[Pétrole/Libye] La Mafia italienne garde son indépendance énergétique

Libye : les contrats pétroliers et gaziers d’ENI pas révisés

Les nouvelles autorités en Libye ont confirmé dimanche que la révision de contrats signés entre le géant pétrolier italien ENI et le régime déchu de Mouammar Kadhafi ne concernaient pas le pétrole et le gaz.

Le bureau du Premier ministre Abdel Rahim al-Kib avait semé le doute, en annonçant cette semaine une révision des contrats passés entre ENI et le régime Kadhafi, sans préciser si le gaz et le pétrole seraient touchés.

Pour éviter toute confusion, les contrats qui doivent être revus concernent des projets de développement durable, listés dans un protocole d’accord entre ENI et la Libye, a expliqué le bureau du Premier ministre dans un communiqué. Les accords pétroliers et gaziers ne sont pas concernés.

Dès l’annonce de la révision de contrats jeudi, un porte-parole d’ENI, interrogé par l’AFP à Rome, avait assuré que les contrats concernés étaient deux contrats relevant d’initiatives en matière sociale, n’ayant rien à voir avec le pétrole.

Nous n’avons pas le détail, mais cela peut-être par exemple la construction d’infrastructures, d’un hôpital ou d’un gymnase pour la communauté locale, avait expliqué Filippo Cotalini.

ENI est le premier producteur étranger en Libye. Début décembre, son directeur général, Paolo Scaroni, avait jugé impensable que les contrats conclus sous l’ère Kadhafi puissent être remis en cause par le nouveau régime.

Jeudi, néanmoins, M. Kib avait indiqué que les compagnies étrangères devaient prouver leur loyauté au peuple libyen en jouant un rôle significatif dans la reconstruction des villes détruites pendant le conflit terminé en octobre avec la capture et la mort de l’ancien homme fort Mouammar Kadhafi.

Assise sur les premières réserves d’Afrique, la Libye n’était sous Mouammar Kadhafi que le quatrième producteur du continent. La chute du régime a réveillé chez les compagnies l’espoir de nouveaux contrats et d’une augmentation de la production au-delà des 1,6 million de barils par jour.

ENI a redémarré sa production de pétrole en Libye le 26 septembre et a indiqué début décembre être revenu à 70% de son niveau d’avant-guerre, estimé à 280.000 barils par jour.

Leur presse (Agence Faut Payer, 1er janvier 2012)

This entry was posted in General and tagged . Bookmark the permalink.

1 Response to [Pétrole/Libye] La Mafia italienne garde son indépendance énergétique

  1. Pingback: Algérie Pétrole & Gaz News | | Deep ProspectDeep Prospect

Comments are closed.