[Vive la Syrie libre !] « C’est le peuple syrien qui décidera du genre d’État qu’il veut »

Syrie : Plusieurs brigades islamistes rejettent la tutelle d’el-Qaëda

Plusieurs brigades de la rébellion syrienne ont rejeté l’adhésion du Front jihadiste al-Nosra au réseau extrémiste el-Qaëda, estimant que la priorité était de combattre le régime et appelant à un islam « modéré ».

http://juralib.noblogs.org/files/2013/04/14.jpeg

Des Syriens lors d’une manifestation anti-régime le 12 avril 2013 à Alep.

« Ici, en Syrie, nous avons lancé le jihad (guerre sainte) contre le régime (…), pas pour prêter allégeance à X ou Y et pas pour qu’on impose sur nos frères et notre peuple des choses malgré eux », a fait savoir vendredi dans un communiqué le Front islamique de libération de la Syrie.

Ce front regroupe une vingtaine de bataillons islamistes sous l’autorité de l’Armée syrienne libre (ASL) — principale composante de la rébellion armée —, comme le Liwa Al-Tawhid, Liwa Al-Islam ou les brigades Al-Farouk.

Mercredi, le Front al-Nosra, un groupe formé de jihadistes syriens et étrangers et qui n’est pas membre de l’ASL, a prêté allégeance au chef d’el-Qaëda Ayman al-Zawahiri, qui avait appelé à l’instauration d’un « État islamique » en Syrie.

« Prêter allégeance à des gens qui ne savent rien de notre situation ne peut pas servir notre peuple et notre nation », estime le communiqué. « Ô Moujahidine, le Front islamique de libération de la Syrie vous appelle à unifier vos rangs (…) et à suivre le chemin de la modération qu’a toujours connu la Syrie ».

Les mouvements islamistes regroupés sous l’ASL affirment avoir une interprétation « modérée » de l’islam, comparé aux factions salafistes.

L’annonce d’al-Nosra a été rejetée par l’opposition syrienne, tandis que le régime, qui assimile la rébellion à du « terrorisme », a demandé à l’ONU d’inscrire le groupe sur sa liste noire d’individus et d’organisations affiliés à el-Qaëda.

Ce sujet était également présent vendredi lors des manifestations hebdomadaires contre le régime de Bachar al-Assad.

À Kafr Nabel, dans le nord-est de la Syrie, des manifestants brandissaient une banderole proclamant : « Notre révolution n’est pas contre le régime en tant que tel, elle est contre les attaques contre la raison et l’oppression (…) quelles que soient les formes qu’elles prennent ».

À Alep (nord), des manifestants ont défilé dans le quartier de Boustan al-Qasr tenu par les rebelles avec des pancartes disant : « C’est le peuple syrien qui décidera du genre d’État qu’il veut », et d’autres ont scandé « Nous ne laisserons personne (nous) imposer sa tutelle » dans le quartier de Qaterji.

Le Front al-Nosra avait cependant des partisans dans la province d’Idleb (nord-ouest) comme à Bineche, où des banderoles proclamaient : « Le peuple islamique veut un califat islamique ».

(…)

Publié par des ennemis de la révolution syrienne (lorientlejour.com/Agences, 12 avril 2013)

This entry was posted in La révolution syrienne and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.