[Vive l’Azawad libre !] « Avec ou sans l’aide de la communauté internationale, le MNLA combattra jusqu’au bout les ennemis de l’Azawad et n’abandonnera jamais le combat qu’il a entrepris de mener pour la liberté du peuple de l’Azawad »

Communiqué du CTEA : Retour sur les affrontements de Gao

Tout d’abord, le Mouvement National de l’Azawad (MNLA) et le Conseil Transitoire de l’État de l’Azawad (CTEA) présentent leurs condoléances aux familles des martyres de l’Azawad qui sont tombés sur le champ de l’honneur.

Après les évènements malheureux du mercredi 27 juin 2012 à Gao, c’est le temps des bilans et des organisations stratégiques. Le MNLA déplore 4 morts parmi ses combattants et environ 10 blessés mais la plus lourde perte est bel et bien du côté des terroristes d’AQMI et du MUJAO. Nous avons appris plusieurs dizaines de morts dont le n°1 d’AQMI Moktar Belmoktar et de nombreux blessés terroristes d’AQMI-MUJAO. Il y a eu également, malheureusement, des victimes civiles lors de ces combats de ces dernieres journées.

Le MNLA est plus que jamais déterminé à aller jusqu’au bout de son objectif : l’indépendance de l’Azawad avec toute sa diversité quelque soit les obstacles qui sont mis sur ce chemin. Cette lutte prendra le temps qu’il faut, le prix qu’il faut mais aboutira un jour c’est la seule solution durable et définitive au conflit qui oppose l’Azawad au Mali.

Nous lançons un vibrant appel à la communauté internationale pour qu’elle nous aide à lutter contre les groupes terroristes. La mort du chef d’AQMI mercredi 27 juin est une preuve de notre volonté et notre détermination à lutter contre le terrorisme.

Fait à Gao, le 29 juin 2012

Moussa Ag Assarid
Membre du CTEA
Chargé de l’information et de la communication

Toumast Press


Le terroriste Belmokhtar, Numéro 1 d’AQMI au Sahel, tué par le MNLA à Gao

Le réseau international du terrorisme est en deuil. La terrible bataille de Gao qui a vu la mort de 4 grands combattants du MNLA, a été lourde en pertes humaines et matérielles pour l’axe du mal. Mokhtar Belmokhtar, numéro 1 d’AQMI au Sahel et un autre dirigeant d’AQMI avec plus d’une vingtaine de terroristes ont été tués par l’unité du Colonel feu Bouna Ag Attayoub dont la bravoure est inégalée.

Comme annoncée dans notre précédente édition, l’axe du mal composé du Mali, du Niger, de l’Algérie, et du Qatar a tout fait pour déstabiliser la jeune république de l’Azawad. C’est ainsi que le quotidien Français le Canard Enchaîné annonçât il y a un mois le financement d’AQMI et d’Ansar Adine par l’émir du Qatar qui avait prévenu à l’occasion la France et son ancien président Nicolas Sarkozy. L’Algérie quant à elle, elle a toujours été présente dans l’Azawad grâce à Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI), un démembrement de son DRS. Depuis la semaine passée, au moins deux officiers supérieurs de l’armée Algérienne sont présent à Gao afin d’encadrer et d’instruire les terroristes du MUJAO afin de préparer leur attaques contre le MNLA.

Oui, vous avez bien entendu, au moins deux officiers supérieurs Algériens étaient à Gao pour encadrer les terroristes du MUJAO qui sont supposés avoir commis plusieurs attentats en Algérie, et qui sont surtout supposer détenir toujours en captivité les 7 diplomates Algérien enlevé à Gao en Avril dernier. Nul n’est besoin n’est de s’attarder sur les plans du Mali et du Niger (plus une partie de la CEDEAO). Mais tous ces plans machiavéliques concoctés par l’axe du mal n’ont pas pu venir à bout du MNLA qui continuera de se défendre avec le même courage et la dignité qu’a démontré l’unité du Colonel feu Bouna Ag Attayoub.

Cette unité d’une vingtaine de personne a combattu et mis en déroute pendant près d’une heure des terroristes du MUJAO (Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest) et de Boko Haram (terroristes Nigériens et Nigérians). La bravoure et la dignité des combattants du MNLA fut encore plus éclatante lorsqu’ils se sont imposés avec brio contre le renfort terroriste d’AQMI puissamment armé et dirigé par Mokhtar Belmokhtar en personne.

