[Égypte] Union sacrée contre la révolution

Accord contre les violences en Égypte

LE CAIRE – Les principaux dirigeants de l’opposition égyptienne et des Frères musulmans, dont est issu le président Mohamed Morsi, ont signé jeudi un accord dans lequel ils rejettent toute violence, après quasiment une semaine de manifestations meurtrières.

La situation s’est globalement apaisée dans la rue mais deux hommes ont encore été tués mercredi au Caire, portant à 54 le nombre de morts à la suite des manifestations.

Les représentants des différents camps se sont retrouvés jeudi autour d’une même table, pour la première fois depuis le début des troubles, à l’initiative du recteur de l’université et de la mosquée Al Azhar, l’une des plus hautes autorités de l’islam sunnite.

Au début de la rencontre, le cheikh Ahmed al Taïeb a lu un document affirmant que le dialogue national « auquel participent tous les éléments de la société égyptienne, sans aucune exclusion, constitue le seul outil pour résoudre problèmes et divergences ».

Parmi les signataires figurent Mohamed ElBaradei, coordinateur du Front de salut national (FSN), principale coalition d’opposition, et Hamdine Sabahi, chef de file de la gauche nassériste, également membre du FSN.

« Nous sortons de cette réunion avec un certain optimisme », a déclaré Mohamed ElBaradei. « Chacun de nous va faire ce qu’il peut, avec la meilleure volonté, pour rebâtir la confiance entre les différentes composantes de la nation égyptienne. »

Plusieurs partis, dont le Courant populaire, la formation de Hamdine Sabahi, ont cependant maintenu un appel à manifester vendredi devant le palais présidentiel au Caire.

GOUVERNEMENT D’UNION

Du côté des partisans de Mohamed Morsi, ont participé à la réunion Mahmoud Ezzat, numéro deux des Frères musulmans, et Saad el Katatni, président du Parti de la liberté et de la justice (PLJ), la branche politique de la confrérie.

« Il n’y a pas d’autre solution que le dialogue aux problèmes rencontrés par la transition démocratique du pays et le dialogue doit reposer sur des bases et des garanties, pas des conditions préalables », a déclaré Saad el Katatni, saluant un jour « historique ».

Mohamed Morsi a appelé en début de semaine ses opposants à un « dialogue national », mais le FSN refuse d’y participer tant que le président n’aura pas formé un gouvernement d’union nationale, qui inclurait aussi Al Nour, parti salafiste le plus important.

En visite mercredi à Berlin, Mohamed Morsi n’a pas évoqué cette éventualité et s’est contenté de dire que l’Égypte serait un État de droit, « ni militaire ni théocratique », dirigé par un gouvernement dont la composition dépendra de l’issue des élections législatives prévues en avril.

L’accord conclu jeudi permet à « l’opposition officielle de se situer très clairement contre les violences », estime Ejijah Zarwan, spécialiste de l’Égypte au Conseil européen des relations étrangères, un centre de réflexion.

Elijah Zarwan relativise cependant la portée de la rencontre sur les manifestations, soulignant que « les gens qui affrontent la police et brûlent des bâtiments ne sont des sympathisants d’aucun parti politique » [LOL – NdJL].

Mohamed Morsi a décrété lundi l’état d’urgence pour un mois à Port-Saïd, Ismaïlia et Suez, trois villes particulièrement touchées par les violences, mais les autorités ont réduit mercredi l’ampleur du couvre-feu.

Presse contre-révolutionnaire (Tom Perry & Peter Graff, Reuters, 31 janvier 2013)

 

Humour salafiste : Le parti salafiste félicite Morsi pour sa proposition d’ouvrir un dialogue

Watan Party, Brotherhood lauds ElBaradei for dialogue offer

The Salafi Watan Party commended Dostour Party head Mohamed ElBaradei for his proposal of a dialogue between President Mohamed Morsy, Defense Minister Abdel Fattah al-Sisi, Interior Minister Mohamed Ibrahim, and representatives from the Freedom and Justice Party, Salafi parties and the National Salvation Front.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/02/021.jpg

Clashes between riot forces and protesters at Kasr al-Nil bridge, near Tahrir Square, Cairo, 27 January 2013.

The party’s vice president, Youssry Hammad, said that the party welcomes calls for dialogue and unity, adding that « any patriotic figure must accept the idea. »

« We value ElBaradei’s call for dialogue and emphasize respect for constitutional legitimacy, » he added.

The offers of dialogue came as MENA quoted the Health Ministry as saying that two protesters had been killed in ongoing clashes with security forces in Cairo Wednesday.

The Brotherhood also welcomed ElBaradei’s call for dialogue and Ahmed Aref, its official spokesperson, said, « We hope to engage in all forms of dialogue for the sake of the nation and under the auspices of the presidency, » and added that political powers « should not consider the president a political opponent. »

Amr Moussa, president of the Congress Party and a member of the National Salvation Front,  had earlier called for a « comprehensive political truce » on Wednesday. In a statement posted on his Facebook page, Moussa asked key political leaders to heed the state-led National Defense Council’s invitation for talks to end the violence.

The NDC, led by Morsy, held a meeting on Saturday following the breakout of clashes nationwide Thursday during protests commemorating the 2011 uprising. In an attempt to ease the country’s current political gridlock, the council called on leading political figures to participate in the dialogue with Morsy.

Moussa’s comments come after the National Salvation Front rejected Morsy’s national dialogue offer on Monday, dismissing the offer as « not serious. » However, ElBaradei also called for an urgent meeting Wednesday, saying on Twitter that Morsy, Islamists, NSF members and government officials should come together.

Aside from the two deaths, another 52 have been injured in Cairo, Kafr al-Sheikh and other governorates since Tuesday night, officials have said. Fighting around Tahrir Square was responsible for 28 of the injuries, while 18 other people were injured in Kafr al-Sheikh. Meanwhile, three victims of clashes in Ismailia’s Mamar Square were also taken to hospital. Two more were hurt in Daqahlia and one in Sharqiya.

Since last week, at least 53 people have died in the violence. Fighting continued Wednesday near Tahrir Square.

Presse contre-révolutionnaire (Eman Helal, Egypt Independent, 30 janvier 2013)

This entry was posted in L'insurrection égyptienne et ses suites and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.

1 Response to [Égypte] Union sacrée contre la révolution

  1. n says:

    dites, c’est elbaradai qui propose d’ouvrir un dialogue, pas morsi

Comments are closed.