[Dunkerque] « Je préfère faire de la prison que de travailler gratuitement »

De la prison ferme pour les SDF qui ont forcé un local associatif

Désœuvré, Luc D… a décidé, le 14 mars, de frapper un grand coup : dans la porte du local de l’Association des dockers retraités, à côté de L’Avenir, dans le quartier de la Gare à Dunkerque. Sans domicile fixe depuis plusieurs années, le Dunkerquois de 18 ans force le local.

Il est 1 heure. « On cherchait n’importe quoi, argent, etc., avoue-t-il, un brin goguenard au tribunal, vendredi. J’ai simplement forcé la porte en tirant dessus. » Une fois entré dans le bâtiment avec son comparse, Farid B… (sans domicile fixe âgé de 42 ans), absent lors de l’audience correctionnelle, c’est à coups d’extincteur qu’ils ouvrent la porte donnant accès au local associatif. Sans mettre la main sur quoi que ce soit. Le trio (un mineur les a suivi et est poursuivi devant le tribunal pour enfants) est rapidement interpellé par les policiers.

« Travailler gratuitement ? Non ! »

À la barre, Luc D… détaille un peu son quotidien. « Ma famille m’a mis dehors, je ne la vois plus souvent. J’ai quitté l’école en 5e, ça fait deux-trois ans que je vis comme ça. Dehors. Je fais la manche toute la journée, qu’est-ce que vous voulez que je fasse ? Ça me ramène 20-30 E la journée. » Un parcours émaillé de trois condamnations pour port d’arme prohibé, vol et abus de confiance, qui le plaçait sous la menace de la révocation de la peine d’un mois de prison avec sursis, demandée par le juge d’application des peines.

Pour cette tentative de vol avec effraction, la substitut du procureur requiert dix mois ferme pour Farid B…, absent et dont le casier compte 21 mentions. À l’évocation d’une peine de travail d’intérêt général, Luc D… se fige et reprend la parole : « Ah non non, ça ne m’intéresse pas ! Je préfère faire de la prison que de travailler gratuitement. Ça, c’est pas possible ! » Le tribunal a entendu cette préférence en le condamnant à trois mois de prison ferme, auxquels s’ajoute le mois avec sursis révoqué. Concernant Farid B…, sous le coup de la récidive, la peine plancher a été retenue : il a été condamnée à deux ans de prison ferme.

Presse esclavagiste (lavoixdunord.fr, 12 juin 2012)

This entry was posted in Beau comme une prison qui brûle and tagged , . Bookmark the permalink.

1 Response to [Dunkerque] « Je préfère faire de la prison que de travailler gratuitement »

  1. MDR says:

    1 avocat à la mayonnaise et 1 juge farcie, Table 12!

Comments are closed.