[Qu’est-ce qui se passe à Istanbul ?] “We can choose our own fate through our own collective action”

The First Week of Resistance in Istanbul

We prepared a 7-minute video summarizing the events that took place around Taksim Gezi Park’s occupation by the people in Istanbul.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/042.jpg

VOIR LA VIDÉO

What is happening in İstanbul?, 3 juin 2013

 

Turquie, news depuis Gezi Park

Today we are all someone new!

Many words are about to be spent on these four days. Lots of things will be written, and many grandiose political analyses are surely on their way.

But what has really happened in these four days?

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/082.jpg

The resistance for Gezi Park ignited the collective capacity to organize and act between us common citizens. It took only a spark… we saw the very body of the resistance as it walked towards us along the Bosphorus bridge, we saw it endure without fear along Istiklal street; we saw its limbs in each one who, overcome by the excess of teargas, would still struggle to help one another; we saw it in the shopkeepers giving us food for free; in residents opening their houses to the wounded; in the volunteer doctors and in the grandmothers banging their pots at the window all night long as a sign of defiance.

The police waged a veritable war against us; they ran out of their tear gas stocks, they trapped us in metro stations and shot at us with rubber bullets — but they could not break this body. Because the body of the resistance, once on fire, could only go on. And now all of our experiences are part of a collective memory which will run through its veins like lymph, so that we may always remember one simple fact: that we can choose our own fate through our own collective action.

We can reclaim our life — and where we want to live it.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/092.jpg

The journey which started in Gezi has nurtured our strength and courage with its tenacity, creativity, determination, and self-confidence. In no time, the resistance blossomed from Gezi park to Taksim Square, and from Taksim to all Istanbul and then the rest of the country. The struggle for Gezi park became the place to voice all our rage against anything preventing us from deciding our own ways of living in the city. After this display of rage and solidarity nothing will be the same again. Not one of us will be the same. Because now we have seen something about ourselves we had never seen before. We did not just see it: we made it together. We saw our own bodies ignite to a spark, and set the body of collective resistance to life. The struggle for Gezi park triggered a youth riot: it assigned a place and a meaning to one or two generations who have only lived through AKP governments and who equate Recep Tayyip Erdoğan with authoritarianism. These are the children of the families evicted from Tarlabaşı in the name of grand gentrification plans; these are the workers who lost their jobs in the name of cutting production costs and privatizing factories. Any struggle to come is now going to be enriched by these generations.

The struggle for Gezi Park and Taksim Square has set a new definition of what public space means. Reclaiming Taksim has shattered AKP’s hegemony in deciding what a square is supposed to mean for us citizens, because Taksim is now what the Resistance wants it to mean: our public square. We have seen the resistance that a single spark can ignite, and we know now that we are fully capable of lighting new sparks and new resistances. We can sense our collective might against the dispossession of our commons because we have had a taste of what resistance feels like. We shall not step back from where we are now. Because we know that we carry more than one spark, more than one struggle, and that it is only a matter of moments before a single spark turns into a fire.

This is only the beginning — the struggle goes on!

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/072.jpg

Mailing – Müştereklerimiz, 3 juin 2013

 

Turkey: the triple strike that could change everything

The confluence of a public sector strike, a manufacturing strike and an investor strike could combine to bring the Turkish government to its knees.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/062.jpg

For days, Turkey has been rocked by massive street demonstrations and violent clashes between protesters and police. Ever since authorities brutally uprooted a peaceful sit-in in Istanbul’s Gezi Park, which the government intends to destroy as part of its urban ‘renovation’ projects, millions of Turks have taken to the streets in what amounts to nothing less than a spontaneous popular insurrection against the authoritarian neoliberalism of prime minister Erdogan’s Islamist government and a nationwide uprising for real democracy.

Now the obvious question on everyone’s lips is simple: what’s next? The honest answer is that it’s simply to early to tell. One development, however — largely overlooked by the mainstream media so far — might change everything. Historical “coincidence” has it that two major Turkish unions have independently announced two strikes for June: one by the confederation of public sector workers and one by the metal workers’ union. The former represents civil servants; the latter represents the workers of Turkey’s main manufacturing export engine.

