[Grèce] La tempête de la révolte explose

Tous s’y attendaient, tous s’y préparaient, tous l’espéraient.

Alors que la Troïka accroît la pression sur le gouvernement d’unité nationale grec qui peine à se mettre d’accord pour appliquer les nouvelles mesures d’austérité, par crainte d’une explosion sociale incontrôlable, le peuple reprend l’initiative.

Dès ce soir [lundi 6 février], et surtout sur Thessalonique et Athènes, tous les groupes de gauche modérée et radicale, les syndicats, partis d’oppositions, groupes libertaires, autonomes et révolutionnaires appellent unanimement de manière hétérogène au soulèvement populaire : depuis ce soir 18h divers groupes et syndicats appellent sur Athènes et Thessalonique à prendre et occuper une douzaine de places publiques, au siège de la chambre des commerces, à des rassemblements et manifestations.

À partir de demain, 48 heures de grève générale sont déjà décrétées. Et le mot tourne, sur toutes les plate-formes possibles : réseaux sociaux, mails, sites contestataires, indymedias, téléphones, affiches, etc. Depuis aujourd’hui, déjà, l’hôpital Kilkis est occupé et réapproprié par son personnel avec une déclaration en dix points qui clament la réappropriation autogestionnaire de l’hôpital et sa « mise totale sous le contrôle ouvrier ». Une grande manifestation de grève générale appelle à se rassembler directement sur la place Syntagma dès 11h demain matin pour assiéger le Parlement. Les mots d’ordre sont solennels : « temps de la dernière heure », « l’heure est venue, soulevons-nous », « appel au soulèvement populaire et à la prise des places publiques », « la lutte de la dernière chance », etc.

Chaque groupe, syndicat et tendance appelle à prendre des places spécifiques. Ainsi, les rassemblements sur Omonia sont appelés par le sinistre KKE tandis qu’un syndicat gauchiste de jeunes appelle à se rassembler devant l’école Polytechnique.

Simultanément, comme un signal, d’énormes tempêtes éclatent sur toute la Grèce, avec pluies diluviennes, orages et tonnerres particulièrement violents.

Demain, Athènes sera une zone de front.

Que la peur change de camp.
Pour une solidarité internationale.

Mailing, 6 février 2012.

This entry was posted in L'insurrection grecque de décembre 2008 et ses suites and tagged , . Bookmark the permalink.

5 Responses to [Grèce] La tempête de la révolte explose

  1. Hourra says:

    Bah oui, c’est pour ça que je demande parce qu’en lisant le texte j’avais cru comprendre qu’il y avait une sorte d’ « union sacrée » (sans mauvais jeu de mot) incluant entre autre anarchistes et staliniens. Mais je vois mal le KKE attaquer le parlement qu’il a si vilainement défendu aux côtés des flics en mettant sur la gueule aux manifestants.
    La prise de contrôle de l’hôpital est par contre vraiment encourageante et mérite d’être diffusée.

    Sinon, qu’en est-il de cette journée de mobilisation ? Est-ce qu’elle a pris la tournure du « soulèvement populaire » tant espéré où s’est-elle limitée à la triste description que nous on infligé les médias de masse ?

  2. Pingback: [Grèce] La tempête de la révolte explose | LE JURA LIBERTAIRE | Radiopirate | Scoop.it

  3. kkk kamizol says:

    http://en.contrainfo.espiv.net/2012/02/05/kilkis-northern-greece-occupation-and-self-management-of-the-citys-general-hospital-by-the-workers/

    Un terrain d’entente avec ces KKonnards? Tu rigoles? La question qui se pose c’est plutôt de savoir ou se situent les militants du KKE par rapport à la direction, et s’ils suivront une nouvelle fois les consignes de pallier les faiblesses militaires du gouvernement, ou si enfin ils se solidarisent avec ceux qui veulent en finir.

  4. Pingback: Hu23##On action » Blog Archive » [Grèce] La tempête de la révolte explose | LE JURA LIBERTAIRE

  5. Hourra says:

    Y’a d’autres sources disponibles ? C’est avéré ? J’ai lu sur l’indy Athens (google trad, donc moyennement fiable) qu’une grève générale était prévue pour le 7 et le 11 février par la GSEE et ADEDY « contre le nouvel accord de prêt et les nouvelles mesures économiques » mais pas plus. Ils ont vraiment réussi à trouver un terrain d’entente avec le KKE ?

Comments are closed.