Après d’âpre combat, plusieurs sources nous confirmerons la mort de Belmokhtar, numéro 1 d’AQMI au Sahel. Un combattant de l’unité du Colonel feu Bouna Ag Attayoub, nous dira qu’il le voyait combattre lorsqu’une « rafale l’a eu en pleine poitrine ». En plus de ce terroriste, plus d’une vingtaine d’autres d’AQMI, du MUJAO, et de Boko Haram ont été tués. Parmi eux, un autre cadre d’AQMI. Une source à Gao nous confirmera qu’il y a deux corps d’AQMI dans la morgue de Gao. L’un d’entre eux est celui de Belmokhtar, et l’autre est celui d’un terroriste Mauritanien.

Pour mémoire, Belmokhtar est ce terroriste Algérien de 40 ans, qui a rejoint l’Afghanistan à l’âge de 19 ans. Quelques années plus tard, il retournera en Algérie pour devenir l’un des chefs du GIA (Groupe Islamique Armée), ensuite du GSPC (Groupe Salafiste pour la Prédication et le Combat) qui deviendra AQMI en 2007.

Ce terroriste vient d’être tué par une petite unité du MNLA au courage démesuré, alors qu’il n’avait pas pu être mis hors d’état de nuire pendant une vingtaine d’année, par les Américains (en Afghanistan), les Algériens, les Maliens (qui n’ont jamais tiré une seule balle contre AQMI), et l’ensemble des organisations anti-terroristes par qui il était recherché.

Par Alghatek Ag Emasseye
Toumast Press, 28 juin 2012


Affrontements terribles à Gao entre le MNLA et les terroristes supportés par l’axe du mal

Le Mercredi 27 Juin 2012, restera dans l’histoire de la jeune république de l’Azawad comme étant le plus sombre. Sombre d’abord et surtout de par les pertes au sein du MNLA, mais aussi sombre de par la force des terroristes, sombre de par la violence des combats, sombre de par les trahisons contre le MNLA, et enfin sombre de par le choix des leaders Touareg d’Ansar Adine d’empêcher aux Touareg de cette organisation de venir en aide au MNLA.

Tout a commencé comme beaucoup d’entre nous l’avait prédit depuis la prise du camp Amashash de Tessalit. Tout est né d’un plan très bien structuré à Bamako, Niamey, Alger, et Doha. Pendant que les leaders aussi bien politiques que militaires du MNLA péchaient par leur naïveté et leur laisser-aller, les forces du mal ne dormaient pas et continuaient de mettre en place les derniers détails de leurs plans machiavéliques. Mais l’heure n’est pas aux accusations, l’heure est à l’unité fraternelle. L’heure est à l’union sacrée pour permettre à David (MNLA) et de battre Goliath (le réseau international du terrorisme et de l’islamisme, celui de la haine de nos voisins Maliens).

Depuis plusieurs mois, le Mali mettait en place son plan de déstabilisation du MNLA. Ce plan passait en premier lieu par les anciens membres du Gandakoy et leurs proches de Gao. Au même moment, l’Algérie continuait sa lutte féroce contre l’Azawad à travers AQMI et Ansar Adine. Ansar Adine et dans une certaine proportion l’AQMI bénéficiait des largesses financières, et technologiques du Qatar. Une fois leurs plans ficelés, cet axe du mal est passé à l’action.

Pour mettre le feu aux poudres cet axe du mal organisât et perpétrât ce Lundi la mort d’Idrissa Oumarou Maïga, un enseignant d’une cinquantaine. Aussitôt cet enseignant d’une cinquantaine d’année assassinée, l’axe du mal accusera le MNLA d’avoir commis le crime pour je cite « voler la moto » de feu Maïga, une vielle mobylette qui il faut le rappeler. Nul besoin n’est de confirmer que le MNLA n’a absolument rien à avoir à ce crime, car la vente d’une seule de ses milliers de voitures aurait rapporté une valeur supérieure à celle d’une centaine de mobylette comme celle de feu Maïga.

L’axe du mal est alors passé à la seconde étape consistant à pousser la population de Gao, déjà infiltrée par le Gandakoy, à manifester contre le MNLA. Lors de la manifestation, l’axe du mal tapis fera tout son possible pour pousser le MNLA à tirer sur la foule qui était encadrée par le MUJAO et Boko Haram. Le professionnalisme du MNLA a permis de disperser la foule sans des dégâts importants du côté de la population civile.

