La police travaille à Clermont-Ferrand

Violences policières à Clermont-Ferrand

À Clermont-Ferrand les violences policières continuent… Après un meurtre en janvier 2012, la police continue en toute impunité.

Le 17 septembre 2012 vers 23h20 une personne voit sept hommes s’acharner sur une personne au sol. Il s’avère que les agresseur étaient des fonctionnaire de police frappant un homme couché au sol et menoté. Le visage en sang, il est en état de choc. Immédiatement elle souhaite téléphoner aux pompiers, et rester sur lieu en attendant qu’ils arrivent. La Police, lui dit que “cette personne n’est pas un homme mais une merde’’. Des insultes sont proférées des deux côtés. La police s’en donne à cœur joie.

Trois amis qui ont vu la scène décident de rejoindre la jeune femme. Les fonctionnaires gazent les témoins dont un instituteur à la retraitre âgé de 75 ans venu en témoin, ils ont également gazé son chien. Les pompiers arrivent, la personne frappée par la police est emmenée au CHU. Les témoins de la scène s’éloignent. La police les suit et les gazent à nouveau. La première personne arrivée sur les lieux est embarquée avec un compagnon sous prétexte d’ivresse manifeste sur la voie. Des invectives fusent de part et d’autre les policiers alimentent un climat de violence.

Les deux personnes sont embarquées dans deux voitures différentes. Les humiliations et coups fusent à present ! Les forces de l’ordre, arrivées au commissariat, multiplie les insultes, humiliations, mais se contentent, maintenant de menaces de coup (pute, salope, pue de la chatte, gros porc, toxico). Deux personnes sont placées en garde à vue, l’autre en « ivresse publique et manifeste ». Les trois personnes on demandé à plusieurs reprises, un contrôle d’alcoolémie, qu’ils ne pourront jamais passer.

Sortie du commisariat, une personne écope d’une amende. Les deux autres sont convoquées au tribunal, deux fonctionnaires de police ont porté plainte pour les faits d’outrage et violence ! L’un d’entre eux a même réussi à dégoter une ITT de 2 jours., alors que les personnes enfin sortis de détention n’ont pu faire reconnaître les sévices subis par le service de victimologie que deux jours après. Le 18 septembre, suite à un article erroné paru dans le quotidien locale, plusieurs personnes se sont fait connaître et accepte de témoigner en soutien aux personnes ayant subi les violences policières.

Les cas de violences policières et d’abus de pouvoir se multiplient à Clermont-Ferrand. Continuons à les dénoncer ! Elles doivent cesser ! Appel à la Résistance !

Contact

Indymedia Paris, lundi 24 septembre 2012

This entry was posted in Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged , , . Bookmark the permalink.