[Tunisie] En marche vers la deuxième révolution ?

Sidi Bouzid : menaces de grève générale et de désobéissance civile

Le comité de protection de la Révolution « 17 décembre » et le front du 17 décembre des forces progressistes ont organisé jeudi 5 avril 2012 une « Journée de la colère » à Sidi Bouzid rapporte Shems.fm.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1333721773.jpg

« Tunisie libre »

Ils ont protesté contre le chômage et le manque de développement régional. D’après l’un des participants, le gouverneur, de par son appartenance au Mouvement Ennahdha, est accusé de ne pas être neutre, et est donc persona non grata.

Des réunions se poursuivront entre les coordinateurs du mouvement de protestation, qui n’écartent pas l’éventualité de décréter une grève générale dans la région de Sidi Bouzid, voire la désobéissance civile si leurs demandes ne sont pas concrétisées.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1333721890.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1333722034.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1333722143.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1333722181.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1333722207.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1333722240.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1333722270.jpg

Publié par des ennemis de la révolution (Tunisie numérique, 5 avril 2012)


Un groupe de jeunes de Sidi Bouzid a entamé mardi une marche à pieds en direction de Tunis. Pour interpeller le gouvernement sur le droit à l’emploi.

Cette idée revient aux jeunes chômeurs de la région, notamment à ceux de Jelma. Le point de départ était devant le siège du gouvernorat de Sidi Bouzid. Ces jeunes qui n’étaient au départ qu’une dizaine compte multiplier leur nombre au fur et à mesure de leur traversée.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1333722351.jpg

Zied Bouazizi, 20 ans. Niveau 1re année secondaire.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1333722444.jpg

Samir Maamouri, 21 ans. Il a un diplôme de cuisinier.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1333722509.jpg

Ramzi Abdouli, 24 ans. Maîtrise en informatique appliquée à la gestion.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1333722528.jpg

Nader Hamdouni, 36 ans. Il a une maîtrise ès lettres arabes.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1333722595.jpg

Hichem Anibi, 26 ans. Niveau bac lettres.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1333722645.jpg

Fayçal Bouazizi, 26 ans. Il a encore une balle dans sa jambe droite.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1333722692.jpg

Ali Zamour, 55 ans, ex-prisonnier politique. Bac Math-Physique (son professeur était Moncef Ben Salem, l'actuel ministre de l'enseignement supérieur).

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1333722767.jpg

Abdel Monem Abassi, 21 ans. Niveau bac.

Des centaines de km à faire à pieds ça use les souliers et les pieds. Mais pas leur détermination à exiger leur droit à l’emploi et au respect de leur dignité.  Cette marche rappelle aux Tunisiens les deux précédentes organisées pour Kasbah I et Kasbah II, début 2011, pendant le 1er et le 2e Gouvernement de transition sous Mohamed Ghannouchi.

Les marcheurs auront-ils cette fois-ci gain de cause avec l’actuel ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Abdelawaheb Maâtar ?

À suivre…

Publié par des ennemis de la révolution (Kapitalis, 4 avril 2012)


Grève générale prévue à Redeyef

Le gouvernement provisoire répondra-t-il favorablement à toutes les revendications ?

Au moment où nous mettions sous presse, une délégation représentant les citoyens de Redeyef, se dirigeait vers la capitale pour négocier avec le gouvernement provisoire les revendications formulées il y a des mois et les modalités de leur application. Les résultats des négociations décideraient du sort du bassin minier, car une grève générale a été déjà annoncée à Redeyef.

« En fait, nous maintenons notre grève prévue pour aujourd’hui, au cas où le gouvernement provisoire ne répond pas favorablement à nos revendications et à nos conditions », annonce Adnane Hajji, responsable syndicaliste à Redeyef.

À rappeler dans ce contexte que le gouvernement provisoire, plus particulièrement le ministère des Affaires Sociales s’est désisté de ses engagements vis-à-vis des syndicalistes, des jeunes et des citoyens du bassin minier en renonçant aux accords cadres signés dans ce sens. Une position qui n’a fait qu’alimenter la tension entre les deux parties, d’où l’appel à une grève générale, aujourd’hui. (…)

Publié par des ennemis de la révolution (Le Temps, 5 avril 2012)


Des manifestants bloquent la route entre Gafsa et Sfax

Des habitants du village de Zanouche, près de Sened, ont fermé la route reliant Gafsa à Sfax, le 5 avril, pour demander des projets de développement dans la région.

Ils se sont rassemblés ensuite devant la clinique du village pour demander l’amélioration de la qualité de ses services.

Dans leurs déclarations à Radio Kalima, les habitants de la région ont menacé de radicaliser leur mouvement si les autorités locales ne répondaient pas à leurs revendications.

Cette action fait suite au décès d’un nourrisson en raison de l’absence d’un médecin de permanence.

Le père du nourrisson a affirmé que son fils souffrait d’une complication respiratoire qui avait nécessité son transfert à la clinique, où le seul infirmier présent n’avait rien pu faire.

Publié par des ennemis de la révolution (Radio Kalima, 5 avril 2012)


Gafsa : des mesures sécuritaires préventives à la veille de l’annonce des résultats du concours de la CPG

Les autorités régionales du gouvernorat de Gafsa ont pris des dispositions sécuritaires préventives pour « la protection des biens publics et privés dans la localité d’El Medhilla ».

Ces mesures, comme l’a indiqué à l’agence TAP, le gouverneur de la région, Brahim Hamdaoui, visent à prévenir les mouvements de protestation et les actes de violence, en prévision de la proclamation des résultats du concours de recrutement des agents d’exécution à la Compagnie des phosphates de Gafsa (CPG).

Les résultats seront proclamés le 7 avril 2012, dans la délégation d’El Medhilla, pour le recrutement de 530 agents d’exécution devant travailler dans les mines et les bassins de lavage de la CPG, dans cette délégation. Le nombre total des recrutements, pour tout le gouvernorat, s’élève à 2588 agents d’exécution. Selon des sources sécuritaires et militaires de haut niveau, des renforts vont être déployés, à partir de vendredi, dans la délégation d’El Medhilla.

Dans ce sens, des unités d’intervention de la garde nationale et des forces de l’ordre public, et de l’armée nationale seront mis en place tout autour des unités de la CPG et du Groupe chimique tunisien (GCT), ainsi qu’au niveau des intersections des routes et des grands centres urbains, dans le centre ville.

Publié par des ennemis de la révolution (WMC/TAP , 6 avril 2012)

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1333721344.jpg

Un tag à Bizerte : « La rue et la colère, pas les tribunes, ni les discours »

This entry was posted in L'insurrection tunisienne et ses suites and tagged , , , , , , , . Bookmark the permalink.