[Périgueux] Procès du squat éphémère

Militants du squat

Le collectif qui occupe le n° 23 du boulevard Bertran-de-Born était assigné hier au tribunal d’instance.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1326285581.jpg

Ils sont six à loger ou à passer régulièrement au numéro 23 du boulevard Bertran-de-Born, à Périgueux. Depuis novembre 2011, ce groupe, dans lequel on retrouve des personnes sans domicile fixe ainsi que des membres des groupes anarchistes et libertaires locaux, a élu domicile dans cette maison. Le collectif était assigné hier en référé, au tribunal d’instance, par le promoteur immobilier propriétaire des lieux, Foncier et Transaction du Périgord. Celui-ci explique vouloir démarrer la rénovation de ce bien acquis en mai dernier.

« Le foyer Lakanal n’accepte pas nos chiens. Cela nous a semblé une solution plutôt que de rester dehors », a expliqué un jeune couple. « Il y a une loi pour le droit au logement opposable, leur a rétorqué la présidente. La meilleure solution est de remplir un dossier et de saisir la commission de médiation. » Les squatters revendiquent aussi un projet « politique » avec la création d’un « espace de gratuité et de liberté », où l’on peut trouver une « friperie », un « point d’information pour l’usage des drogues », ou encore un lieu « d’affinage de fromage de chèvre ».

Le jugement a été mis en délibéré au 26 janvier. Ceux qui avaient occupé auparavant La Daudie ou les anciens Bains Douches sont repartis dans le calme. « Je leur ai conseillé une occupation bourgeoise », glisse leur avocat Me Lamazière qui plaide pour une égale valeur du « droit au logement », face au droit de propriété.

Leur presse (Marie Gasc, SudOuest.fr), 11 janvier 2012.

This entry was posted in Luttes du logement. Bookmark the permalink.