[Prévention absolue] « La liberté individuelle est un concept qui n’existe plus dès lors qu’on parle de sécurité et de prévention. Notre idéal de société pacifiée est incompatible avec les gestes de révolte et de survie que les conditions économiques actuelles continueront immanquablement de provoquer »

Berne. Un faux courrier prône le retour du fichage

Une lettre signée par la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga dénonce le tout sécuritaire. Les auteurs de la missive seront poursuivis.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/025.jpg

Plusieurs habitants de Suisse romande ont reçu ce courrier. Il porte l’en-tête du Département fédéral de justice et police (DFJP) et usurpe l’identité de la ministre Simonetta Sommaruga. Son contenu laisse pourtant peu de place au doute : il milite pour des examens psychiatriques de dangerosité soumis à l’ensemble de la population. Et redirige vers un site qui, tout en admettant la « farce », dénonce les lois d’internement prévues dans le Code pénal.

« Cette lettre est un faux et une copie a été transmise à la police judiciaire fédérale pour enquête », indique le DFJP. L’acte est poursuivi d’office pénalement. La police genevoise établit désormais un lien entre ce faux et les déprédations ayant visé le Département de la sécurité (DS) à Genève mardi. C’est que leur timing n’est pas anodin.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/111.jpg

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/081.jpg

Selon les sites antifascistes ou anarchistes, des journées d’actions contre toutes les prisons du pays devaient en effet se tenir à ces dates. À l’origine de l’appel : un groupe opposé à la détention, proche de la mouvance anarchiste. Il estime que « la fonction principale de la prison est de forcer les pauvres et les insoumis à se résigner à leur condition : trimer toute sa vie afin d’engraisser les riches ». Un message que l’on retrouve dans les tags adressés au chef du DS.

D’après un connaisseur des mouvances de gauche radicale, la menace n’est « pas importante ». Ce n’est pas l’avis du Service de renseignement de la Confédération, qui écrit dans son dernier rapport annuel que le « potentiel de violence » au sein de l’extrémisme de gauche reste élevé.

Presse carcérale (Henri Della Casa, 20min.ch, 7 février 2013)

 

Genève. Le bureau de Pierre Maudet aspergé de peinture : plainte déposée

La façade des bureaux du magistrat chargé de la Sécurité en Vieille-Ville a été souillée dans la nuit de peinture rouge et d’inscription à l’encontre du conseiller d’État. Une plainte sera déposée.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/034.jpg

Genève, le 5 février 2013. Attaque à la peinture et au tag du bâtiment où se trouvent les bureaux du conseiller d’état Pierre Maudet.

La façade des bureaux du magistrat chargé de la Sécurité Pierre Maudet, située place de la Taconnerie en Vieille-Ville a été la victime des tags, effectués dans la nuit de lundi à mardi. « Maudit Maudet : des limes pour tes barreaux, des bombes pour tes bureaux ! » pouvait-on lire sur la façade. Une plainte sera déposée au nom du Conseil d’État, pour « déprédation de son patrimoine », précise Caroline Widmer, responsable de communication du département, même si « Pierre Maudet a d’autres chats à fouetter », ajoute-t-elle.

« Cet acte est irrespectueux et lamentable, déclare le conseiller d’État. L’expression anonyme et injurieuse est de toute façon condamnable, surtout que je suis toujours ouvert à la discussion, que ce soit par e-mail, par téléphone ou par courrier. »

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/121.jpg

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/131.jpg

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/061.jpg

Le nettoyage a débuté dans la matinée, après que la police scientifique a procédé à des relevés des traces de peintures utilisées.

Quid des auteurs ? Selon toute vraisemblance, il s’agit là d’une action prenant place au sein des « journées d’actions décentralisées pour la liberté de Marco Camenisch et contre toutes les prisons ». Marco Camenisch, activiste anarchiste écologiste est incarcéré en Suisse pour sa participation à des actions antinucléaires dans les années 70 et des délits liés à sa cavale. L’individu purge actuellement une peine de prison à Pfäffikon (Zürich) pour le meurtre d’un garde-frontière suisse.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/140.jpg

Fait étrange, l’inscription « Maudit Maudet » est taguée depuis plusieurs mois dans le parking de la Tribune de Genève. L’écriture semble semblable à celle de l’inscription taguée sur le mur du magistrat.http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/150.jpg

Presse carcérale (Olivier Francey, TDG.ch, 6 février 2013)

This entry was posted in Beau comme une prison qui brûle, La police travaille, Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.