[Suisse] Émeutes antipolicières à Montreux, Lucerne et Zurich

Montreux Jazz Festival : heurts entre policiers et festivaliers

Les nuits de vendredi à samedi et de samedi à dimanche ont été la scène de violences contre les forces de l’ordre au Montreux Jazz Festival. Plusieurs blessés sont à déplorer, dont un relativement sérieusement, ainsi que des dégâts matériels, a annoncé la police vaudoise dimanche.

Le périmètre du Montreux Jazz Festival a été le théâtre de troubles pendant les nuits du weekend, du vendredi au dimanche. Lors des deux nuits, le scénario a été similaire : plusieurs groupes de festivaliers sous l’emprise de l’alcool s’en sont pris à des employés de la sécurité privée, puis aux policiers intervenant pour rétablir l’ordre.

De nombreux badauds ont fini par former une foule d’environ 300 personnes, dont certaines ont commis des actes de violence contre les agents de police, ainsi que des déprédations sur des véhicules. Ces violences ont nécessité l’intervention d’une septantaine de policiers.

Insultes et jets

Les policiers et agents de sécurité privée ont reçu des jets de bouteilles, des néons, cailloux, chaises ou encore des pièces détachées de bicyclettes, ainsi que de nombreuses insultes. Plusieurs sont légèrement blessés.

Un agent de sécurité privée a été blessé plus sérieusement à la tête et a dû être transporté à l’hôpital pour des soins et contrôles. De nombreux dégâts ont également été causés à des véhicules à deux roues parqués à proximité.

Onze personnes, dont deux mineurs, ont été interpellées dans la nuit de vendredi à samedi et dix dans celle de samedi à dimanche. Le procureur de service a été avisé et a ouvert une enquête contre les auteurs présumés de violences ou déprédations. La police a lancé un appel à témoins.

Leur presse (ats), 17 juillet 2011.

 

Des fêtes sauvages dégénèrent à Lucerne et Zurich

Deux fêtes sauvages ont mal tourné la nuit dernière. Une rave sur un site militaire à Lucerne a dégénéré en affrontements avec la police. À Zurich, une soirée illégale a aussi occupé les forces de l’ordre.

Une rave sur un site militaire à Lucerne a dégénéré en affrontements avec la police la nuit dernière, sans faire de blessés. Une soirée illégale sous un pont a aussi occupé la police à Zurich. Les fêtards sont devenus agressifs lorsque les agents ont emporté la sono.

La rave a commencé vendredi soir sur un site d’exercice de la caserne militaire. Des habitants s’étaient déjà plaints du bruit, a indiqué la police lucernoise. Hier soir, la soirée a repris sur le même pied en dépit de plusieurs interventions des autorités auprès des organisateurs.

À la suite de nouvelles plaintes d’habitants, la police a décidé de mettre un terme aux festivités en intervenant peu après minuit. Quelque 120 participants s’en sont pris massivement aux forces de l’ordre. Plusieurs véhicules de la police ont été endommagés.

Soirée sous un pont à Zurich

À Zurich, la police a mis fin à une soirée illégale la nuit dernière, en faisant usage de balles en caouchouc et de gaz lacrymogène. Aucun des 80 fêtards n’a été blessé, a assuré la police municipale.

Les agents ont remarqué vers minuit une fête sous le pont Duttweiler, dans le Kreis 4. Après avoir pris l’identité des organisateurs présumés, ils ont entrepris d’évacuer le matériel sonore. L’atmosphère s’est alors tendue et les policiers ont dû faire face à des jets de bouteilles en verre et de pierres.

La foule, « très agressive », n’a pu être contenue que grâce à des tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène, souligne la police. Le groupe a ensuite été dispersé.

Leur presse (LeMatin.ch), 17 juillet 2011.

 

Le Montreux Jazz Festivalse termine à coups de poing

Le dernier week-end du festival a été marqué par des échauffourées d’une rare violence.

Ce week-end, le Montreux Jazz Festival (MJF) 2011 s’est offert un bien triste final. Dans les nuits de vendredi à samedi, puis de samedi à hier, des scènes d’émeute ont gâché la fête sur les quais.

Selon la police cantonale, plusieurs groupes de festivaliers éméchés ont pris à partie les Securitas engagés par le MJF, puis des policiers intervenus pour tenter de rétablir l’ordre. De nombreux badauds ont fini par former une foule de 300 personnes. Certaines ont insulté et agressé physiquement les agents.

Ceux-ci ont été la cible de jets de bouteilles, de chaises, de cailloux ou encore de pièces de vélos. Il a fallu une septantaine de policiers pour ramener le calme. Onze personnes, dont deux mineurs de 15 et 16 ans, ont été interpellées lors de la première nuit d’émeute, et dix autres dans celle de samedi à hier. « Toutes sont domiciliées dans la région », précise Antoine Golay, répondant presse à la police cantonale vaudoise. Plusieurs membres des forces de l’ordre ont été blessés. Un agent de sécurité privé, touché à la tête, a dû être conduit à l’hôpital.

