Saint-Mihiel (Meuse) : sabotage anti-nucléaire ?

Le sabotage d’un barrage de la Meuse vide 40.000 m³ d’eau et provoque une vague de 2 mètres

Trois portes d’un barrage de régulation de la Meuse ont été sabotées mardi soir, à Saint-Mihiel. 40.000 m³ d’eau se sont vidés, laissant deux bateaux de plaisance sur le flanc et faisant une vague de deux mètres de haut.

Le tsunami n’a bousculé que quelques canards et importuné plaisanciers et baigneurs, mais c’est bel et bien un sabotage sur un barrage de régulation de la Meuse à Saint-Mihiel, dans le département de la Meuse, qui a vidé soudain 40.000 m³ d’eau mardi soir.

Le ou les saboteurs ont dévissé les flexibles d’huile des énormes vérins hydrauliques qui commandent deux des trois portes du barrage. Un bief de 6 km de long a été entièrement vidé, laissant deux bateaux de plaisance sur le flanc et une vague de 2m de haut sur plusieurs centaines de mètres en aval. Sur l’un des bateaux le propriétaire hollandais a refusé de quitter le navire posé à 45° sur le fond de la rivière toute une nuit.

Le barrage a été réparé et l’eau est revenue à son niveau habituel, mais les gendarmes enquêtent sur cet acte de malveillance. La Meuse est surveillée car ses eaux en aval servent notamment au refroidissement de la centrale nucléaire de Chooz dans les Ardennes, qui doit être arrêtée dès que le débit n’est pas assez important.

Un blog quelconque :
Il y a sept barrages en Meuse et vingt-et-un dans les Ardennes, le vidage de celui de MontMeuse n’a pas eu d’influence directe sur le reste du réseau car la centrale nucléaire utilise plusieurs bassins. Le débit de refroidissement du réacteur nucléaire n’a pas atteint sa cote d’alerte se stabilisant autour de 30 m³ par seconde prévient la direction du site sensible.

Leur presse (RTL.be, 24 août 2012) via les Brèves du désordre, 30 août 2012

This entry was posted in Luttes antinucléaires and tagged , . Bookmark the permalink.