Assaut policier à Chiomonte (Val Susa)

 

Gros déploiement de policiers à Chiomonte où l’assaut a été donné ce matin (lundi) à 8 heures. Une dure riposte des No TAV. À suivre en direct sur radio Blackout (Torino) et via Indymedia Piemonte.


http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309166580.png

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309166688.png

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309194178.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309194274.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309166351.png

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309204241.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309167212.png

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309166080.png

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309166023.png

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309166192.png

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309166709.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309165860.png

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309192522.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309204276.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309204320.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309204487.jpg

 

I contatti per seguire Radio blackout in streaming e per leggere gli aggiornamenti via Facebook

Il sito di Radio Blackout per ora è momentaneamente inagibile, per chi volesse ascoltare la radio in streaming i contatti sono:

http://stream.radioblackout.org/blackout-low.mp3
http://nerostream.net:8000/blackout-low.mp3
http://stream.teknusi.org:8000/blackout-low.mp3

Gli aggiornamenti vengono rilasciati sul facebook di blackout:

http://www.facebook.com/pages/Radio-Blackout-105250/55260639179

 

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309167285.jpg

 

Affrontements et lacrymogènes en Val de Suse : les forces de l’ordre investissent le presidio No TAV, les manifestants fuient dans les bois

Scontri e fumogeni in Val di Susa: le forze dell’ordine raggiungono il presidio No Tav, manifestanti in fuga nei boschi. La cronaca in diretta

Ore 9.35 – Le forze dell’ordine, due ore dopo avere forzato il primo sbarramento, sono arrivate sul piazzale della Maddalena di Chiomonte dove fino a poco prima c’erano centinaia di No Tav e hanno occupato l’area. I manifestanti si sono rifugiati nei boschi e di tanto in tanto esplodono grossi petardi.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309162023.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309162225.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309162358.jpg

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309162443.jpg

Ore 8.50 – Un corteo di mezzi della polizia e dei carabinieri sta avanzando dal blocco della centrale elettrica, rimuovendo mano a mano i blocchi stradali allestiti dai No Tav (in tutto una quindicina). Il corteo è preceduto dalla scavatrice e da poliziotti in assetto anti-sommossa. Non si ferma intanto il tam-tam del movimento in tutta la valle. A quanto si apprende starebbero confluendo a Chiomonte manifestanti da tutta la valle di Susa.

Sul ponte sul torrente Clarea alcuni attivisti No Tav gridano «vergogna vergogna», all’indirizzo delle forze dell’ordine e dei mezzi che devono allestire i cantieri. Dal presidio è giunta inoltre una richiesta di soccorso per un trentenne di nome Umberto che oggi avrebbe dovuto essere operato al cuore ma che voleva essere presente al momento dello sgombero del presidio di Chiomonte: a quanto si apprende ha solo a disposizione ormai l’ossigeno.
foto

Ore 8.15 – Lo scontro tra forze dell’ordine — che scortano i mezzi deputati ad aprire i cantieri dell’alta velocità Torino-Lione — e i manifestanti No Tav in Val di Susa è cominciato.

Gli agenti hanno sfondato stamattina la barricata eretta dai manifestanti alla centrale idroelettrica di Chiomonte (in provincia di Torino), mentre sono stati lanciati anche alcuni lacrimogeni.

I mezzi, scortati dalla polizia, sono arrivati in paese intorno alle 6 del mattino: all’alba una lunga colonna di veicoli delle forze dell’ordine e delle ditte incaricate di aprire i cantieri è stata avvistata in avvicinamento verso Chiomonte, dove già alle 4,30 presso il presidio No Tav era scattato l’allarme. Il segnale prestabilito di preallerta era costituito dal lancio di fuochi di artificio. Palpabile la tensione, con insulti da parte dei manifestanti all’indirizzo degli operai.

Nel frattempo, a quanto riferisce l’agenzia Tmnews, le forze dell’ordine hanno fatto irruzione anche dalla parte di Giaglione e il presidio dei No Tav è stato attaccato con idranti dei vigili del fuoco.

Intanto ieri sera circa tremila persone a Chiomonte hanno partecipato a una fiaccolata pacifica per esprimere il loro dissenso verso la partenza del cantiere per il tunnel della Maddalena, propedeutico ai lavori della Torino – Lione. Il lungo serpentone di fiaccole è partito dalla stazione della cittadina per poi confluire verso il presidio dei No Tav. In testa al corteo, composto anche da famiglie con bambini e anziani, c’era la statua della madonna del Rocciamelone. Al presidio, presso un pilone votivo, si sono poi fermate molte persone per tenere una veglia di preghiera e attendere lo sgombero annunciato.

