Sit-in des ouvriers de Goodyear à Rueil-Malmaison

Goodyear : des policiers blessés et un manifestant interpellé

Le rassemblement de plusieurs centaines de salariés de Goodyear, à l’occasion du comité central d’entreprise (CCE) sur la fermeture de l’usine d’Amiens nord, a tourné à l’affrontement avec les forces de l’ordre. Dix-neuf policiers ont été blessés, jeudi 7 mars, lors d’échauffourées entre les forces de l’ordre et plusieurs centaines de salariés de Goodyear devant le siège de l’entreprise à Rueil-Malmaison, et une personne a été interpellée.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/001.jpg

Au milieu d’un énorme panache de fumée noire, des salariés ont commencé à jeter divers projectiles, notamment des pneus enflammés, sur les CRS qui bloquaient l’accès au site des Hauts-de-Seine avec des véhicules antiémeutes et qui ont répliqué par des tirs de grenades lacrymogènes. La personne interpellée l’a été « pour jets de projectiles sur des forces de l’ordre et participation à un attroupement armé », a précisé une source policière.

Un CCE sur le projet de fermeture de l’usine Amiens-Nord s’est ouvert jeudi matin au siège de Goodyear, sur le projet de fermeture de l’usine d’Amiens nord, six ans après les premières annonces concernant la restructuration du site. Un second CCE, extraordinaire celui-là, est prévu dans l’après-midi. Le CCE ordinaire doit détailler « la présentation du rapport de l’expert Secafi mandaté par le CCE, les mesures d’accompagnement social et l’analyse économique autour du projet de restructuration », selon la direction. Le rapport Secafi envisage des mesures alternatives, alors que la direction a annoncé fin janvier la fermeture de l’usine d’Amiens nord, menaçant 1173 emplois.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/009.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/010.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/007.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/412.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/006.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/004.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/0131.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/002.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/402.jpg

« RAPPORT CATASTROPHIQUE »

Mickaël Wamen, secrétaire général CGT à Amiens nord et élu au CCE, a évoqué « un rapport catastrophique ». Il a affirmé qu’il allait « voter des délibérations pour que le plan social soit annulé le plus vite possible ». « Il y a six ans jour pour jour, on nous a annoncé la fermeture du site et il n’y a pas eu un seul licenciement », a-t-il insisté. La CFDT défend de son côté « des propositions alternatives à l’appui du rapport de l’expert », notamment « la piste éventuelle d’un repreneur » et d' »un plan de départs volontaires qui pourrait concerner environ 400 personnes jusqu’à 56 ans », a indiqué Didier Raynaud, élu CFDT au CCE.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/0141.jpg

Mickaël Wamen

http://juralib.noblogs.org/files/2013/03/005.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/008.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/0121.jpghttp://juralib.noblogs.org/files/2013/03/003.jpg

Presse esclavagiste (LeMonde.fr avec l’Agence Faut Payer, 7 mars 2013 – 14h44)

 

Goodyear : six salariés blessés

En plus des dix-neuf policiers blessés dans les échauffourées entre forces de l’ordre et salariés de Goodyear, la FNIC-CGT fait état de six salariés blessés, dont deux avec arrêt de travail de 14 jours, victimes d’un « déchaînement de violences policières ».

« Non seulement la violence patronale jette des centaines de familles dans le désarroi, mais aujourd’hui le gouvernement a choisi son camp, celui du capital contre celui des travailleurs », écrit le syndicat dans un communiqué.

Goodyear juge pour sa part « inadmissibles » les actes de violence qui se sont déroulés en marge du CCE. « Nous tenons à souligner que seul le dialogue social permettra des discussions constructives et la création des meilleures conditions pour trouver des solutions adaptées pour les salariés d’Amiens Nord », écrit Henry Dumortier [sic – NdJL], directeur général de Goodyear Dunlop Tires France.

Presse esclavagiste (LeFigaro.fr avec Reuters, 7 mars 2013)

 

Goodyear Amiens-Nord : la CGT veut créer une Scop

Le syndicat a annoncé, par la voix de son avocat, son intention de reprendre l’usine par le biais d’une société coopérative et participative.

La CGT, syndicat majoritaire à l’usine Goodyear, d’Amiens-Nord a annoncé, mardi 26 février, par la voix de son avocat, son intention de créer une Scop (société coopérative et participative) pour reprendre l’usine en lieu et place de l’américain Titan International.

« On a travaillé à la possibilité de créer une Scop pour réaliser exactement le même projet que celui qui devait être mis en oeuvre par Titan », a annoncé l’avocat Fiodor Rilov aux salariés rassemblés sur le parking de l’usine avant de manifester.

Le groupe américain Titan International, un temps pressenti pour reprendre l’usine Goodyear d’Amiens-Nord, avait finalement renoncé à ce projet. « Ce projet ne pourra se mettre en place que si une immense majorité des salariés de cette usine décide de s’en emparer », a ajouté l’avocat. Pour lui, « le projet de Titan avait un seul défaut : il était porté par Titan (…) qui refusait de signer un engagement sur la production ».

« Cette usine existera tant qu’on y croira »

Ce rassemblement des salariés de Goodyear à l’appel de la CGT n’est que le début d’une « journée de lutte » pour protester contre le projet de fermeture du site d’Amiens-Nord, qui emploie actuellement 1.173 salariés. Une réunion doit se tenir « la semaine prochaine ou dans quinze jours » pour évoquer le projet de Scop, a indiqué le représentant de la CGT, Mickaël Wamen.

« L’activité de pneus agraires est parmi les plus rentables pour Goodyear, qui fait des profits colossaux », a estimé Me Rilov. « Il y a une possibilité économique de poursuivre cette activité dans le cadre d’une Scop: il n’y a pas de contestation possible », a estimé l’avocat, à une condition toutefois : « Goodyear doit accepter de donner à une éventuelle Scop (…) tout ce qu’il était prêt à livrer gratuitement à Titan »

« S’ils nous disent non, il va falloir qu’ils expliquent au juge pourquoi ils préfèrent licencier 1.200 personnes », a poursuivi le conseil de la CGT, devant quelque 300 salariés de Goodyear. « Cette usine existera tant qu’on y croira », a estimé Mickaël Wamen.

Presse esclavagiste (tempsreel.nouvelobs.com avec l’Agence Faut Payer, 26 février 2013)

This entry was posted in Radicalisation des luttes ouvrières and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Sit-in des ouvriers de Goodyear à Rueil-Malmaison

  1. Adé says:

    D’ailleurs : « Pour la direction, seul le dialogue social permettra des discussions constructives » (20mn)

  2. Adé says:

    Il s’agit ,selon toute vraissemblance, d’une agression envers les forces démocratiques républicaines et sécuritaires perpétrée par de jeunes marginaux -problement d’origine bourgeoise- en mal de révolte. Le syndicat des travaillleurs toujours plus compétitifs (STTPC) condamne sans ambigüité cet ignoble et sauvage attentat. Les vrais travailleurs ne peuvent se reconnaître dans de telles pratiques anti-démocratiques, et attendent sagement et avec courage que leur sort soit fixé par les voies de la conciliation et du dialogue social, respectueux-euses des traditions républicano-patronales qui font la richesse de notre nation fièrement occidentale et attachée à ses racines chrétiennes.
    Pour le STTPC : Adé.

Comments are closed.