N’ayant pas réussi son objectif la vieille, l’axe du mal continuera de manipuler la population en la poussant encore à manifester le Mercredi. Toujours encadrée par les terroristes du MUJAO et de Boko Hara, la population de Gao manifestera cette fois-ci avec les drapeaux du MNLA et le drapeau noir d’AQMI. Pire encore, les manifestants et les terroristes du MUJAO-Boko Haram outrepasseront un barrage de sécurité du MNLA protégeant la présidence de l’Azawad.

C’est à ce moment précis que la population civile s’écarta et le MUJAO et Boko Haram commencèrent à bombarder à l’arme lourde la présidence du MNLA. C’est également à ce moment que les réseaux téléphoniques d’Orange et de Malitel ont été brouillés par les terroristes. Pire encore, le réseau du téléphone satellitaire Thuraya a également été brouillé rendant impossible toute communication du MNLA pour appeler des renforts. Il est important de noter ici que ni le Mali, ni les terroristes ne disposent de la technologie nécessaire pour brouiller le réseau satellitaire. Seuls les pays occidentaux ou ceux du Moyen Orient en dispose…

Pris de court, et attaquer de toutes parts, la vingtaine de combattants du MNLA qui avait en charge la protection de la présidence s’est battue avec courage et mérite. Malgré leur petit nombre et le nombre insuffisamment d’armes dont ils disposaient, ces combattants ont presque mis en déroute les terroristes du MUJAO et de Boko Haram.

Apprenant la déroute de son allié, Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) se dirigera rapidement vers le champ de bataille avec un arsenal de guerre impressionnant et qui aurait pu détruire en quelques minutes la présidence de l’Azawad n’eut été la bravoure exceptionnelle du petit nombre de combattants du MNLA. La brigade surarmée d’AQMI était dirigée par le numéro 1 d’AQMI au Sahel, Mokhtar Bel Mokhtar en personne. L’organisation parfaite du petit nombre de combattants du MNLA a permis de causer plus d’une vingtaine de morts dont des leaders parmi les terroristes.

Voyant un renfort de plus d’une centaine de terroristes qui rejoignait le champ des combats, le petit nombre de combattants du MNLA a décidé d’évacuer la présidence pour rejoindre le gros des troupes Azawadiennes dans le camp Fihroun. Parmi les 4 combattants du MNLA tombés dans ce petit groupe dont la bravoure est sans égale, figure le chef des opérations, le Colonel feu Bouna Ag Attayoub. Paix à son âme et à celui de tous les combattants tombés sur le champ de l’honneur.

Si ces 4 braves combattants du MNLA sont morts, c’est parce qu’ils ont été trahis par des combattants non Touareg qui les avaient rejoint en affirmant qu’ils ne se reconnaissent que sous le drapeau de l’Azawad. Une fois les combats commencés, ces traitres ont rejoint leurs fusils contre eux et ont combattus avec le MUJAO et ensuite avec AQMI.

Encore dans le chapitre des trahisons, à Kidal, les combattants Touareg d’Ansar Adine ont convoqué Iyad Ag Ghaly et les leaders d’Ansar Adine pour réuni extraordinaire. Après qu’il lui fut notifié qu’il faut agir, Iyad Ag Ghaly a dit aux combattants Touareg que soit Ansar Adine agit en combattants avec ses compagnons d’idéologie (MUJAO, Boko Haram et AQMI) ou Ansar Adine allait servir de médiateur pour permettre l’arrêt de combats, et qu’en aucun cas, Ansar Adine allait combattre avec le MNLA. Sidéré par ce qu’ils venaient d’entendre de la bouche d’un Touareg, la salle de la rencontre a commencé à se vider de la majorité des combattants Touareg qui n’était pas disposé à abandonner leur frères Touareg du MNLA. Peu après, Iyad Ag Ghaly à fermer toutes les sorties de la ville afin de ne pas permettre aux combattants Touareg d’Ansar Adine de sortir pour combattre avec le MNLA.

