Répression à Nice

Mardi dernier, le 1er novembre à 7h du matin, les camarades Xabier U., Adrián A. et Miguel A. (de Pamplona-Iruña, Madrid et Logroño) ont été détenus avant les mobilisations qui devaient avoir lieu le même jour à Nice en relation au G20 à Cannes.

Leur voiture a été fouillée et leurs affaires séquestrées. Parmi leurs affaires : gants de travail, lunettes de protection, un piolet, deux crampons, deux bâtons pliables de randonnée et un couteau multifonction.

Mercredi, ils sont passé en comparution immédiate et ils ont été condamnés à 4 mois de prison chaqu’un et à une interdiction de la région des Alpes-Maritimes pour les 3 prochaines années pour “possession et transport d’armes de sixième catégorie et tentative d’organisation d’actes violents contre les personnes”. Est considérée comme arme de sixième catégorie tout objet susceptible d’être utilisé comme arme à un moment donné.

Ils se trouvent en ce moment dans la prison de Nice (12, rue de la Gendamerie) où ils resteront pendant tout le mois prochain.

Le procès a été partial, et on leur a demandé s’ils appartenaient à des mouvements sociaux, et s’ils participaient à des manifestations. On leur a demandé de justifier la façon dont ils avaient financé leur voyage et les motifs pour le faire. Le procès a été une farce, et l’idéologie libertaire des accusés a été déterminante pour leur condamnation.

Depuis Iruña on condamne cet acte abusif, et on désire exprimer notre solidarité à ces trois personnes qui vont souffrir cette peine à cause de leurs convictions politiques.

Infozone, 7 novembre 2011.

El pasado martes, 1 de noviembre, a las 7 de la mañana, detuvieron a los compañeros Xabier Urmeneta, Adrián Arcones y Miguel Albéniz (de Pamplona-Iruñea, Madrid y Logroño) antes de las movilizaciones que iban a tener lugar ese mismo día en Niza, en relación al G20 que se está celebrando en Cannes.

Registraron su coche y les quitaron las pertenencias. Entre éstas fueron determinantes para la condena: guantes de trabajo, gafas de protección, un piolet, dos crampones, dos bastones de senderismo extensibles y una navaja multiusos. El miércoles tuvieron un juicio rápido y han sido condenados a cuatro meses de cárcel cada uno, además de prohibirles la entrada en la región de los Alpes-Marítimos durante los próximos tres años, por “tenencia y transporte de armas de sexta categoría con tentativa de organizar actos violentos contra las personas”. Se consideran armas de sexta categoría: todo objeto que pueda ser utilizado como arma en algún momento.

Actualmente se encuentran ya cumpliendo condena en la cárcel de Niza (12 rue de la gendarmerie), donde permanecerán durante un mes. El juicio tuvo un tinte totalmente parcial, en el que se les preguntó si participaban en movimientos y organizaciones sociales, si asistían a manifestaciones, e incluso se les exigió que explicaran el modo en que habían financiado el viaje y los motivos que les impulsaban a realizarlo. El proceso ha resultado ser una farsa ejemplificante en el que en todo momento fue determinante la ideología libertaria de los condenados.

Desde Iruña queremos denunciar este hecho totalmente ilícito y mostrar nuestro apoyo a estas tres personas, que van a cumplir condena únicamente por sus convicciones ideológicas.

This entry was posted in Violences policières et idéologie sécuritaire and tagged , , . Bookmark the permalink.

3 Responses to Répression à Nice

  1. Pingback: Actions de solidarité avec les trois camarades arrêtés à Nice à Gap | le chat noir emeutier

  2. joe says:

    A FAIRE TOURNER D’URGENCE!

    « Parce qu’ils voulaient manifester contre le G20 à Nice, trois jeunes espagnols ont été arrêtés le 2 novembre 2011 et condamnés en comparution
    immédiate. Nous exigeons leur libération immédiate !

    Rendez-vous le lundi 14 novembre a 14 Heures devant le consulat d’Espagne
    CNT-AIT de Toulouse »

    http://www.cntaittoulouse.lautre.net/spip.php?article464

  3. darlidada says:

    Y aura t’il appel, (puisqu’il y a 10 j pour faire appel) ????
    Faites suivre la suite des événements, ….. si il y en a …. merci .
    Une preuve en trop que la sécurité n’est pas sécuritaire et que la justice est une boite de « farces » et attrapes ….

Comments are closed.