[Tunisie] Le peuple de Thala déjoue un coup tordu de la racaille bureaucratique-policière de Tunis

À la fin octobre 2011, au même moment que se tenaient les élections pour l’Assemblée constituante, les habitants de Thala organisaient dans leur ville, par leurs propres moyens, un scrutin local, d’où est sorti un nouveau conseil municipal dont la liste des membres a été transmise au gouvernorat de Kasserine.

Ayant constaté la publication par le Journal Officiel de la République Tunisienne d’une liste différente de celle sortie des urnes — les huit premiers candidats arrivés en tête ayant été substitués par les huit autres arrivés derrière eux —, les Thalois ont protesté et exigé du gouverneur de Kasserine des explications. Celui-ci s’est alors défendu en affirmant avoir transmis à Tunis la liste que les Thalois lui avaient communiquée. Le gouverneur a ensuite téléphoné au Premier ministre et au ministère de l’Intérieur pour leur faire savoir que la liste publiée au JORT était erronée — ce que ces messieurs savaient évidemment très bien ! Il lui a, semble-t-il, été répondu qu’une nouvelle liste allait être publiée.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1321869031.jpg

Relayant les informations données à ce sujet par le site d’informations Attounisia, le blog Thala solidaire commente l’affaire ainsi : « La vraie liste des élus municipaux fut changée par une autre… Heureusement les efforts des habitants ont pu changer la donne… Bravo Thalois pour ce combat démocratique ! »

Sadok Abbassi, quant à lui, conclut par ces mots : « J’appelle tous les Thalois, femmes et hommes, à protéger leur ville des stratégies partisanes et des pestes idéologiques… Thala mérite mieux que cela… Si j’ai bien compris la liste des élus légitimes reprend sa légitimité… J’invite les personnes qui ont tenté ce coup d’État à s’excuser publiquement et à travailler pour le bien de Thala au lieu pour celui d’un Parti… Apprenez de l’Histoire : jusqu’à maintenant les partis politiques n’ont laissé à Thala que misère, corruption, tristesse, vol de ses richesses… Entre-temps nos jeunes n’ont aucun avenir et notre ville se métamorphose en une poubelle… Travaillons pour nos enfants, pour notre ville et évitons les pièges des partis politiques et des idéologies religieuses ou autres… »

(d’après Attounisia, blog Thala solidaire, page Facebook de Thala solidaire et post de Fadhel Raoufi sur le site Thala solidaire)

Courriel reçu le 20 novembre 2011.

This entry was posted in L'insurrection tunisienne et ses suites and tagged . Bookmark the permalink.