[Idle No More] « We have been given a clear mandate by the grassroots to work outside of the systems of government and that is what we will continue to do »

DES AMÉRINDIENS EN COLÈRE ONT BLOQUÉ DES TRAINS AU CANADA

Le trafic ferroviaire entre Toronto, Ottawa et Montréal revenait à la normale lundi matin après avoir été interrompu par des autochtones engagés dans un vaste mouvement de contestation dénonçant les conditions de vie des amérindiens, métis et inuits du Canada.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/04.jpg

An Idle No More protest blocks the CN/CSX railway line in Sarnia, Ontario.

Quelque 2’500 passagers de 12 trains reliant ces grandes villes de l’est du Canada ont été bloqués pendant quatre heures dimanche soir au sud de Kingston (province de l’Ontario) par des amérindiens dont la démarche s’inscrivait dans le cadre du mouvement « Idle No More » (Nous ne sommes plus passifs).

« Le blocus a été levé par le groupe des Premières Nations dans la région de Marysville », a indiqué la société ferroviaire Via Rail dans un communiqué.

Un nouveau tour de force

Cette action constitue un nouveau tour de force des autochtones canadiens qui ont lancé il y a un mois ce mouvement de défense des droits indigènes.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/01.jpg

First Nations protesters march towards Parliament Hill during a demonstration as part of the ‘Idle No More’ movement in Ottawa December 21, 2012.

Leurs inquiétudes ont été ravivées par un projet de loi fédérale de finances C-45, dont certaines dispositions risquent, selon eux, de supprimer la protection légale dont bénéficient les cours d’eaux et les terres de leurs territoires.

Theresa Spence en grève de la faim

La grève de la faim menée par la chef amérindienne Theresa Spence depuis le 10 décembre à Ottawa, face au Parlement fédéral, est devenue l’emblème de ce combat.

Pour cesser son jeûne, Mme Spence demande une rencontre avec le Premier ministre, Stephen Harper, ou le gouverneur général, David Johnston — qui représente la Reine Elizabeth II dans cette ancienne colonie britannique — pour discuter de la situation des autochtones.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/05.jpg

Idle No More protest blocking the CN/CSX railway line in Sarnia by local first nations.

Soutien de députés fédéraux

Face au refus de M. Harper de la rencontrer, le mouvement n’a cessé de prendre de l’ampleur à travers le pays ces derniers jours.

Dimanche, une vingtaine de députés fédéraux sont venus apporter leur soutien à Mme Spence, tandis que des manifestations ont été organisées à Toronto, Calgary et Vancouver.

« Nous demandons la place qui nous revient ici dans notre patrie que l’on appelle Canada », a déclaré dimanche Mme Spence, citée lundi par le Globe and Mail.

Leur presse (afp/Newsnet via TDG.ch, 31 décembre 2012)


IMPORTANT INFORMATION:
FACE AND LEADERS OF IDLE NO MORE IS THE GRASSROOTS PEOPLE

The Founders and many of the organizers of Idle No More from Across Canada have been given word that the Leadership is calling for action in the name of Idle No More. They have also stated in a press release that they have met with Idle No More representatives that support this call. We would like to state that this is FALSE.

The Chiefs have called for action and anyone who chooses can join with them, however this is not part of the Idle No More movement as the vision of this grassroots movement does not coincide with the visions of the Leadership. While we appreciate the individual support we have received from Chiefs and councelors, we have been given a clear mandate by the grassroots to work outside of the systems of government and that is what we will continue to do. We are not trying to have division amongst this movement! However Chief Nepinak stated, « we are behind the grassroots people ». Please let others know!!!!

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/03.jpg

INM Rally & Round Dance in Vancouver, BC

I would also like to add, the face of the Idle No More people are you and I. The people who walk turtle island and the people who walk on this earth.

Idle No More began on November 10th, 2012 at Stations 20 West, Saskatoon, SK. The early stages of the movement consisted of 5 rallies before our National Day of Action on December 10th.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/02.jpg

Dec 10, 2012 INM at Buckingham Palace, London, UK

Chief Spence decided she would fast on that day as part of her action to support the Idle No More movement. It is very important this history is known. We are very greatful for Theresa Spences honourable and courageous support, we also need to remember the face of Idle No More is also the grassroots people.

There have been talks of getting leaders to lead, however, we are the leaders!!! Remember that!!!!

