[Vive la belle !] Et nique le tout-nouveau-tout-beau CRA de Vincennes !

Sept clandestins s’évadent du centre de rétention de Vincennes

Une enquête interne a été ouverte, selon la préfecture de police.

L’Inspection générale des services (IGS – « police des polices ») a été saisie mercredi d’une enquête administrative après l’évasion de sept étrangers en situation irrégulière du centre de rétention administrative (CRA) du Bois de Vincennes et a été chargée d’un audit sur ce centre, a annoncé la préfecture de police de Paris.

L’IGS a été « saisie d’une enquête administrative afin de faire la lumière sur cette évasion » a déclaré la préfecture. La « police des polices », a dit la source, a été également chargée de « réaliser un audit sur la sécurité du site » où des « mesures de sécurité ont été décidées et prises », mercredi, à la suite de cette affaire. (…)

L’IGS est compétente et spécialisée dans ce genre d’enquêtes internes ainsi que pour des audits dans les commissariats ou établissement relevant de la police.

Publié par le Centre des Révélations Administratives (AFP, 21 novembre 2012)


(…) Trois Algériens, deux Tunisiens, un Marocain et un Irakien ont attendu le départ des agents d’entretien puis le changement des équipes de police pour s’éclipser, a expliqué à l’AFP Céline Guyot, responsable juridique de l’Assfam en charge de l’assistance des étrangers sur le site. « Ils ont fugué par une porte mal fermée ou qu’ils ont forcée vers 23H20 », a-t-elle ajouté.

Selon les premiers éléments de l’enquête, les sept hommes ont pris la fuite en direction de l’autoroute A4 qui passe à proximité du CRA, dans le 12e arrondissement de Paris.

Des recherches ont été lancées pour les retrouver, mais elles n’avaient rien donné mercredi à la mi-journée, selon la préfecture de police. (…)

Le CRA de Vincennes est « un site fermé avec une forte présence policière. Tout est badgé, il y a des caméras, des grillages, des portes sécurisées », a souligné Mme Guyot : « Que sept personnes puissent en sortir d’un coup est quelque chose d’exceptionnel ! » (…)

Mardi, les cinq associations autorisées à intervenir dans ces centres (Assfam, Cimade, France Terre d’Asile, Ordre de Malte et Forum Réfugiés-Cosi) ont réclamé une réforme « profonde » de la politique d’éloignement des étrangers.

Critiquant « le recours systématique à la rétention », elles ont souligné son inefficacité à leurs yeux : seuls 40% des sans-papiers placés en CRA en métropole ont été expulsés en 2011.

À Vincennes, en 2011, près de 60% des personnes retenues ont ainsi été libérées par les juges ou l’administration.

Ibidem


(…) Ce CRA, situé dans le 12e arrondissement de Paris, avait brûlé le 22 juin 2008 lors d’émeutes ayant éclaté au lendemain de la mort d’un ressortissant tunisien, décédé selon les autorités d’une crise cardiaque. Une cinquantaine de personnes avaient profité du sinistre pour prendre la fuite.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/11/0124.jpg

Fermé plusieurs mois, ce CRA avait alors subi d’importants travaux de rénovation et a rouvert en novembre 2010. Les responsables de l’incendie — trois Maliens, deux Marocains et un Palestinien — ont été condamnés en appel en janvier à des peines allant de six mois à deux ans et demi de prison ferme.

Divisé en trois unités, le CRA de Vincennes, géré par la préfecture de police de Paris, a une capacité totale de 171 places, selon un rapport associatif publié mardi.

En 2011, 3.214 personnes ont été placées en rétention à Vincennes et 14 ont réussi à s’enfuir, dans des incidents séparés. Parmi les étrangers retenus, les nationalités tunisienne, algérienne, indienne et roumaine étaient les plus représentées.

Les CRA ont été créés en 1984 par le président François Mitterrand qui voulait mettre un terme aux rétentions illégales pratiquées dans les années 70 dans les commissariats, les prisons, voire dans des hangars comme au port de Marseille.

Le taux d’occupation des CRA n’était que de 45% en septembre et le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, s’est dit ouvert à une réflexion sur la fermeture de quelques uns des 23 CRA de métropole.

Ibidem

This entry was posted in Beau comme une prison qui brûle, Les révoltes des migrants and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.