[Mort aux El-Assad et à tous leurs complices !] « Nous mangerons vos cœurs et vos foies, vous les soldats du chien Bachar »

Syrie : l’une des vidéos les plus atroces du conflit postée sur Internet

Sur ce document, un rebelle syrien est filmé en train d’arracher le cœur et le foie d’un soldat mort. Membre d’un groupe rebelle, il a déjà été repéré dans plusieurs attaques.

Des « atrocités choquantes », mais qui résultent de la non-application du droit international. C’est ainsi qu’a réagi l’ONG Human Rights Watch (HRW) en découvrant une vidéo violente postée dimanche sur Internet par un groupe de rebelles syriens. On y voit un combattant mutiler un soldat pro-gouvernement, ouvrir son corps et en extraire le foie et le cœur. L’homme qui effectue cette mutilation déclare : « Je promets à Dieu que nous mangerons vos cœurs et vos foies, vous les soldats du chien Bachar », avant de porter le cœur à sa bouche.

Cette vidéo, diffusée par un groupe présent sur Internet sous le nom de Syrian Truth, est l’une des plus atroces diffusées au cours des deux années de conflit en Syrie, d’après la BBC. HRW l’a signalée sur son site, et explique avoir identifié l’homme visible sur la vidéo.

Il s’agirait d’Abu Sakkar, un membre d’un groupe connu sous le nom de la Brigade indépendante Omar al-Farouq. Son nom est prononcé par la personne qui filme la scène. L’ONG a par ailleurs comparé cette vidéo avec d’autres films diffusés auparavant sur Internet lors d’attaques. Elle confirme qu’il s’agit sans doute du même homme, identifié comme Abu Sakkar. Son vrai nom serait Khalid al-Hamad.

Une violation du droit international

D’autres vidéos postées par la Brigade indépendante Omar al-Farouq le font apparaître, portant la même veste que dans la scène de mutilation, en train de charger un lance-roquettes. Le magazine Time explique dans un article publié lundi que deux de ses journalistes avaient déjà vu cette vidéo en avril, en présence de plusieurs soutiens d’Abu Sakkar et notamment son frère. Tous ont déclaré la vidéo authentique.

HRW rapporte que la Brigade indépendante Omar al-Farouq a été formée en octobre 2012, selon son site internet. Elle inclut des combattants du quartier de Baba Amr à Homs et des zones rurales au sud de la ville.

L’ONG américaine souligne le fait que de tels actes violent le droit international, qui « interdit toute mutilation de corps morts » et que les lois encadrant la guerre doivent être respectées par les deux parties impliquées dans le conflit. D’après la Cour pénale internationale « “l’outrage envers la dignité de la personne” est un crime de guerre, ce qui inclut l’humiliation, la dégradation, ou d’autres violations de la dignité d’un corps mort », rappelle HRW, pour qui l’opposition syrienne doit agir contre ces violences.

Leur presse (LeFigaro.fr, 14 mai 2013)

This entry was posted in La révolution syrienne and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

1 Response to [Mort aux El-Assad et à tous leurs complices !] « Nous mangerons vos cœurs et vos foies, vous les soldats du chien Bachar »

  1. **** says:

    SYRIE – LE REBELLE LE PLUS RECHERCHE PAR LA REBELLION EN SYRIE – INFORMATION CHRONIQUE – Le « boucher des campagnes », Khalid al-Hamad, est désormais en fuite de sa région du sud de Homs. Après avoir confirmé via Skype à un journaliste du Time Magazine ses horreurs commises (celle du cadavre mutilé et une révélation sur un autre crime commis à Jobar, à Homs, sur un shabiha capturé, qu’il aurait découpé…), Abu Sakkar, comme il est surnommé, et qui avait été [INFORMATION CHRONIQUE] exclu d’al-Farouq par Abdelrazzaq Tlass au début de l’automne 2012 après des excès de folie, est en fuite. Et il peut courir. La majeure partie des brigades de l’ASL et du FPLS se sont ralliés à l’appel à sa capture, « mort ou vif ! ». Le FIS devrait à son tour communiquer sur la chose. Le FIS avait refusé d’intégrer Khalid al-Hamad, symbole d’un fou isolé et meurtrier dont l’élimination ne fera guère qu’améliorer les rangs de la rébellion.

    (La Chronique du printemps arabe sur Facebook, par Cédric Labrousse, aujourd’hui, vers 18h35).

Comments are closed.