Idle No More, 31 décembre 2012


IDLE NO MORE : LE RAS-LE-BOL AUTOCHTONE

Le 21 décembre, jour du solstice d’hiver, des tambours devraient résonner partout au pays pour faire entendre les revendications des Autochtones. Une grande manifestation pacifique est prévue à Ottawa à l’initiative du mouvement Idle No More, expression qu’on pourrait traduire par « La passivité, c’est fini ».

D’autres événements sont prévus notamment à Montréal, à Edmonton, Winnipeg, à Regina, à Saskatoon, en Nouvelle-Écosse, à Whitehorse et devant des consulats canadiens aux États-Unis.

Tôt ce matin, des Micmacs ont bloqué la route 132 à Pointe-à-la Croix, en Gaspésie.

Ce mouvement s’est créé en octobre dernier, à l’instigation de quatre femmes de la Saskatchewan, au moment du dépôt du projet C-45 par le gouvernement fédéral. Le projet de loi de plus de 400 pages, maintenant adopté, modifie une panoplie de lois et de règlements. Les femmes ont organisé des marches et des rassemblements pour protester entre autres contre les modifications à la Loi sur les Indiens et à la Loi sur la protection des eaux navigables.

Dans le premier cas, les changements modifient le mode de consultation des communautés lorsque des terres de réserves sont vendues ou louées. Dans le deuxième, la protection ne s’applique qu’à 97 lacs et 62 rivières, alors qu’il y en a des dizaines de milliers au pays. Les Autochtones considèrent qu’ils auraient dû être consultés sur ces lois qui touchent leurs territoires.

Le 10 décembre, journée nationale d’action et de solidarité, des manifestations ont eu lieu partout au Canada. Puis, au fil des semaines, le mouvement Idle No More a cristallisé toutes les frustrations des Autochtones.

Il y a eu d’autres manifestations et des barrages routiers, et Twitter et Facebook ont permis de mobiliser des milliers de personnes partout au Canada.

http://juralib.noblogs.org/files/2013/01/06.jpg

Barrage routier sur la route 132 à Listiguj

Mobilisation pancanadienne

« Le projet de loi C-45 a été la goutte qui a fait déborder le vase. Nous sommes maintenant à un point de non-retour », dit Lynda Kitchikeesic Juden, une des organisatrices de la manifestation d’Ottawa. Elle dénonce les lois fédérales qui, selon elle, ne respectent pas les traités signés avec les Premières Nations.

Ce qui scandalise le plus cette organisatrice communautaire qui travaille à tisser des liens entre les jeunes Autochtones et les policiers, c’est l’imposition de peines minimales aux jeunes contrevenants, qui touche particulièrement les jeunes Autochtones.

Et ce n’est pas tout. Elle énumère en rafale la pauvreté abjecte dans laquelle vivent les communautés, le taux de suicide élevé, les meurtres de femmes autochtones, la pénurie d’eau potable, les gens qui gèlent dans le Nord et les entreprises qui font des fortunes sur les territoires autochtones.

Le mouvement a mis du temps à gagner le Québec, entre autres pour des raisons linguistiques. Beaucoup de non-Autochtones l’appuient aussi, dit Melissa Mollen Dupuis, une des organisatrices de la marche de Montréal. « C’est une révolution des Premières Nations, la fin de l’apathie. Habituellement, chaque nation a ses propres demandes, mais maintenant, c’est un cri du coeur national et international », dit-elle.

Dans la foulée de ce mouvement, la chef de la communauté crie d’Attawapiskat, Theresa Spence, s’est installée à l’île Victoria, en face d’Ottawa, pour entamer une grève de la faim qu’elle entend poursuivre tant qu’elle n’aura pas rencontré le premier ministre Stephen Harper ou la reine pour discuter des droits issus des traités. Située sur la côte ouest de la Baie James, la communauté d’Attawapiskat a été projetée à l’avant-plan, l’an dernier, en raison d’une importante crise du logement.

Leur presse (Isabelle Montpetit, Radio-Canada.ca, 21 décembre 2012)

This entry was posted in Luttes pour la terre and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

1 Response to [Idle No More] « We have been given a clear mandate by the grassroots to work outside of the systems of government and that is what we will continue to do »

  1. Pingback: La rage grandit au canada contre la privatisation quasi-totale des rivières et des lacs. Solidarité avec les amérindien-ne-s et le mouvement Idle no more ! | blog du collectif de lutte contre l'aéroport de Notre Dame des Landes

Comments are closed.