As BBC Newsnight editor Paul Mason writes in his latest blog post, and as I argued in an earlier analysis of the ongoing protests, all eyes are now on the workers — for it is they who hold the key to the insurrectionary gateway that could turn this popular uprising into a full-blown revolutionary event. After all, Mubarak’s government in Egypt only fell after the young middle-class radicals who sparked the uprising managed to mobilize Egyptian workers — culminating into the February 8 Suez strike that threatened to cripple the Egyptian economy.

This is where the dual public sector and metal workers’ strikes may turn out to be crucial events in the development of the ongoing unrest. On Tuesday, June 4, the Public Workers Unions Confederation (KESK), representing 240,000 civil servants, will hold a 48-hour “warning strike” to protest “state terror” in the face of peaceful popular dissent. The strike had already been called last month but happens to coincide with the ongoing protests. If it is to be truly effective, however, this action needs to be turned into an indefinite general strike.

The Türk Metal Union has similarly been mulling a strike for June, although it is not yet known if and when it will take place. This strike could be the real game-changer. If the metal workers’ union manages to mobilize anything close to its 115,000 membership, the strike could paralyze the single most important export engine of Turkey’s manufacturing sector. Taken together, these two strikes could bring to a halt not only large parts of the the state apparatus but also the industrial base, putting major pressure on the government to back down.

Meanwhile, the stock market is collapsing, losing over 10 percent on Monday alone, hinting at investor fears that Turkey may no longer be the regional role model and capital safe haven it was once touted to be. Over the past decade, Turkey witnessed an investment boom of epic proportions, turning the country into Europe’s fastest-growing economy. Most of the recent inflows, however, are those of Arab sheiks who fear that their investments are no longer safe in Europe due to both the eurozone crisis and a clampdown on ‘dictatorial’ bank accounts.

These sheiks may now wish to deposit their money outside of Turkey, triggering a sudden evaporation of the financial base upon which the Turkish economic miracle of the past years ultimately rested. In other words, the ongoing popular uprising may trigger consequences far beyond those currently foreseen by most Western media commentators. The economy, as always, is the Achilles heel of the capitalist state, and by striking right at the heart of the process of capital accumulation the people can significantly weaken the government.

In the end, all of this comes down to a simple notion that I have expressed in a number of recent writings, including this conference paper. The capitalist state — regardless of whether it is developing or developed, democratic or dictatorial — is structurally dependent on capital. Without the constant circulation of investment in the economy, the state simply risks collapse. This is why a triple public sector strike, manufacturing sector strike and investor strike could be the unholy trinity that brings Erdogan’s authoritarian government to its knees.

Again, as I emphasized in my more extensive analysis of the protests and the prospects of revolutionary change in Turkey, all of this remains undetermined. The future is yet to be written. But the historical confluence of popular unrest in the streets, labor strikes in the public sector and manufacturing industry, and investor panic in the stock market may combine into a toxic potion that could take Turkey far beyond even the wildest dreams of those currently assembled in the streets. Again, all eyes are on the workers.

Jerome Roos, RoarMag.org, 4 juin 2013

 

TURQUIE – LA JEUNESSE LAÏQUE NE VEUT PAS LÂCHER, MÊME SI ELLE SAIT QUE DES ÉLECTIONS ANTICIPÉES DONNERAIENT L’AKP VAINQUEUR – INFORMATION CHRONIQUE – C’est là que se situe la situation de rupture. Car si ces jeunes, laïcs pour une immense majorité des manifestants, bien éduqués, issus des centres urbains, principalement dans les villes de l’ouest turc, savent que même avec une démission de Recipe Tayyip Erdogan et des élections anticipées, l’AKP remporterait à nouveau les législatives. Alors quoi faire ? Voila la situation de blocage. Car l’AKP, ce sont des scores, dans des élections plurielles et libres, à 47 puis 50 % des voix pour un seul parti… quand les partis laïcs ne font que 25 % au maximum. Ce 3 juin, des centaines de milliers de manifestants continuent encore d’envahir les rues, déterminés mais résignés.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/012.jpg

 

