013)

This entry was posted in Aménagement du territoire - Urbanisme and tagged , , , , . Bookmark the permalink.