Feu aux chantiers qui nous empoisonnent la vie !

Je vois clair dans tout ce brouillard

Dans la nuit du 25 au 26 octobre 2012, dans tout ce brouillard, on y voyait clair au chantier du pylône 575 grace aux flammes d’une grue incendiée !

Alors que tous les pylônes sont en cours de cablage et que la répression travaille à nous baillonner, la lutte et les sabotages continuent.

Déjà que la Mayenne est amménagée par cette ligne THT, dans cette zone de Beaulieu-sur-Oudon, les machines fourmillent et creusent l’énorme et sinistre tranchée de la future Ligne à Grande Vitesse.

Entre la THT, la LGV et le projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, nos flammes n’ont que l’embarras du choix.

S’ils se prennent pour César (nom donné à l’opération policière d’expulsion de la ZAD), qu’ils n’oublient pas qu’une poignée d’irréductibles résistent encore et toujours à l’envahisseur.

Ils sont fous ces capitalistes !!!

Des petites mains, Zadix et Antinux

Indymedia Nantes, 26 octobre 2012


Une grue incendiée sur le chantier de la THT en Mayenne

Info Ouest-France. Nouvel acte de malveillance, vendredi matin, sur le chantier de la THT en Mayenne. Une grue a été incendiée à Beaulieu-sur-Oudon, point de départ du tracé en Mayenne.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/10/0423.jpg

VOIR LA VIDÉO

C’est l’incident le plus important, recensé depuis le lancement des travaux de cette future ligne à 400’000 volts, mais les entreprises qui interviennent pour assembler et édifier les 414 pylônes qui supporteront la future ligne sont régulièrement touchées par des dégradations.

Publié par des larbins de la maison Poulaga (Ouest-France.fr, 26 octobre 2012)


Bruxelles : VINCI a (encore) des ennuis

Lu sur RTL.be le 20 octobre 2012 :
Le cri de détresse d’un agent verbalisateur : « Je me sens en insécurité »

« Je n’en peux plus ». C’est par ces mots que Jeremy commence son message envoyé à notre rédaction. Il travaille pour une société privée chargée des stationnements publics dans les rues d’une grande ville belge. Là, ce n’est pas une amende administrative qui vous attend sous votre pare-brise si vous n’avez pas suffisamment alimenté le parcmètre, mais un « bon de redevance », que vous devez à la société privée liée à la commune en question. Et certaines personnes se montrent bien plus agressives envers ces agents verbalisateurs qu’envers de vrais policiers…

Voici le message de Jeremy :

« Les conditions de travail sont insupportables et je voulais que cela se sache. Le bureau de notre agence a de nouveau été attaqué dans la nuit. Des pavés ont été jetés sur la vitrine, qui a explosé. Il y a de plus en plus de haine qui est dirigée contre nous ces derniers temps. Notre local a déjà été plusieurs fois attaqué et ce n’est jamais paru dans les journaux. (Serrures collées, porte enchaînée, messages de menaces contre les employés collés sur la façade, peinture, caméra coupée…). En plus de ça, les parcmètres sont très souvent vandalisés (peinture, colle dans la fente pour la monnaie mais aussi l’écran éclaté avec un marteau ou une perceuse…). Je me sens en insécurité car nous sommes souvent insultés par des automobilistes ou des piétons et même parfois pris à partie ! En plus de cela, notre patron nous met la pression pour rapporter le plus d’amendes possibles et l’on a un quota minimum par jour à faire. Je ne sais pas quoi faire pour que ça s’arrange. Peut-être que si cela se sait… »

Et, pour le plaisir, quelques morceaux choisis des réponses et commentaires (non réactionnaires…) à cet article :

« Je pense que vous vous prenez pour une sorte de cow-boy qui se sent investi d’une mission divine. Par les temps qui courent, vous avez de la chance d’être toujours entier. »

« Et dans ton malheur, tu as beaucoup de chance que l’on ne t’aie pas cassé des dents, tracasses ça va suivre.
Change de boulot et vite. »

« C’est tout à fait normal, vous êtes là pour faire du chiffre et emmerder le monde alors si on vous agresse, je ne vais pas m’en émouvoir. »

« À Jérémy (l’auteur de ce message) :
À une époque les gens comme vous on les traitait de COLLABORATEURS ! Faut du coup pas s’étonner d’être haïs par le reste de la population. () Si vous ne voulez pas vivre ce genre d’expérience, cher Jérémy, changez de travaille et ne cautionnez pas ces entreprises PRIVÉES qui nous volent avec le consentement de l’État, peut-être que les gens recommenceront à vous aimer. () et vous voudriez en plus qu’on vous dise merci ??? Moi je dirais plutôt merci à ceux qui vous combattent et vous terrorisent tellement votre travail me dégoute. Je me répète mais ne pleure pas CHANGE DE MÉTIER. »

« Moi c’est pas à l’homme que je m’en prends mais à sa fonction, maintenant si l’homme choisit une fonction nuisible détestée par toute la population c’est son choix« 

« Quelqu’un qui est là pour faire respecter un règlement est d’office un représentant de l’autorité, que ça vous plaise ou non. Je vous laisse geindre dans votre coin, ça vous va si bien ! »

Indymedia Nantes, 23 octobre 2012

Ce contenu a été publié dans Aménagement du territoire - Urbanisme, Luttes antinucléaires, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Feu aux chantiers qui nous empoisonnent la vie !

  1. WITTMANN dit :

    BRAVO EXCELLENT SI NOUS LAISSONS FAIRE LES ACTEURS DE CE CAPITALISME DU DESASTRE NOUS ALLONS CREVER TRES VITE

Les commentaires sont fermés.