Dans la soirée, nos sources nous apprenaient que l’armée Malienne en coordination avec le MUJAO et AQMI a commencé à bouger et a quitté son poste dans lequel elle s’était repliée tactiquement en fin novembre, pour rejoindre la petite ville de Boni en territoire Azawadien. L’état-major du MNLA a demandé au petit nombre de combattants du MNLA de se rendre à Gossi pour éviter momentanément les affrontements avec les centaines de militaires Maliens accompagnés par les miliciens du Gandakoy.

Surpris par la coordination des actions de l’axe du mal Mali-Niger-Algérie-Qatar, l’état-major militaire du MNLA ne ménage aucun effort pour rétablir rapidement la sécurité et la quiétude dans l’Azawad et montrer au monde entier qu’il a le contrôle de son pays avec ou sans son aide contre le terrorisme.

Par Alghatek Ag Emasseye
Toumast Press, 28 juin 2012


Mise au point du MNLA sur la situation à Gao

Algérie1 vient de recevoir du Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) une mise au point sous forme de communiqué dans lequel ce mouvement touareg essaie de rétablir les faits en rendant compte de la situation réelle sur le terrain et particulièrement à Gao, principale ville du nord Mali.

Mise au point sur la situation à Gao

Aujourd’hui, l’AFP, repris en boucle par un certain nombre de médias occidentaux, maliens et algériens, annonçait que le « MUJAO avait occupé le QG du MNLA ». Ils annonçaient que le MNLA avait subi une sérieuse défaite face au Mujao et que les combattants du MNLA « ont fui, d’autres ont été tués, d’autres arrêtés ».

Il convient de préciser que : Le QG du CTEA était occupé par des civils et non des militaires, le QG militaire du MNLA se trouve au camp militaire 1 et non au siège du gouvernorat. Les victimes ne se comptent pas uniquement dans les rangs du MNLA mais nous nous abstiendrons de faire des décomptes macabres. L’avenir proche rétablira les faits.

Les islamistes du Mujao ont reçu le renfort de plusieurs unités de l’AQMI dont l’un des chefs a été abattu aujourd’hui par les combattants du MNLA. Nous confirmerons ultérieurement l’identité du terroriste abattu. Les combattants du MNLA qui avaient la charge de protéger le QG ont tenté d’éviter au maximum l’usage des armes lourdes en raison de la localisation en plein centre ville du QG.

Les combattants du MNLA arrivés du camp militaire 1, zone aéroportuaire ont tenté de déplacer les combats à l’extérieur de la ville mais les djihadistes du Mujao ont ouvert le feu dans les rues, exposant ainsi les populations et poussant le MNLA à se replier dans le camp militaire toujours occupé par les combattants du MNLA, contrairement aux affirmations de l’AFP qui annonçait « la fuite des combattants du MNLA ».

Par ailleurs, il y a également lieu de préciser que les forces en présence dans l’Azawad ne se limitent pas à la seule présence physique des groupes armés, il y a aussi et surtout tout le soutien logistique, financier et médiatique de certaines puissances étrangères qui appuient sans réserve les groupes islamistes opérant dans notre territoire tout en dénigrant outrageusement le seul mouvement démocratique du pays.

Où est cette communauté internationale qui n’a eu de cesse d’exiger du MNLA qu’il « précise » sa position vis-à-vis de l’islamisme et pour certain de « mener le combat contre les islamistes » ? Quel soutien apporte-t-elle au MNLA dans cette nouvelle guerre que nous sommes en train de mener contre les narco-terroristes du Mujao ? Où est la presse internationale censée promouvoir la liberté et la démocratie ? Où sont donc tous les donneurs de leçons ?

Avec ou sans l’aide de la communauté internationale, le MNLA combattra jusqu’au bout les ennemis de l’Azawad et n’abandonnera jamais le combat qu’il a entrepris de mener pour la liberté du peuple de l’Azawad.

En ce moment, une partie des unités du MNLA, stationnées aux frontières de l’Azawad, reviennent à l’intérieur du territoire pour achever de débarrasser la ville de Gao des groupes islamistes du Mujao qui terrorisent la population.

C’est une nouvelle phase de cette guerre que les ennemis de notre peuple nous imposent. Nous l’affronterons avec courage et détermination et nous appelons l’ensemble des peuples frères et amis à nous soutenir massivement par tous les moyens dont ils disposent.