TURQUIE – FÉMINISTES, HOMOSEXUELS ET TRANSSEXUELS DANS LA CONTESTATION – INFORMATION CHRONIQUE – Les mouvements féministes revendiqués et mêmes les organisations revendicatives homosexuelles et transsexuelles n’ont pas loupé le train des manifestations. Profondément hostiles au pouvoir de l’AKP, ces organisations estiment que les droits des femmes ont régressé en Turquie tandis que les organisations pour les droits des homosexuels dénoncent les terreurs régnant sur eux. Chose connue et étudiée, la place Taksim d’Istanbul est, le soir venu, le lieu de rencontre et de ballade des couples homosexuels. La place devenue synonyme d’une société laïque/libérale contre l’AKP est donc aussi symbolique pour ces minorités. Non loin de la place, le boulevard de Tarlabaşı est aussi une lieu de fréquentation homosexuelle et bisexuelle.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/021.jpg

 

TURQUIE – UN CONTACT DE LA CHRONIQUE DANS L’AKP ASSURE QUE DANS LE PARTI, CERTAINS RÉFLÉCHISSENT, S’IL LE FAUT, À DES ÉLECTIONS LÉGISLATIVES ANTICIPÉES ALORS QUE LA CONTESTATION SE DURCIT ET GRANDIT DANS LES ZONES DÉJÀ TOUCHÉES – INFORMATION CHRONIQUE – Les manifestants de l’opposition ne veulent rien lâcher. Face à cela, l’AKP a une arme de destruction massive de la révolte : des élections anticipées… Si, il y a quelques jours, la chose n’était même pas citée, elle commence déjà à circuler dans les offices provinciales de l’AKP. Le but serait de convoquer, si la révolte perdure et s’étend dans les grandes villes déjà touchées (et c’est le cas), des élections générales parlementaires anticipées. Aux dernières élections de ce type, en 2007 et 2011, l’AKP avait écrasé ses adversaires. Le but de l’AKP serait simple : les manifestants parlent « d’occupygezi » et de « democracy now » et de leurs « droits ». Et bien l’AKP, en lançant des élections, et s’il les gagnait (presque certainement), pourrait ensuite retourner contre les manifestants, s’ils refusaient le vote populaire, leur refus d’eux même de ces votes…

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/03.png

La Chronique a contacté plusieurs personnes en Turquie, des camps multiples de la situation, et suivra, avec eux, les évènements en cours.

 

TURQUIE – SOUS TWITTER, OSEZ CREUSER… – INFORMATION CHRONIQUE – Après plusieurs discussions, et ayant toujours du culot, je n’hésite jamais à poser des questions sur l’appartenance religieuse (ou s’ils n’en ont pas) de mes interlocuteurs, très intéressante dans cette partie du monde. Et pour la plupart, jusque là, ce sont des alévis, avec des kurdes et des sunnites laïcs. Branche très isolée de l’Islam politique, l’alévisme est comparable en partie au culte alaouite des arabes de Syrie (et du sud turc), l’alévisme est très bien implanté en Turquie. Et nombre de manifestants revendiquent justement d’être des alévis pour dénoncer la répression des minorités par le régime au pouvoir, de l’AKP, lié à une base populaire sunnite majoritaire. Or les relations entre sunnites et alévis sont fragiles et peuvent dégénérer. Sous les tas de Tweet, il faut donc toujours creuser… (Une récente photographie d’une rivière de sang dans Istanbul s’est avérée être un « fake » comme on dit : il s’agissait d’une mise en scène [seau d’encre rouge versé dans flaques d’eau…] par des manifestants pour ensuite faire circuler l’image qui a fait pendant un petit moment le « buzz » sur Twitter avant que certains ne dénoncent justement cette photographie : attention donc aux images utilisées et vérifiez !).

Les alévis se sont sentis ainsi profondément touchés par les attaques contre l’alcool, contre les cours d’éducation religieuse, etc… Autant d’éléments qui s’accumulent. Ils sont aussi clairement liés par solidarité commune avec les alaouites du sud-turc. Beaucoup d’alévis ont pris position, par hostilité aussi au régime turc, pour le régime du clan Assad, dominé par des familles alaouites via le Baath. Lors de manifestations tenues récemment, présentées, comme de soutien au clan Assad, plusieurs organisations clairement revendiquées alviés et alaouites participèrent sous des banderoles revendiquant ces cadres religieux. Pour le moment, dans le cadre de la révolte urbaine laïque turque, rien n’a été vu de tel. Pas encore donc de confessionnalisme revendiqué comme acte politique, mais le pas peut être très vite franchi.

