[Flics, porcs, assassins] La police travaille à la Grande-Borne (Grigny)

Grigny : il meurt en tentant d’échapper à la police

Un homme a été mortellement percuté, hier soir, à Grigny par une voiture après un contrôle de police à proximité de la Grande-Borne.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/093.jpg

La Grande-Borne (Grigny), hier soir. Un important dispositif de sécurité a été mis en place pour pallier tout débordement.

Un banal contrôle de routine a tourné au drame, hier soir à Grigny. À proximité du quartier sensible de la Grande-Borne, un jeune homme de 24 ans a trouvé la mort, renversé par une voiture, conduite par des particuliers.

Il est aux environs de 20 heures lorsqu’un équipage de la brigade anticriminalité (BAC), en poste place de la Treille, découvre deux barrettes de cannabis sur un homme à l’issue d’un contrôle.

Celui-ci s’y était soumis sans faire d’histoires. Mais, au moment où les policiers tentent de le faire monter dans leur véhicule afin de le conduire au commissariat, il prend brusquement la fuite. Dans sa course, il traverse l’avenue Victor-Schœlcher, une artère très fréquentée à cette heure.

« À ce moment-là, une voiture l’a percuté et l’a projeté sur l’autre voie, raconte un policier. Un second véhicule arrivant dans l’autre sens l’a heurté à son tour alors qu’il se trouvait au sol. » Souffrant de blessures multiples, le jeune homme reste au sol.

La victime était originaire de Sainte-Geneviève-des-Bois

« Il a alors été pris en charge par les fonctionnaires de la BAC qui ont procédé à son contrôle, poursuit cette même source policière. Ils ont tenté de lui faire plusieurs points de compression, mais son état s’est vite dégradé. » Pompiers et Samu sont rapidement sur place, mais, malgré les massages cardiaques, ils ne parviennent pas à le ranimer. Le jeune fuyard est décédé sur place quelques minutes plus tard. Très rapidement, le quartier a été sécurisé par une bonne quarantaine de policiers antiémeute. Un dispositif qui devait rester actif une grande partie de la nuit.

« Il faut mettre fin à toutes les rumeurs. Je précise qu’aucun véhicule de police n’est en cause dans cet accident », affirme Luc-Didier Mazoyer, le directeur départemental de la sécurité publique de l’Essonne.

Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime n’est pas originaire du quartier de la Grande-Borne, ni même de Grigny, mais de la commune voisine de Sainte-Geneviève-des-Bois.

Un point d’information sur cet accident est prévu aujourd’hui, en fin de matinée, par le parquet d’Évry.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Laurent Degradi, LeParisien.fr, 13 février 2013)

 

Voulant échapper à la police, il meurt renversé par des voitures

Née en 1988, la victime est décédée à la suite de ses blessures, après la collision qui a eu lieu à Grigny.

Un homme d’une vingtaine d’années est mort mardi soir après avoir été renversé par deux voitures conduites par des particuliers alors qu’il tentait d’échapper à pied à un contrôle de police près du quartier sensible de la Grande Borne à Grigny (Essonne), a-t-on appris auprès de sources concordantes. Née en 1988, la victime est décédée à la suite de ses blessures, a indiqué à l’AFP le parquet d’Évry. Selon des sources policière et préfectorale, l’homme avait fait l’objet d’un contrôle de police auquel il s’est soustrait en prenant la fuite à pied.

Les véhicules impliqués sont des voitures de particuliers et la victime n’a pas été poursuivie par les policiers, a précisé une source policière. L’accident s’est produit peu après 20 heures à la limite des villes de Grigny et de Viry-Châtillon.

Un porte-parole du maire de Grigny, Philippe Rio (PCF) a déploré cet accident mortel précisant que le jeune homme décédé n’était pas originaire de la commune. Déployés mardi vers 22 heures à proximité de la cité de la Grande Borne classée zone de sécurité prioritaire (ZSP), des effectifs de police et des CRS n’étaient plus visibles peu avant 23 heures près de la cité qui semblait calme, a constaté un journaliste de l’AFP. Un point d’information sur cet accident est prévu mercredi en fin de matinée par le parquet d’Évry.

L’enquête a été confiée à la sûreté départementale de l’Essonne.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Agence Faut Payer, 12 février 2013)

This entry was posted in La police travaille, Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged , , , , . Bookmark the permalink.