[Vive l’Azawad libre !] La peur change de camp

Intox et manipulations : À qui profite le crime ?

Depuis le samedi 20 octobre 2012, la presse internationale reprend à satiété une information AFP signée de son tristement célèbre correspondant à Bamako. Cette information émanant d’une source officielle malienne, dont ni vous, ni personne ne connaîtra jamais le nom, déclame que des jihadistes affluent par colonnes entières dans l’Azawad dans une dynamique solidaire avec les islamo-narco-terroristes sous la menace pendante d’une intervention militaire africaine sous les couleurs internationales.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/10/0128.jpg

Au-delà du caractère sensationnel de la dépêche, reprise par de nombreux « grands » médias, rivalisant de titres plus accrocheurs les uns que les autres pendant que les contenus demeurent drastiquement plus secs que les fleuves du Sahara et les crevasses du Sahel d’un mois de mai, l’information officiellement anonyme relève des plus vulgaires intoxications et manipulations.

D’abord, l’information ne repose que sur le témoignage d’un membre de groupes islamo-narco-terroristes, seule source nommément citée. Tout porte à croire que c’est celle-ci qui alimente la voie officielle malienne. Rien d’étonnant pour qui connaît les liens étroits entre le MUJAO, la nébuleuse islamo-terroriste et les milieux du pouvoir malien depuis bientôt une quinzaine d’années. Le changement de régime et les révolutions de palais n’y font rien.

Ensuite, pour ceux qui ont une profonde connaissance et se livrent à des analyses fines du contexte géopolitique et global du Sahel jusqu’au Moyen Orient, il est peu probable qu’il y ait une mobilisation d’une telle envergure en direction du Sahel alors même que chaque terrain depuis la Syrie jusqu’en Libye a localement besoin de plus de forces jihadistes.

Par ailleurs, l’information nous apprend que les colonnes sont arrivées de Libye en passant par le nord du Niger. Or, il est peu probable que la coalition Toubou du commandant Barka contrôlant l’extrême sud libyen adossé au nord Niger ait laissé passer librement de telles colonnes. Cette coalition est bien connue pour son anti-islamo-terroriste et travaille sur des plans de lutte anti-terroriste avec le MNLA.

Avec le dispositif multiforme en place depuis quelques temps, notamment de surveillance dans le cadre de l’initiative Sahel de l’Union européenne, la vigilance de l’armée nigérienne, le quadrillage et la surveillance de l’Africom…, comment de telles colonnes auraient pu parcourir toute cette distance jusqu’à l’Azawad sans être signalées à défaut d’être interceptées ? Sinon à quoi servent tous ces conciliabules autour de la lutte anti-islamo-narco-terroristes dans le cadre de joutes oratoires qui n’en finissent pas ?

Le désert est vaste mais ses habitants le connaissent parfaitement et l’arrivée de la moindre gerboise aurait été signalée. Le MNLA, sur la base d’une immersion profonde sur le territoire de l’Azawad, aurait été le premier à s’inquiéter d’un tel afflux et à partager cette préoccupation avec ceux des États qui ont véritablement à cœur la lutte contre l’islamo-narco-terrorisme !!!

Connaissant parfaitement toute la fourberie dont sont capables ces groupes, il ne s’agit que d’une minable mise en scène visant à leurrer quelques sédentaires incrédules qui témoigneraient qu’ils ont vu des colonnes de véhicules arrivant de partout du monde dans les alentours de Gao pour venir en renfort aux frères menacés par les nouvelles croisades. Or, ces convois arrivaient simplement de Tombouctou ou d’ailleurs dans le désert de l’Azawad. Une telle ruse, dans l’ambiance actuelle, est de bonne guerre … malheureusement, une certaine presse en mal de sensation l’a reprise à son compte et la relaie largement sans aucune analyse profonde. Le MNLA et les analystes avertis, tout comme les chancelleries occidentales ne sont pas dupes.