240’000 visiteurs

Si le bilan musical est réjouissant avec une fréquentation avoisinant 240’000 visiteurs sur les quais et dans les salles de concert, le bilan sécuritaire laisse, lui, à désirer. Quelques jours après l’ouverture du festival, des agents ont été bombardés à coups de noix de coco, volées sur un stand de cocktails. Cette première altercation a fait plusieurs blessés. Dans la nuit de mercredi à jeudi, les coups de poing ont volé au Jazz Café, lors d’une soirée hip-hop organisée par Couleur 3. Au cours de cette baston, des individus ont aspergé des agents avec un spray au poivre, objet pourtant interdit dans l’enceinte du festival.

Du côté de Police Riviera, on évoque une édition soutenue sur le plan de la sécurité, sans toutefois céder à un constat alarmiste. « Mais il y a clairement une différence dans le degré de violence, note Ruben Melikian, commandant de Police Riviera. Cela faisait des années qu’on n’avait pas connu de telles échauffourées. Et puis, ces derniers jours, nous avons eu affaire à des personnes qui n’hésitaient pas à s’en prendre aux forces de sécurité, ce qui n’était pas forcément le cas par le passé. » Pour Antoine Golay, « un cap a été franchi ce week-end. Par le nombre de personnes impliquées, mais aussi par la nature des objets jetés, dangereux pour la vie des agents. »

Concerts hip-hop

Mercredi, la bagarre avait éclaté lors d’une soirée hip-hop. Vendredi, lors des premières altercations du week-end, un concert hip-hop, réunissant Coolio et House Of Pain, était programmé à l’Auditorium Stravinski. Ces événements auraient-ils attiré des spectateurs particulièrement « chatouilleux » ? « On sait que ce type de soirée draine un public à risque, répond Antoine Golay. Mais il est difficile de dire s’il y a un lien. » Et Ruben Melikian d’ajouter : « Les artistes invités vendredi ne véhiculaient pas un message violent, mais le concert faisait tout de même l’objet d’une attention particulière. »

Le dispositif de sécurité prévu par le MJF suffit-il encore à un événement d’une telle taille ? Ruben Melikian insiste en tout cas sur l’excellente collaboration entre organisateurs, policiers et partenaires de la sécurité. « Malgré l’ampleur des violences, nous avons réussi à faire face ce week-end. L’organisation mise en place a fonctionné, et nous allons tirer les enseignements de ces événements. »

Les différents partenaires devront revoir leur copie pour prévenir de nouvelles violences de ce type. « Nous devrons discuter prochainement avec les organisateurs et mener une réflexion sur le dispositif policier », confirme Antoine Golay.

Leur presse (David Genillard, Tribune de Genève), 17 juillet 2011.

 

Violence entre policiers et festivaliers au Montreux Jazz

Des violences ont été commises à l’issue des concerts de vendredi et de samedi au Montreux Jazz Festival. Onze personnes, dont deux mineurs, ont été interpellées.

Le périmètre du Montreux Jazz festival a été la scène d’émeutes pendant les nuits du week-end du vendredi 15 au dimanche 17 juillet 2011.

Lors des deux nuits le scénario a été similaire. Plusieurs groupes de festivaliers sous l’emprise de l’alcool s’en sont pris à des employés de la sécurité privée engagée au profit de la manifestation puis aux policiers intervenant pour rétablir l’ordre. De nombreux badauds ont fini par former une foule d’environ 300 personnes, dont certaines ont commis des actes de violence contre les agents de la force publique, ainsi que des déprédations sur des véhicules.

Violences contre les forces de l’ordre

Les policiers et agents de sécurité privée ont subi des jets d’objets tels que bouteilles pleines ou vides, néons, cailloux, chaises, pièces détachées de cycles, etc, ainsi que de nombreuses insultes.

Plusieurs sont légèrement blessés. Un agent de sécurité privée a été blessé plus sérieusement à la tête et a dû être transporté à l’hôpital pour des soins et contrôles.

Dégâts matériels

De nombreux dégâts ont également été causés à des véhicules à deux roues parqués à proximité. Onze personnes (dont deux mineurs) ont été interpellées dans la nuit de vendredi à samedi, et 10 dans celle de samedi à dimanche. Le procureur de service a été avisé et a ouvert une enquête contre les auteurs présumés de violences ou déprédations.

(…)

Ces événements ont nécessité l’intervention d’une septantaine de policiers, pour moitié de Police Riviera et de toutes les régions de la gendarmerie vaudoise, à qui les enquêtes pour déterminer les responsabilités des fauteurs de troubles ont été confiées. La gendarmerie a également pu compter sur l’appui du détachement judiciaire de la police de sûreté présent sur les lieux de la manifestation, et d’inspecteurs de cette corporation pour mener les investigations.

Leur presse (LeMatin.ch), 17 juillet 2011.

 

Un commerçant du Montreux Jazz Festival : « C’était la guerre »

Vendredi et samedi, des jeunes venus « casser du flic » ont semé le chaos jusqu’à l’aube aux abords du Montreux Jazz. Ces violences à répétition inquiètent le chef de la police vaudoise.