Gloire à nos martyrs d’hier et d’aujourd’hui Vive l’Azawad libre et démocratique

Mossa Ag Attaher, Chargé de communication, Mouvement National de Libération de l’Azawad

Algérie1 via Diaspora Saharaui, 28 juin 2012


Azawad : les masques sont-ils tombés ?

Courant du week-end du 23 juin, une délégation du groupe obscurantiste Ansar Dine a été reçue à Alger. À la même période, une délégation de quatre personnes venues du Qatar se sont rendues dans l’Azawad sous la protection du MUJAO (Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest). Ces Qataris qui ne cachent pas leurs liens avec ce groupe, présenté par les médias et les États qui prétendent combattre le terrorisme islamiste comme étant une dissidence de l’Aqmi, sont venus officiellement pour une mission humanitaire : ils devaient évaluer les besoins des populations avant de revenir leur apporter l’aide nécessaire.

En réalité, les islamistes d’Ansar Dine ont été reçus à Alger pour coordonner les attaques qui devraient viser le MNLA. Les Qataris sont allés apporter du « blé » à leurs soldats du MUJAO et autres terroristes d’Ansar Dine et consorts. Deux jours plus tard, des incidents graves voient le jour à Gao, et le mercredi 27 juin les islamistes du MUJAO s’attaquent aux Touaregs du MNLA.

Cette opération aurait été facilitée par des éléments infiltrés au sein du MNLA.

Les affrontements ont fait plusieurs victimes y compris dans les rangs du MNLA dont le colonel Bouna Ag Tahib.

Pour l’exécution de cette opération, Alger aurait dépêché deux colonels pour encadrer les troupes du MUJAO-AQMI. Le Mali a activé ses manipulateurs locaux qui ont fait soulever les populations noires, par ailleurs utilisées comme boucliers humains par les djihadistes.

Cette situation était prévisible dans la mesure où ces forces du mal (Alger-Qatar-Mali) avec la bénédiction de la toute puissance coloniale (France) sont décidées décidées à décapiter le MNLA et empêcher les Touaregs de récupérer leur territoire.

Rappelons-nous, juste après le congrès du MNLA, début du mois de mai, la région de Kidal, proche des frontières algériennes, a été investie de barbus venus de plusieurs pays y compris du Pakistan ; Ansar Dine a du s’occuper de la logistique et de leur accueil. La liaison entre les différents groupes était assurée par des « grands » émirs comme Mokhtar Belmokhtar et Abdelhamid Abou Zeid, tous les deux algériens en mission dans le Sahara et Sahel depuis des années. Nous le disions dans un article dédié à cela.

Le MNLA est aujourd’hui confronté à une situation qui ne lui laisse pas d’autre choix que de mener une guerre sans merci à ces hordes qui veulent à tout prix pourrir l’Azawad. Les forces du MNLA encerclent déjà Gao, des renforts sont arrivés de partout. Et c’est l’occasion pour « faire le ménage au sein du MNLA » afin que la noble mission que s’était assignée le Mouvement en janvier 2012 soit poursuivie jusqu’à la victoire finale. Les forces militaires qui ont pu chasser l’armée malienne, renvoyée chez elle, sauront nettoyer l’Azawad de cette racaille dont la mission est d’empoisonner le pays. Et Ansar Dine ne devra surtout pas être épargné. Et le MNLA devra finir avec les sentiments.

Mokhtar Belmokhtar serait tué à Gao

Selon des informations qui nous sont parvenues de Gao, mais qui restent à vérifier, l’émir algérien d’AQMI, Mokhtar Belmokhtar, surnommé aussi le borgne, aurait été tué lors des combats du mercredi à Gao entre combattants du MNLA et les groupes islamistes.

Que fait la communauté internationale ?

Maintenant qu’il est clair que le MNLA n’a non seulement pas d’accointances avec les groupes islamistes mais il est entré en guerre avec eux, que fera la communauté internationale ? Que fera la France ? La logique voudrait que le MNLA soit soutenu, et il serait injuste de le laisser tout seul face à ces terroristes que tout le monde prétend combattre. À moins que ce qui est véritablement recherché étant l’afghanisation de l’Azawad, et bientôt de l’Aïr !! Cette communauté ne se rend certainement pas compte qu’elle est en train de jouer avec le feu, un feu qui risque de ravager leurs propres demeures.

Nous reviendrons certainement longuement sur les événements de Gao et leurs conséquences.

