[Brésil] Nouvelle mutinerie dans une Prison de Haute Sécurité

Une mutinerie a éclaté ce jeudi 21 février vers 09H00 du matin dans la Prison de Haute Sécurité Nélson Hungria à Contagem, en périphérie de Belo Horizonte. La rébellion aurait commencé par la prise en otage d’un agent pénitentiaire ainsi que d’une enseignante qui travaille dans la prison. Une centaine de détenus auraient participé à l’action.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/NH5.jpg

Le pénitencier a vite été encerclé par un important contingent de la police militaire suivie par le Groupement d’Action Tactiques Spéciales chargé des « négociations ».  Certains détenus ont investis le toit de la prison et arrachés une partie de la toiture tandis que des matelas étaient brûlés dans la cour. Dans la cour du Pavillon 1, où a eu lieu la révolte, les mots « oppression » et « système » ont été écrits sur le sol à l’aide de draps. Tandis que quelques détenus ont tentés de quitter le Pavillon par le toit à l’aide de cordes improvisées, la police a usé de « grenades à effet moral » afin de dissuader  la tentative d’évasion.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/NH7.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/NelsonHungria2.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/NH10.jpg

Au travers du talkie-walkie du maton pris en otage, les mutins ont exprimés leurs revendications. Celles-ci concernaient surtout l’assouplissement du règlement encadrant les visites. Les mutins demandaient notamment la fin du passage obligatoire par les rayons X pour les visiteurs, qui empêchait l’entrée de femmes enceintes. Le départ du nouveau directeur de la prison figurait aussi parmi les principales revendications. « La première revendication c’est le départ de la direction de la prison, sans ça on va pas se calmer » aurait dit l’un deux. L’actuel directeur de la prison a adopté récemment un nouveau règlement qui réduit fortement les possibilités de visites.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/O%CC%82nibus.jpg

Dans la nuit du jeudi au vendredi, un bus a été brûlé après avoir été vidé de ses passagers près du quartier California, en soutien aux mutins.

La mutinerie a pris fin dans la journée du vendredi. Les mutins ont libérés les otages après avoir mis par écrit leurs revendications, en ajoutant parmi elles l’absence de représailles à l’égard des détenus ayant participé à la rébellion. Ils ont aussi demandé à ce qu’aucun d’entre eux ne soit transféré vers un autre pavillon. La direction du pénitencier aurait accepté d’assouplir les horaires de visites ainsi que de permettre aux femmes enceintes d’accéder au parloir sans passer par les rayons X. Elle a par contre refusé l’éloignement du nouveau directeur.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/NelsonHungria4.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/NelsonHungria3.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/NH6.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/NH9.jpg

Ce type de révolte est récurrent dans l’histoire du système carcéral brésilien, au début du mois une révolte similaire a eu lieu dans la prison de Arroio dos Ratos, près de Porto Alegre. En mai de l’année dernière, trois pénitenciers avaient été secoués simultanément par des révoltes dans la ville de Joao Pessoa.

Sources : em.com.br g1.globo.com

Un correspondant du Jura Libertaire, le 23 février 2013

This entry was posted in Beau comme une prison qui brûle and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.