Des dizaines de jeunes noyés dans la foule qui lancent sur les policiers des cailloux, des bouteilles, des roues et des selles de vélo ou même des chaises en les traitant de « fils de p… » : en quinze ans de Montreux Jazz Festival, Patrice n’avait jamais vu ça. Dans la nuit de vendredi à samedi puis dans celle de samedi à dimanche, le vendeur de churros était aux premières loges pour assister à ces émeutes antipoliciers. « À un moment donné, un gars a cassé sa bouteille à côté de moi et est reparti dans la foule avec le tesson à la main. Ça courait dans tous les sens. C’était la guerre ! » explique le commerçant en montrant ses vidéos des échauffourées.

Au final, malgré leur casque et leur bouclier, une demi-douzaine d’agents arborent encore hématomes et égratignures. Plus sérieusement touché, un Securitas a été hospitalisé pour une plaie ouverte à la tête.

Vendredi comme samedi, tout a commencé tard dans la nuit, lorsque des jeunes d’une vingtaine d’années, très alcoolisés et apparemment originaires de la région, s’en sont pris à des Securitas puis aux policiers venus les remettre au pas. Très vite, une foule d’environ 300 curieux s’est formée, et certains d’entre eux se sont mis à insulter les forces de l’ordre et à leur jeter des objets.

Arrêtés et relâchés, ils recommencent

Nicolas, un des 1200 bénévoles du festival, a assisté à ces scènes qui se sont déroulées entre 3 heures et 5h30 à l’est de l’Auditorium Stravinski. Elles ne l’ont pas étonné. « On sentait bien à leur attitude que certains festivaliers n’étaient venus que pour ça ! » Et une de ses collègues de commenter : « De vrais cas sociaux ! » Il faut dire que, parmi les onze jeunes (dont deux mineurs) interpellés par la police vendredi, plusieurs sont revenus samedi soir semer la même zizanie. À Montreux, le staff se pose la question : la justice a-t-elle vu juste en relâchant ces « fouteurs de m… » directement après leur interpellation ? Parmi la dizaine de jeunes arrêtés hier, certains avaient essayé de prendre les septante policiers présents à revers, en passant par les escaliers situés de côté. Avant cela, les agents avaient bloqué la rue passant devant les salles de concert espérant ainsi étouffer l’émeute. La tactique a fini par payer. Vers 5h30, aux premières lueurs du jour, la foule s’est dispersée, laissant derrière elle des deux-roues vandalisés et une vitrine cassée, celle d’un commerce du Montreux Palace. « Les forces de l’ordre ont canalisé cette émeute d’une violence jamais vue sur le festival », se félicite Ruben Mélikian, commandant de Police Riviera. « Ça a un peu gâché la fête de finir sur une telle fausse note », commente de son côté Matthieu Jaton, secrétaire général du Montreux Jazz Festival.

Jacques Antenen : « La multiplication des violences contre la police m’inquiète ! »

Voilà ce qu’inspire à Jacques Antenen la multiplication des violences à l’encontre des policiers, comme à Montreux, mais aussi à Lucerne et à Zurich, ce week-end. Le chef de la police vaudoise constate que la logique du hooliganisme sort de plus en plus des stades et le « sentiment d’impunité » des jeunes concernés y contribue. « On a à faire à des provocateurs qui viennent sciemment se défouler en cherchant la confrontation avec les policiers ou ceux qui représentent l’autorité. Et ce, tout en sachant qu’ils n’écoperont très probablement que de jours-amendes et souvent même avec sursis. » Jacques Antenen appelle ça le « syndrome de l’uniforme ». Ses hommes y sont par exemple confrontés tous les week-ends à Lausanne, à l’heure des sorties de boîtes. Il arrive aussi que des Securitas ou même des ambulanciers en pâtissent. « Pour ces fauteurs de troubles écervelés, l’événement sportif ou culturel n’est qu’un prétexte. Une poignée d’entre eux suffisent à semer le chaos. Qu’une manifestation festive et bon enfant comme le Montreux Jazz en fasse aujourd’hui les frais est inquiétant ! »

Leur presse (Laurent Grabet, Le Matin), 17 juillet 2011.

This entry was posted in Autodéfense and tagged , , , . Bookmark the permalink.

1 Response to [Suisse] Émeutes antipolicières à Montreux, Lucerne et Zurich

  1. Cette apport d’informations nous relatant les délices nocturne en hélvétistant nous laisse aborder la semaine avec un brin d’aise, le sourire aux lèvre avec l’assurance de toute notre sympathie aux trublions à qui nous souhaitons e genre.d’avoir un bel emploi de la semaine qui s’annonce comme ne manquant certainement pas de bonne perspectives ludiques du même genre.
    Nous reprenons et publions ce billet sur nos pages…
    Bien cordialement @ vous.
    Steph.
    http://nosotros.incontrolados.over-blog.com

Comments are closed.