Nouvelles de la révolution tunisienne

Des émeutes à Médenine et agression du gouverneur

Selon le correspondant de TunisieNumérique sur place, des habitants de la ville de Médenine ont observé un sit-in de protestation, lundi 7 mai 2012. Les sit-ineurs ont bloqué les voies menant à  la ville en enflammant des pneus, ils ont revendiqué leur droit au travail et au développement.

Voulant se rendre sur le lieu du sit-in, le gouverneur de Médenine a été agressé verbalement et contraint à quitter les lieux par les protestataires. Les forces de l’ordre étaient intervenus pour disperser la foule des manifestants par l’usage de gaz lacrymogène précise notre envoyé.

Publié par des ennemis de la révolution (Tunisie Numérique, 7 mai 2012)


Béja : Intrusion de protestataires et arrêt du travail à l’usine du cuir et chaussures

Le travail s’est arrêté, à l’usine du cuir et chaussures italienne « Strok », située dans la zone industrielle de Béja nord, lundi 7 mai 2012, deux heures après son démarrage, à la suite de l’intrusion de près de 500 sans-emploi, pour demander du travail.

Mahfoudh Mahmoudi, le responsable de l’Usine, a indiqué que « le travail a été arrêté à l’usine, afin d’éclairer les citoyens sur les conditions de recrutement, mais également pour réclamer davantage de sécurité à même de permettre un déroulement normal de la production ».

Il a expliqué que l’usine emploie, actuellement, 70 personnes qui ont reçu une formation et que d’autres postes d’emploi sont encore à pouvoir, par étapes, conformément à l’extension de la capacité de production et au programme de recrutement ferme qui prévoit deux mille postes de travail.

Pour sa part, le gouverneur de Béja, Nasr Temimi, a souligné que « la situation a été maîtrisée et que des renforts sécuritaires vont permettre à l’usine de redémarrer avec le personnel existant qui avait été formée, au cours des mois précédents ».

Publié par des ennemis de la révolution (TAP, 7 mai 2012)


Grève générale à Sahline

Les habitants de la ville de Sahline dans le gouvernorat de Monastir ont entamé une grève ouverte, lundi 7 mai 2012 rapporte radio Shems.fm.

Les habitants de Saheline ont revendiqué leur droit au travail et au développement. Khmissa Amamou, présidente de l’Association développement sans frontières (ADSF), a précisé qu’il s’agit d’une grève lancée par l’association « Ardhouna ».

Elle a indiqué que plusieurs commerçants ont fermé par crainte d’attaques surtout après avoir reçu des menaces de saccage.

Publié par des ennemis de la révolution (Tunisie Numérique, 7 mai 2012)


Le gouverneur de Kébili rend le tablier

Face à la montée des agitations et des violences dans sa région, le gouverneur de Kébili (sud-est), Salah Sebai, officier de l’armée, a préféré rendre le tablier.

M. Sebaï, nommé à Kébili depuis 21 février 2011, jusque là l’un des plus anciens gouverneurs en poste, a, en effet, présenté sa démission, dimanche, au ministre de l’Intérieur, « pour l’intérêt général ». Sa démission a été acceptée, a annoncé la présidence du gouvernement dans un communiqué rendu public, hier.

Un nouveau gouverneur sera nommé ultérieurement, indique le communiqué.

Il est à noter que Kébili a connu, durant la nuit de jeudi à vendredi, des actes de violence engendrant des dégâts matériels occasionnés sur des biens publics et privés. Les manifestants protestent contre « l’inapplication par l’autorité régionale de la décision d’interdire à des citoyens de planter, illégalement, des palmiers sur des terres domaniales ».

Publié par des ennemis de la révolution (Kapitalis, 7 mai 2012)


Un homme succombe après s’être immolé par le feu à Tozeur

Un homme a succombé à ses blessures après s’être immolé par le feu à Tozeur, ville touristique du sud-ouest désertique de la Tunisie, a-t-on appris lundi de source hospitalière.

Ali Marzouki, 35 ans, est décédé dimanche dans l’ambulance qui le conduisait à l’hôpital des « grands brûlés » de Ben Arous, près de Tunis, où il avait été transporté par avion de Tozeur, a-t-on indiqué de même source.

« Il est mort des suites de brûlures sur tout les corps », a indiqué à l’AFP, un responsable de l’hôpital des « grands brûlés ».

L’homme s’était immolé par le feu samedi sur une place à Tozeur, à 500 km au sud de Tunis. « Il s’était aspergé d’essence et avait mis le feu à ses vêtements. Il a été ensuite hospitalisé ur ordre d’un juge d’instruction », a raconté un habitant.

Les causes de suicide de l’homme, chauffeur de taxi, ne sont pas connues. Des habitants interrogés par l’AFP ont raconté qu’il n’était pas à court de ressources mais souhaitait faire valoir un droit de propriété sur une parcelle de terrain appartenant à l’État. (…)

Leur presse (lorientlejour.com, 7 mai 2012)

This entry was posted in L'insurrection tunisienne et ses suites and tagged , , , , . Bookmark the permalink.