[Chronique de Youv derrière les barreaux] Partie 17 – « J’voulais aller chercher l’argent où il est quitte à manger une peine de dinosaure »

Partie 17

On rentre à la cité après notre voyage à Cherbourg on a failli y laisser des plumes mais « CE QUI NE TUE PAS NOUS REND PLUS FORT » donc c’est plus forts qu’on rentre à Mantes la 6t avait pas bougé d’un poil tout le monde était en mode pause t’avais beau partir six mois rien n’aurait changé toujours la même routine les mêmes en bécane les mêmes à dealer dans le hall déjà que j’étais pas trop pour dealer au détail du shit mais quand l’héroïne a fait irruption dans la tess combien d’clients j’ai dû chasser à coups de baffes mais ceux qui vendaient la mort c’était des mecs avec qui j’m’entendais bien des mecs avec qui j’ai grandi donc en souv’nir du passé j’pouvais pas entrer en guerre avec eux je les ai laissés eux et leur consience mais ils savaient très bien c’que j’pensais de cette merde mais comment en vouloir à des hyènes ils avaient une mentalité pirate je savais tôt ou tard qu’ils allaient se manger entre eux jusqu’à s’entretuer pour le hall qui vendait le mieux la mort j’étais spectateur impuissant de toute cette tragédie urbaine pourtant en dehors du deal c’était des mecs bien mais quand l’argent s’en mêle y avait plus rien qui comptait « nique sa mère tout l’monde » c’était leur philosophie au quartier fallait t’méfier de tout le monde tes poteaux d’aujourd’hui seront tes ennemis de demain plus la somme en jeu est conséquente et plus tu risques d’être trahi j’avais grandi parmi les loups mais j’avais une mentale plutôt mourir que trahir ou balancer un proche mais ça a changé dans nos rues les balances marchent la tête haute et tout le monde leur parle leur serre la main quand tu demandes à un mec pourquoi il parle avec une balance il te répond « TANT QU’IL M’A PAS BALANCÉ TRANQUILLE » oulala c’était hallucinant la 6t en dix ans avait grave changé plus d’repères plus d’respect mais Dieu merci j’ai été épargné je suis passé entre les gouttes j’passais pour un ouf parce que j’mangeais pas à la table du Sheytan j’ai misé sur les armes moi j’voulais aller chercher l’argent où il est quitte à manger une peine de dinosaure j’ai jamais vu quelqu’un réussir dans l’illicite faire sa place au soleil sans manger d’la prison à part si c’était une balance… C’est dans cette ambiance que l’Artificier le Turc et moi rentrons au Val-Fourré après un bref passage dans nos familles respectives on se retrouve pour élaborer un plan braco je montais jamais sur un coup si c’était pas moi qui avais tout planifié.

J’prends ma voiture et roule en pleine nuit à la recherche d’une banque appétissante… J’m’arrête dans une région proche de Mantes j’trouve un Crédit Lyonnais impeccable le lendemain j’explique mon plan aux deux autres qui me faisaient 100 % confiance tous mes plans étaient carrés on décide de passer à l’action le lendemain matin 8h30 l’Artificier grosses lunettes et perruque blonde se présente devant l’agence bancaire il sonne puis entre arrivé à l’intérieur il saute le comptoir puis m’ouvre le sas je rentre cagoulé alors que le Turc nous attendait au volant d’la voiture dehors j’entraîne la directrice dans la salle des coffres pendant ce temps-là l’Artificier faisait entrer les clients normalement pour ne pas éveiller les soupçons à l’extérieur pour les allonger derrière le comptoir y avait un minuteur dans les coffres on était obligés d’attendre trente minutes avant que les coffres s’ouvrent trente minutes dans ces moments-là c’est équivalent à vingt-quatre heures dans la vie normale c’était chaud on a dû gérer vingt personnes sans se faire cramer le décompte est terminé je charge les sacs et dans notre fuite c’était chaud les keufs avaient notre signalement si on aurait roulé jusqu’à Mantes on aurait mangé un barrage de flics à mi-chemin on s’arrête dans un camp de gens du voyage qui nous ont planqués le temps que ça se calme quand l’orage est passé on disparaît on donne quand même 10’000 euros à la famille de Gitans qui nous ont sauvé la mise… Après ça je reçois un appel de Jade qui m’invite à passer le week-end chez elle j’accepte j’avais besoin de décompresser Jade voulait qu’on se remette ensemble et moi il était hors de question que je m’engage dans une relation c’était pas l’moment en plus Jade m’avait tapé un scandale pour un Décatlhon j’imagine même pas si elle apprend pour les banques elle aurait eu une crise cardiaque la pauvre mais elle voulait mon bien ma Normande c’est pour m’éviter la taule qu’elle me prenait [la] tête mais moi j’avais la tête sous l’eau j’voulais le beurre et l’argent du beurre trop gourmand avec tout l’oseille qu’on avait j’pouvais rester un an en vacances mais j’voulais toujours plus un jour Jade m’a fait jurer de plus braquer j’ai juré mais j’m’en foutais j’avais trop les crocs et c’est c’qui me perdra plus tard FAUT SAVOIR SE CONTENTER DE C’QUE L’ON A PARCE QUE SINON DURE SERA LA CHUTE… Jade malgré ma folie a toujours su que derrière le thug braqueur se cachait un mec bien qui était prêt à tout pour fuir l’ghetto.

This entry was posted in Beau comme une prison qui brûle and tagged , . Bookmark the permalink.