 

TURQUIE – COMPARAISON DE LA CARTE DES RÉSULTATS ÉLECTORAUX DE 2011 AVEC LES POINTS DE CONCENTRATION DES MANIFESTATIONS – CARTE CHRONIQUE – Les centaines de milliers de manifestants turcs se concentrent dans plusieurs villes, mais pas n’importe lesquelles. Et par le croisement des résultats aux élections législatives générales de 2011, libres et plurielles [pour rappeler que la Turquie est un pays où l’opposition laïque peut se présenter] avec les principales cités touchées par les manifestations, on observe un vif retour à la réalité : sorte de sursaut, les laïcs de Turquie sont concentrés dans certains quartiers d’Istanbul et d’Ankara (villes qui ont voté largement pour l’AKP, simple rappel) mais surtout dans des villes côtières symboliques et bastions historiques des laïcs, le reste du pays, majoritaire, et votant pour l’AKP, n’étant peu voire pas du tout touché.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/05.png

VOIR LA CARTE

La Chronique du printemps arabe, par Cédric Labrousse, sur Facebook, 3 & 4 juin 2013

 

3 juin : Les anarchistes révolutionnaires appellent à la solidarité internationale pour organiser une révolte générale contre le terrorisme d’État

La semaine dernière, un groupe de manifestants a commencé une action de sauvegarde de l’environnement après que quelques arbres ont été abattus illégalement au nom de projets de gentrification urbaine. Au deuxième jour de la protestation, très tôt le matin, la police a attaqué les manifestants avec des bombes de gaz, des canons à eau et des balles en plastique. De nombreuses personnes ont été blessées. Ce fut l’étincelle de la lutte contre ce terrorisme d’État qui s’est répandue dans tout le pays et s’est transformée en une action massive et organisée de révolte globale. Les gens impliqués contre l’augmentation des attaques, le terrorisme d’État et la violence de la police ont transformé les rues en zones de résistance. Cette révolte générale a grandi pendant quatre jours et se répand.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/122.jpg

Des centaines de milliers de manifestants ont résisté, place Taksim, où le gouvernement a bloqué les entrées et la violence de la police a atteint un sommet. Finalement, le square a été occupé après la construction de barricades autour de la place Taksim et les manifestants ont pris le contrôle de Taksim. Les manifestants à Ankara ont occupé les rues en solidarité avec Istanbul et des barricades ont été construites dans les lieux importants de la ville, diffusant la révolte. Des centaines de manifestants à Izmir, une autre grande ville, ont brûlé le bâtiment du parti au pouvoir.

La solidarité et le soutien aux mouvements de protestation et dans les zones d’affrontements sont très importants. Dans chaque ville où des affrontements sont en cours, les gens ont ouvert leurs maisons aux manifestants et aux personnes blessées. Beaucoup de gens ont mis à disposition des trousses de premiers soins et de la nourriture dans leurs cours pour les manifestants. Les équipes médicales volontaires auto-organisées se sont rendues dans les zones d’affrontements et ont aidé instantanément les manifestants blessés. Des avocats bénévoles aident les manifestants en détention.

Alors que les affrontements se poursuivent, le nombre de morts et de blessés est en augmentation. Les grands médias agissent toujours comme si rien ne s’était passé. Le nombre de morts serait d’une dizaine, mais ce n’est pas certain, car il n’y a pas de déclarations officielles. Un manifestant à Istanbul a été renversé par une voiture alors qu’il bloquait une rue, un autre a reçu un coup à cause des bombes à gaz, un autre encore a été renversé par la police et tous ont perdu la vie. Un manifestant à Ankara a été blessé à la tête par le feu de la police et il est en état de mort cérébrale.

