[Révolution mondiale] Émeutes en Azerbaïdjan

Une émeute éclate en Azerbaïdjan

BAKOU, Azerbaïdjan – Un accident de la route mineur survenu dans une ville du centre de l’Azerbaïdjan s’est transformé en émeute pendant laquelle des voitures et un hôtel ont été incendiés.

Des centaines de personnes ont encerclé jeudi un édifice gouvernemental de la ville d’Ismayilli, à environ 175 kilomètres de la capitale de Bakou, pour réclamer la démission du gouverneur. Les policiers ont eu recours à des gaz lacrymogènes et à des canons à eau pour tenter de disperser la foule.

Une quinzaine de personnes auraient été arrêtées, selon l’agence de presse indépendante Turan.

La violence a éclaté quand un jeune homme de 22 ans, Emil Shamsaddinov, a embouti un poteau électrique avec sa luxueuse Camaro. M. Shamsaddinov, qui était possiblement en état d’ébriété, a ensuite commencé à enguirlander les témoins de la scène, provoquant leur colère.

Une foule de quelque 3000 personnes s’est éventuellement dirigée vers l’hôtel Chyrag, dont est propriétaire M. Shamsaddinov, et y ont mis le feu, en plus d’incendier plusieurs de ses voitures. Une vidéo mise en ligne montre la foule riant et applaudissant pendant que l’hôtel et les véhicules brûlent. Les résidants affirment que l’hôtel était un nid de prostitution.

Les policiers affirment que M. Shamsaddinov et son passager ont été arrêtés.

La foule s’est ensuite dirigée vers la résidence du dirigeant du district d’Ismayilli, où une voiture et deux motos ont été incendiées.

Samedi, des commerçants avaient spontanément bloqué une autoroute à 50 kilomètres de Bakou pour condamner la hausse de leurs loyers, provoquant des affrontements avec la police. Une semaine plus tôt, une manifestation organisée par le biais des médias sociaux avait eu lieu au centre-ville de Bakou pour dénoncer la mort d’une recrue militaire, donnant là aussi lieu à des affrontements avec les forces de l’ordre.

En mars dernier, des manifestations dans la ville de Quba avaient entraîné la démission du gouverneur de la province, ce qui semble avoir créé un précédent.

Des élections présidentielles prévues en octobre devraient voir le président autoritaire Ilham Aliyev être reporté au pouvoir.

L’Azerbaïdjan compte parmi les pays les plus corrompus du monde, selon l’organisme Transparency International. Les dissidents politiques et les journalistes indépendants sont fréquemment harcelés par les autorités.

Leur presse (The Associated Press via JournalMetro.com, 24 janvier 2013)

 

Des centaines de manifestants descendent dans les rues de Bakou, en Azerbaïdjan

BAKOU, Azerbaïdjan – Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées samedi dans le centre de Bakou, la capitale de l’Azerbaïjan, pour protester contre la mort, plus tôt ce mois-ci, d’un soldat conscrit.

De nombreux participants à cette manifestation, qui a été organisée à l’aide des médias sociaux, ont brandi des photos de Jeyhun Gubadov, un jeune homme de 18 ans, qui, selon les autorités, est mort d’une crise cardiaque. Selon la mère du jeune homme, toutefois, il a plutôt été victime de sévices corporels.

La police a ordonné aux manifestants de se disperser, avant d’intervenir pour mettre fin à l’événement. Aux dires de responsables, plusieurs personnes ont été arrêtées, mais le nombre n’a pas été précisé.

Les manifestations antigouvernementales sont relativement fréquentes dans cet ancien État soviétique riche en pértrole, et ces rassemblements sont pratiquement toujours dispersés par la police. Cette fois, le tout a été entièrement organisé en ligne, et n’a pas impliqué l’un des partis d’opposition.

Reconnaissant sans doute l’indignation provoquée par l’affaire Gubadov, des responsables du ministère de la Défense ont annoncé l’arrestation de deux personnes et des conséquences pour plusieurs officiers de haut rang en lien avec le décès.

Les manifestations sont rarement soulignées dans les médias d’État, mais celle survenue samedi a attiré l’attention de la presse, en plus de susciter une réaction officielle.

Les autorités craignent les signes de mécontentement populaire, particulièrement en prévision de l’élection présidentielle d’octobre, au cours de laquelle le chef d’État actuel, Ilham Aliev, devrait facilement conserver sa poigne de fer sur cette nation bordant la mer caspienne.

Leur presse (Associated Press via 985FM.ca, 12 janvier 2013)

Ce contenu a été publié dans General, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à [Révolution mondiale] Émeutes en Azerbaïdjan

Les commentaires sont fermés.