Rien que la préparation de l’intervention fait que la peur change de camp. Une autre réalité : les groupes actuels ne font pas le poids même face aux forces du MNLA si celles-ci bénéficiaient seulement d’un appui logistique (carburant, pièces de rechanges, assistance médicale, vivres, munitions) et en communication.

Et c’est bien là que réside toute la complexité du problème ; du seul fait que le MNLA est considéré comme avoir commis le péché éternel, celui de revendiquer la libération de l’Azawad et qu’il ait accompli une étape décisive vers cet objectif en chassant définitivement l’armée et les symboles de l’État malien du territoire de l’Azawad le 1er avril 2012.

Punir le MNLA et le peuple de l’Azawad qui ne demande que sa dignité et la réhabilitation de sa souveraineté sur sa terre ancestrale est-il moins dangereux que de laisser proliférer les islamo-narco-terroristes aux frontières méridionales de l’Europe, et in fine de l’Occident, sans parler de toute l’Afrique subsaharienne ?

Gare aux lendemains qui déchantent !!!

Tamazgha le site berbériste, 23 octobre 2012

 

Face aux mouvements des Unités du MNLA, le MUJAO abandonne Bamba et Tèmera (Azawad 24)

GAO (SIWEL) — On apprend de sources civiles locales d’Azawad que face aux mouvements d’unités fortes du MNLA (Mouvement National de Libération de l’Azawad) dans la zone de Gao, le mouvement terroriste MUJAO (Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest) se serait retiré très tôt ce matin des localités de Bamba et Tèmera.

http://juralib.noblogs.org/files/2012/10/0222.jpg

Les combattants du MNLA décidés à mener l’offensive contre les mouvements terroristes.

Selon des témoignages recueillis par Azawad 24, depuis hier après midi, les djihadistes du MUJAO affichaient une panique suite à l’annonce de dizaines de voitures militaires bien équipées avec à bord des hommes armés jusqu’aux dents et sur lesquelles flottent des couleurs du MNLA. Les convois se seraient abstenus d’entrer dans les villes lorsqu’ils ont compris que les combattants du MUJAO se sont repliés sur Gao. Juste deux voitures seraient venues rassurer les populations en rendant visite aux responsables locaux.

Une autre personne nous informe que la même chose se serait passé à Bourem et Ansongo, ce qui reste à vérifier, souligne Azawad 24.

Un officier du MNLA dans la zone, contacté par téléphone nous déclare : « Je ne vous confirme rien, ce n’est pas de mon rôle, suivez de vous même et vous donnerez des informations crédibles ».

Sans que le MNLA ne nous annonce que c’est le début des ses opérations militaires contre les mouvements terroristes ; des investigations menées par des journalistes d’Azawad24, nous ont conduits à des informations vérifiées selon lesquelles le MNLA, tout en déclarant sa réticence à une intervention étrangère dans l’Azawad ; prépare très discrètement une offensive sur les villes occupées par les ceux-ci.

Le MNLA s’apprêterait à déloger les terroristes au moment ou la mise en place d’une force africaine serait à l’état embryonnaire nous confie une indiscrétion. Il poursuit : « L’armée malienne se doit au moins d’empêcher aux mouvements terroristes de se forger des bases de replis dans les montagnes du pays Dogon où leurs mouvements sont permanents depuis quelques jours et aussi dans la zone du Kounari dans les environs de Mopti ».

Le MUJAO aurait abandonné sur place des dizaines de ses jeunes combattants, et même des mineurs. Parmi eux des nigériens et des sénégalais. Leurs chefs seraient partis sans leur dire pourquoi ils se repliaient sur Gao. Ils ont selon une source, été désarmés par les combattants du MNLA puis reçus l’injonction de rentrer chez eux.

SIWEL, 21 octobre 2012

This entry was posted in General and tagged , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

One Response to [Vive l’Azawad libre !] La peur change de camp

  1. Pingback: Islamisten in Azawad verbieten Musik « Entdinglichung

Comments are closed.