La Rédaction de Tamazgha le site berbériste, 29 juin 2012

Signez la pétition « Non à l’agression des Touaregs de l’Azawad »


Les partisans de la guerre affûtent leurs armes
Grandes manœuvres au Sahel

Paris cherche à rallier les pays de la Cédéao à l’option armée au Mali pour contourner le refus d’Alger. Le chaos n’est pas si loin…

Au Sahel, plus précisément au Mali, la situation va de mal en pis. Des affrontements meurtriers à l’arme lourde se sont déclenchés hier à Gao, au nord, entre les membres de la rébellion touareg du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et les islamistes du Mouvement pour l’unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao). « On entend des coups de feu, les combattants du Mujao et du MNLA se tirent dessus, on a peur », a déclaré à l’AFP Nina Oumarou, sœur de l’élu municipal, Idrissa Oumarou, assassiné lundi soir par des hommes armés.

Ces affrontements interviennent au lendemain de violentes manifestations à Gao d’habitants indignés par l’assassinat du conseiller municipal, par ailleurs enseignant et membre du parti du président malien de transition, Dioncounda Traoré. Des hommes armés non identifiés ont tiré sur des centaines de manifestants, faisant au moins un mort et une dizaine de blessés. Des citoyens ont accusé le MNLA d’avoir ouvert le feu sur la foule, ce que ce mouvement a catégoriquement démenti, parlant d’une « manipulation » du Mujao.  Les deux groupes belligérants ont alors fait parler la poudre, notamment dans le quartiers dit Château rouge, où les combattants du Mujao ont attaqué le camp de la ville tenu par les combattants du MNLA. Pendant ce temps, l’autre mouvement islamiste Ançar Eddine, qui contrôle « religieusement » Tombouctou, suit de près la scène, dans l’espoir de tirer profit de cette guerre « fratricide » entre le MNLA et le Mujao.

Une situation tendue qui inquiète au plus haut point les chefs d’État de la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (Cédéao). Ils doivent d’ailleurs se réunir à nouveau demain à Yamoussoukro (Côte d’Ivoire) pour discuter de l’envoi d’une force armée au Mali, soumis à une demande formelle des autorités de transition de Bamako.

Précisément, le président Abdelaziz Bouteflika avait reçu, lundi, l’envoyé spécial de son homologue ivoirien Alassane Ouattara, chef en exercice de la Cédéao. De son côté, Djibril Bassole, ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, pays chargé par les États d’Afrique de l’Ouest d’une médiation au Mali, est arrivé hier à Alger en visite de travail.

Un curieux « Monsieur Sahel » de la France…

Le même jour s’est ouvert à Alger la 9e session de la réunion du Comité international des services de renseignement et de sécurité africains (Cissa). Comme il fallait s’y attendre, la situation au Mali a polarisé l’attention des participants. Mais le pas n’a pas encore été franchi, s’agissant de l’éventuel recours à la force, comme le souhaitent certains pays, dont la France.

L’Algérie reste toujours attachée à une solution « politique négociée » pour pacifier non pas uniquement le Nord mais tout le Mali. Cependant, les pays de la Cédéao subissent des pressions pour faire valider l’option militaire. La France est ainsi à la pointe des pays qui souhaitent une intervention militaire. Elle a d’ailleurs désigné un ex-ambassadeur, Jean Felix-Paganon comme « représentant spécial pour le Sahel » qui est déjà à pied d’œuvre à Bamako.

Ce curieux « Monsieur Sahel » devrait aussi se rendre « dans les prochains jours dans plusieurs autres pays de la région », selon le Quai d’Orsay. Cet envoyé spécial a pour mission de dresser un constat in situ pour mettre au point un « plan d’action pour le Sahel ».

Un « plan » qui devrait être soumis à la mi-juillet aux autorités algériennes à l’occasion de la visite annoncée du MAE français, Laurent Fabius, pour une éventuelle caution. Mais rien ne dit qu’Alger va se départir de son attitude de non-ingérence mais aussi de sa peur légitime pour un pays frontalier d’une « afghanisation » du Mali et par extension de tout le Sahel. L’heure est plus que jamais aux grandes manœuvres dans cette région.

Presse soumise aux « services » algériens (Hassan Moali, ElWatan.com, 28 juin 2012)

This entry was posted in General and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.