[Révolution tunisienne] Trois cent manifestants avenue Bourguiba : « Nous voulons que ce nouveau gouvernement dégage »

TUNISIE. « Nous voulons que ce nouveau gouvernement dégage »

À la veille du second anniversaire du départ du président Ben Ali, certains ont choisi de clamer leur mécontentement dans les rues de Tunis. De notre envoyée spéciale.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/102.jpg

« Nous voulons que ce nouveau gouvernement dégage » ou encore « la justice pour les martyrs ». Quelque trois cents personnes manifestent ce dimanche 13 janvier au soir sur l’avenue Bourguiba, au centre de Tunis, pour demander une plus grande justice sociale. Un rassemblement qui se déroule la veille des commémorations du second anniversaire de la révolution, qui mit fin à la dictature de Ben Ali, le 14 janvier 2011. Jeunes et moins jeunes, certains portant des photos des martyrs de la révolution, d’autres des bougies ou des drapeaux, ils parcourent l’avenue dans un sens puis dans l’autre, alors que sur le terre-plein central est organisé une série de concerts dans le cadre des festivités.

« Rien n’a changé » explique une dame qui défile au bras de son fils. « La mafia des Trabelsi [du nom de la femme du président Ben Ali, NDLR] a été remplacée par la mafia des islamistes » dénonce-t-elle. « Je ne demande pas le retour de l’ancien régime, entendez-moi bien. Ben Ali a tué mon père en l’enfermant en prison parce qu’il était islamiste », explique-t-elle. « Ceux qui sont au pouvoir en ce moment n’ont aucune expérience, ce sont des incapables » dénonce l’enseignante. « Ils veulent des postes c’est tout ! »

Une vision totalement partagée par un ancien militant du syndicat de l’Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT) à la retraite, Abdelahmed Nabouli. « Nous manifestons pour refuser les commémorations du 14 janvier. La révolution n’est pas terminée, il faut l’achever par une révolution culturelle sociale et scientifique » détaille-t-il, un drapeau tunisien à la main. « La vie est trop chère », renchérit un étudiant. « On discute de la Charia, du statut de la femme… et pendant ce temps-là les vrais problèmes perdurent : les prix grimpent, les gens n’ont pas de travail… où est la révolution ? »

Pour la mémoire des martyrs

Une grande partie des personnes à s’être rassemblées ce soir sont là pour demander justice pour les martyrs de la révolution, ces jeunes tués par les tirs des forces de l’ordre sur les manifestants anti-Ben Ali en 2011. Un groupe porte au-dessus de leurs têtes comme un cercueil entouré d’un linceul tâché de sang. « Les blessés de la révolution sont laissés pratiquement sans aide, les familles de victimes également, il n’y a eu aucun jugement des assassins », dénonce Aïcha, la cinquantaine. « Et vous voulez connaître le pire ? Ils nient même le fait qu’il y ait eu des snipers parmi les forces de l’ordre pour assassiner sciemment les manifestants. Le gouvernement actuel. Avec tous les témoignages qu’on a… » critique-t-elle. « C’est vraiment ne montrer aucun respect pour ceux à qui nous devons la révolution ».

De retour près du concert, certains parviennent à monter sur la scène, interrompant les spectacles. Quelques coups pleuvent. Rien de bien méchant. Il était presque l’heure de plier bagage pour les artistes. Mais certains regrettent : « Ce n’est pas ça la liberté d’opinion, ils pouvaient manifester sans tout interrompre. J’espère que tout se passera dans le calme demain. »

Presse contre-révolutionnaire (Céline Lussato, nouvelobs.com, 13 janvier 2013)

This entry was posted in L'insurrection tunisienne et ses suites and tagged , , , . Bookmark the permalink.