Alors que l’action et les affrontements se poursuivent ici, la solidarité mondiale est en augmentation. Les « Anonymous » ont piraté les sites du parti au pouvoir, de la police d’Istanbul, de la municipalité d’Ankara et de nombreux autres organismes gouvernementaux. Les « Anonymous » ont déclaré qu’ils vont continuer les cyber-attaques tant que le terrorisme de l’État turc se poursuit. Alors que des millions de personnes résistent dans les rues aux attaques de la police dans tout le pays, certains partis de l’opposition tentent de tirer profit, de manipuler l’action en la politisant. Tout comme ce que nous avions vu dans certaines régions au cours du printemps arabe, les partis d’opposition (en particulier les kémalistes) tentent de s’approprier la portée des actions menées. Les partis d’opposition, en profitant de politisation sociale, tentent de profiter de la situation dans l’espoir de prendre le pouvoir. La révolte en cours a laissé les politiciens et l’État dans une mauvaise position. Alors que le gouvernement tente de manipuler la révolte en la qualifiant d’être la manifestation d’« un groupe de radicaux », la crise se propage dans l’économie. La crise économique a montré de premiers signes dans le marché boursier.

Cependant, c’est une des plus grande révolte massive dans l’histoire du pays et les gens sont dans les rues afin de s’opposer à la hausse des politiques d’interdiction, d’oppression et de suppression, à la terreur d’État et à la violence policière que n’a cessé d’augmenter pendant une longue période. Les personnes, que l’État avait essayé de dompter par une oppression de centaines d’années, sont maintenant directement en révolte contre lui.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/112.jpg

TÉLÉCHARGER LE TRACT

Nous appelons tous les camarades qui luttent partout dans le monde : faites entendre la voix de la révolte générale, partout où vous pouvez, contre l’État turc et les grands médias qui tentent de la réduire au silence. Organisez des actions de solidarité pour être avec les millions de gens dans les rues.

Joignez votre voix à la révolte du peuple que l’État avait ignoré, opprimé et exploité pendant des années. Que le feu de la révolte contre l’État turc que nous avons commencé avec une étincelle et qui ne cesse de croître, se développe davantage.

Istanbul est partout et la résistance est partout contre le terrorisme d’État, la violence de la police et contre l’exploitation capitaliste.

Nous continuerons à diffuser les informations tant que l’émeute se poursuit.

Action Révolutionnaire Anarchiste (DAF)
Traduit par la Fédération Anarchiste

 

2 juin : Dernières informations concernant les émeutes en Turquie

Les affrontements ont commencé hier matin avec la même intensité que le premier jour de la résistance. La police a bloqué les voies entrant à Taksim. Bien que les attaques de la police étaient plus dures que la veille, près d’un million de personnes se sont battues, déplaçant les barricades pour virer la la police. Ensuite, toutes les personnes ont occupé Taksim et Gezi Park. La police a dû s’échapper et leurs voitures qui ne pouvaient s’échapper ont été brûlées.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/06/102.jpg

Hier, les affrontements se sont propager dans tout le pays. Dans de nombreuses autres villes, la police a attaqué les manifestants avec des bombes de gaz, d’eau toxique sous pression et des balles en plastique. Les manifestants ont organisé des zones libres protégées derrière des barricades.

Hier, nous, en tant que DAF (Action révolutionnaire anarchiste), étions sur le front et, pendant les premiers instants qui ont suivi l’entrée dans la place, nous avons écrit une déclaration publique :

Ce n’est que le début, la lutte continue

La révolte est hors du temps et de l’espace. Pendant environ 40 heures, de Istiklal à Harbiye, de Tarlabasi à Besiktas, la liberté de la rébellion se fait sentir. Nous arrivons à la place Taksim de Istiklal, après 40 heures d’affrontements. Les agents d’application de la loi s’enfuient avec leurs véhicules. Quarante heures, quarante ans, la place a été notre monde.

Il s’agissait bien de la liberté de la rébellion, et c’est peut-être le slogan le plus effrayant, ce n’est que le début, la lutte continue.

Oui, notre lutte continue jusqu’à ce que nous construisions le monde libre, que nous portons dans nos cœurs.

Action Révolutionnaire Anarchiste (DAF)
Traduit par la Fédération Anarchiste

This entry was posted in General and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

1 Response to [Qu’est-ce qui se passe à Istanbul ?] “We can choose our own fate through our own collective action”

  1. Pingback: TURQUIE – LA JEUNESSE LAÏQUE NE VEUT PAS | perepeinard

Comments are closed.