[Notre-Dame-des-Landes] Lettre d’un cégétiste à l’UD 44

Lettre envoyée à mon syndicat suite aux prises de position de certains responsables départementaux sur le projet de NDDL

Hasta la victoria siempre.

Laurent

Militant Cégétiste et engagé dans le combat contre le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, je suis en désaccord avec les prises de positions exprimées par différents responsables départementaux de la CGT sur ce dossier. Y a-t-il eu un débat au sein de l’UD sur ce projet qui permet à certains seulement de s’exprimer ? Dans le numéro de janvier 2012 de l’Union des Travailleurs Anthony Lemaire, après avoir pris quelques pincettes : « Il n’est nullement question pour nous de discuter de l’opportunité de ce projet », rédige un article ou il n’est jamais envisagé que l’aéroport ne puisse jamais voir le jour. Cet article aurait pourtant pu être l’occasion d’ouvrir le débat sur un projet qui divise les organisations politiques, à gauche en particulier mais aussi les organisations syndicales.

Le lundi 10 décembre, Yves Tual s’exprimait sur Télé-Nantes et défendait mordicus le projet de Notre-Dame-des-Landes. Parlait-il au nom de la CGT, ou en son nom propre ? Les propos caricaturaux tenus, au cours de cette émission, n’ont pas servi à éclairer ce débat pourtant utile sur la pertinence qu’il y a ou pas à construire cet aéroport. Pourquoi parle-t-il de squatters professionnels ? Il les connaît ces jeunes militants qui dénoncent un modèle de développement mortifère pour les prochaines générations ? Au nom de l’emploi il faudrait donc produire tout et n’importe quoi ? Bien sûr qu’il faut des infrastructures, mais pas pour remplacer celles qui existent déjà. Quel avenir pour Airbus à Bouguenais ? Qui va payer pour la piste indispensable à l’usine ? D’accord il faut des avions mais est-il normal d’aller en avion à Paris ou à Lyon ou faut-il mieux développer le rail pour les liaisons internes ? Quel développement pour l’Ouest de la France si les infrastructures ne servent au final qu’au Pôle Métropolitain Nantes – Saint-Nazaire ? Qu’est-ce qu’on mange demain si on continue à artificialiser les terres agricoles ? Après avoir été le lieu des convergences des luttes ouvrières et paysannes de la fin des années 60, ne reste-t-il plus rien en Loire-Atlantique de cette solidarité entre ouvriers et paysans ? Qu’est-ce qui reste pour les zones sensibles, les zones humides, la biodiversité ? L’histoire ne nous a-t-elle pas appris que les premières victimes de la pollution ce sont les travailleurs : les milliers de morts de l’amiante, les ouvriers agricoles victimes des pesticides, ceux de Seveso, Tchernobyl, Fukushima… Plus 4°C en moyenne d’augmentation de la température avant la fin du siècle : qui va souffrir ? Les actionnaires des grands groupes ou les travailleurs ? Les pauvres ou les riches ? Faut-il limiter le débat à la seule alternative croissance ou décroissance comme le dit Yves Tual ou a-t-on le droit de réfléchir à un autre mode de développement ? Le bonheur passe-t-il par le toujours plus ou par le mieux ?

Pour en avoir été témoin direct, je peux dire qu’en trente ans de militantisme associatif, politique ou syndical, jamais je n’avais assisté à un tel déchaînement de violence de la part des autorités. Les médecins présents sur place ont fait écho dans la presse des violences infligées aux opposants. La CGT s’honorerait à au moins dénoncer la répression inadmissible infligée aux opposants.

Toutes ces questions auraient pu être posées si un vrai débat avait eu lieu au sein de notre organisation syndicale. Au lieu de cela on laisse parler en notre nom, un leader syndical, déconnecté des problématiques de demain, engoncé dans ses certitudes productivistes, méprisant pour tous ces jeunes qui réfléchissent [et] essayent d’inventer un autre monde.

Par ce courrier, je demande à l’UD 44 d’organiser le débat sur le projet de Notre-Dame-des-Landes et une dénonciation claire et nette de la répression.

Fraternellement

This entry was posted in Aménagement du territoire - Urbanisme and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to [Notre-Dame-des-Landes] Lettre d’un cégétiste à l’UD 44

  1. Christophe says:

    Camarade,
    Bien content de ne pas être élu de la CE de ton UD.
    Je suis d’accord avec toi pour ton combat contre NddL et je souris de voir nos p’tits gars sur les routes, les barrage, les baraques les potagers,etc.
    C’est loin et je n’ai plus l’âge. Militant CGT, élu à la CE de mon UD, j’y ai appris à faire la différence entre mon action syndicale (le monde du travail, la lutte des classes) et mon action politique (la vie de la cité) .
    C’est là que je croise des syndicalistes CGT d’EDF, d’AREVA « pro-nucléaires », des syndicalistes fabricants de missiles, d’avions de guerre… parce-que cela les fait simplement manger, vivre. Ils bossent.
    A côté, comme toi Laurent, ils ont des convictions, politiques.
    Moi je bosse pour VINCI, et je contribue à creuser des gros trous, faire des routes et des voies ferrées. Je trouverai juste de laisser la terre aux paysans, au gens qui avaient investi l’endroit, pour cultiver, manger, vivre autrement.
    J’aurai préféré voir développer le fret, le ferroviaire, plutôt que les camions et les avions.
    Nous somme gouvernés par des imbéciles heureux, mais je les ai élus.
    Les électeurs de la communauté territoriale de Nantes ont, eux aussi, choisi leurs élus, qui veulent cet aéroport, là, construit par – « concessionné » à VINCI.

    En tant que syndicaliste, de la fédération Construction, je me réjouis que cet aéroport soit construit.
    Et je lutte contre la sous-sous-sous-sous… traitance qui réduit à de presque esclaves, des salariés de la construction « travailleurs déplacés » : Polonais, Portugais, Roumains, Tchèques, Turcs… Je lutte pour des salaires décents, de bonnes conditions de travail, moins de risques pour moins d’accidents.

    Je te dis tout cela en tant que simple militant CGT, je ne représente ni mon UD, ni ma fédération qui ne m’ont pas mendaté pour ça.
    Tes revendications son justes, ton UD le sait, mais ce n’est pas son boulot.

    Très fraternellement,
    Christophe

  2. DANJOU says:

    quel acte de courage je vous félicite pour cette prise de position. Le droit a penser autrement nous viens d’une jeunesse que l’on croyait dépolitisé, soutenons tous ces jeunes qui risquent un emprisonnement ou pire une répression violente.
    Merci de dire à vos camarades CGT ou PC que nos anciens en 40 ont pris les armes et se sont opposés à l’ordre établi que l’on voulait nous imposer.Le confort a t il endormi les consciences ?
    Martine DANJOU

  3. Pingback: [Notre-Dame-des-Landes] Lettre d’un cégétiste à l’union départementale CGT 44 | blog du collectif de lutte contre l'aéroport de Notre Dame des Landes

Comments are closed.