[Marseille] ET BIM !!! Parce que y’en a marre

http://juralib.noblogs.org/files/2012/12/0422.jpg

ET BIM !!! Parce que y’en a marre

Y a une chose que beaucoup connaissent, c’est la misère !

Y en a marre d’avoir froid dans des appartements pourris qui coûtent un bras,  ou bien d’être à la rue.

D’être malade et ne pas pouvoir se soigner. Le 15 du mois, on se demande comment on va remplir le frigo ; on doit renvoyer 15 fois les mêmes dossiers, les mêmes papiers. On doit faire la queue quinze nuits devant la pref et se faire fermer la porte au nez. On se fait virer au bout de trois semaines de dégoût.

Y’en a marre qu’on dise que c’est de notre faute si les gamins finissent en taule, soi-disant parce qu’on les laisse traîner dans la rue.

Y’en a marre qu’on dise que chacun peut réussir et qu’on peut s’en prendre qu’à nous-même si on est dans la merde.

Y’en a marre de préférer qu’on en expulse un autre que nous. On nous fait croire que c’est la faute du voisin qui galère aussi, le voisin sur lequel on peut taper.

Y’en a marre de baisser les yeux au travail, ou de passer quinze frontières pour gagner sa croûte.

Parce qu’être pauvre c’est avoir peur de demain et qu’avoir peur ça oblige à accepter ses chagrins.

Le quotidien est une lutte, et seul, je perds.

Cette misère est omniprésente parce qu’elle sert des intérêts, les intérêts de ceux qui ont décidé de la crise, de ceux à qui elle profite, de ceux qui se font élire pour la « gérer », toujours de la même manière.

On est abîmés. Tout ça c’est pour ça. Pour entretenir le paysage. Des riches plus riches et des pauvres plus pauvres. Faut qu’on se compte là ! On est combien, au juste ? Nombreux, de plus en plus nombreux !

Les ennemis : Frontières, commissariats, prisons, centres de rétention, tribunaux, CAF, pôle emploi, ça sert à nous gérer, à nous contrôler.

Jardins publics gris, magasins, avenues, parkings, panneaux publicitaires, aéroports, caméras, grilles, barrages, musées, Art, Culture, urbanisme, réhabilitation. C’est moche, ça use et ça tue. Et on voudrait en plus nous expulser de ça.

Alors faire du bruit dans ces rues prend tout son sens. C’est pourquoi nous marchons vers le centre de rétention, parce que si parfois le monde semble être aussi gris que les murs d’une prison, des gens s’y révoltent à l’intérieur comme à l’extérieur, être ensemble apporte de la chaleur, s’organiser renforce, les murs tombent, et BIM.

Texte diffusé en français et en arabe pendant la manif du 15 décembre à MarseilleLutte de CRAs

This entry was posted in Beau comme une prison qui brûle, Les révoltes des migrants, Luttes des chômeurs et précaires and tagged , . Bookmark the permalink.