[La liberté ou la mort] Émeute contre un projet d’usine pétrochimique à Ningbo

Heurts entre la police et les opposants à une usine polluante en Chine

Des heurts ont opposé samedi soir policiers et opposants à un projet de raffinerie de pétrole à Ningbo, dans l’est de la Chine, selon des informations de presse partiellement confirmées dimanche par les autorités locales.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/10/062.jpeg

La police a fait usage de gaz lacrymogènes contre les manifestants qui protestent depuis près d’une semaine contre la future raffinerie, un projet de 55,9 milliards de yuans (6,9 milliards d’euros) d’une filiale du géant chinois du pétrole Sinopec.

Des photos publiées sur le site www.molihua.org qui recense les manifestations sociales en Chine montrent des manifestants face à des milliers de policiers anti-émeutes.

Dans un communiqué publié dimanche sur son site internet, les autorités de l’arrondissement de Zhenhai ont dénoncé des activités inappropriées comme des rassemblements illégaux et des émeutes qui ont entravé gravement le travail et la vie de la population et affecté sérieusement le développement et la stabilité.

Les autorités locales ont donné l’ordre à la police de maintenir la stabilité conformément à la loi, un euphémisme désignant généralement une répression musclée contre les fauteurs de troubles.

Les riverains s’inquiètent des effets sur leur santé de la raffinerie, qui produira également de l’éthylène, ainsi que des évictions forcées de plusieurs milliers d’entre eux pour faire place à l’usine, selon la presse chinoise.

Lors d’une réunion de crise samedi, des responsables locaux ont rappelé que le projet n’avait toujours pas été formellement autorisé et se sont déclarés disposés à écouter les opposants, précise le communiqué officiel.

Selon les médias de Hong Kong, de nombreux véhicules, dont des voitures de police, ont été renversés et plusieurs policiers blessés lorsque des manifestants ont attaqué un poste de police à coups de pierres et de briques.

Les responsables des autorités locales contactés par l’AFP n’ont pas donné suite.

Selon un habitant de Zhenhai ayant requis l’anonymat, les manifestants se sont rassemblés dimanche devant le siège du gouvernement local et ont défilé pacifiquement.

Il y avait environ 1.000 personnes aux abords du siège des autorités du district quand je suis arrivé ce matin, a-t-il dit. La marche s’est poursuivie dimanche après-midi sous haute surveillance policière.

La police estime que des rumeurs infondées faisant état de la mort d’un étudiant à la suite de violences policières sont à l’origine des émeutes.

Ces personnes qui font circuler des rumeurs infondées selon lesquelles la police a battu à mort un étudiant ont un impact social désastreux, a déclaré la police de Zhenhai sur son microblog.

Après enquête, il s’avère qu’une femme a colporté la rumeur. (Elle) sera considérée conformément à la loi. La police exhorte les citoyens à ne pas croire ces rumeurs et à ne pas les répandre, a-t-elle ajouté.

Les mouvements de protestation contre la construction d’usines polluantes se sont multipliés ces dernières années en Chine, où l’environnement s’est dégradé après trois décennies d’industrialisation effrénée.

Début juillet, un projet d’usine métallurgique avait été stoppé dans la ville de Shifang de la province du Sichuan (sud-ouest) après plusieurs jours de heurts entre la police et des centaines de manifestants.

Leur presse (Agence Faut Payer, 28 octobre 2012)

This entry was posted in Aménagement du territoire - Urbanisme, Les luttes de classe en Chine, Luttes pour la terre and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.