Leur presse (Il Sole – 24 Ore), 27 juin 2011.

 

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309165383.png

 

27 blessés du côté policier

Tav: 27 feriti tra le forze dell’ordine a Chiomonte

Al momento ci sarebbero 27 feriti tra le forze dell’ordine impegnate nei tafferugli con i manifestanti durante l’intervento alla Maddalena di Chiomonte per installare il cantiere per la Torino- Lione. A quanto si apprende da fonti della Questura sarebbero 25 gli agenti della polizia feriti con conusioni varie, di cui cinque trasportati in ospedale a Torino. Ci sarebbero poi un militare della Guardia di finanza medicato sul posto e un carabiniere che ha riportato delle bruciature sul volto, anche lui medicato sul posto. Tutti i feriti al momento non risultano in gravi condizioni.

Leur presse (Adnkronos), 27 juin 2011.

 

Les opposants italiens au TGV Lyon-Turin ne désarment pas

Des affrontements ont eu lieu lundi matin dans le val de Suse au moment où les travaux reprenaient.

Des affrontements ont eu lieu lundi matin dans le val de Suse, dans le nord de l’Italie, entre des manifestants s’opposant au percement d’un tunnel de la future ligne à grande vitesse Lyon-Turin et les forces de l’ordre, a-t-on appris auprès du responsable du projet. « Les forces de l’ordre sont arrivées à 5 heures pour créer les conditions pour l’ouverture du chantier. Vers 7 heures, une partie des opposants ont commencé à attaquer la police de manière assez violente et la police a répondu en chargeant », a affirmé Mario Virano, commissaire gouvernemental en charge de la ligne à grande vitesse Lyon-Turin. « La situation est assez difficile sur le terrain », a-t-il ajouté.

Les « No Tav », nom des opposants à cette ligne ferroviaire, ont disposé des obstacles sur les routes permettant d’accéder au lieu du chantier et ont monté plusieurs campements afin d’empêcher le démarrage des travaux, a encore indiqué Mario Virano. Dimanche soir, quelque 2000 manifestants s’étaient rassemblés pour un défilé aux flambeaux dans le val de Suse afin de manifester leur opposition au chantier. Un responsable des opposants à la ligne ferroviaire n’était pas joignable dans l’immédiat par téléphone.

Subventions

Ce chantier, qui prévoit le creusement d’une descenderie à Chiomonte, dans la zone de la Maddalena, doit démarrer avant la fin du mois de juin, faute de quoi une partie des subventions européennes à la ligne Lyon-Turin ne sera pas versée. Dimanche, le ministre de l’Intérieur Roberto Maroni avait assuré que le chantier allait démarrer « d’ici le 30 juin ». « Le projet va se faire. Si ce n’était pas le cas, nous dirions adieu aux centaines de millions de subventions européennes, mais surtout aux connexions avec l’Europe, et ainsi nous dirions adieu à l’avenir », a-t-il mis en garde.

La France et l’Italie ont signé en 2001 un accord pour la construction de la ligne de TGV Lyon-Turin, jugée stratégique pour le réseau européen. Elle raccourcira le trajet entre Paris et Milan à 4 heures, contre 7, mais elle suscite une forte opposition dans le val de Suse. Son coût total est estimé à plus de 15 milliards d’euros, dont une partie financée par l’UE. Le creusement de l’ouvrage principal, un tunnel de 58 km de long dont 12 km en Italie, doit démarrer en 2013 pour une mise en service vers 2023.

Leur presse (LePoint.fr), 27 juin 2011.

 

Le ministre de l’Intérieur Maroni : « Les travaux pour le TAV doivent commencer, et commenceront »

Le ministre de l’Intérieur italien Roberto Maroni [appartenant à la Ligue du Nord, ndt] n’a pas de doutes : les travaux pour le TAV commenceront sans délai. « Le chantier débute le 30 juin], et l’œuvre se fait, sinon nous dirons adieu aux centaines de milions d’euros de contributions de l’Union Européenne, mais surtout aux liaisons avec l’Europe, et donc nous dirons adieu au futur », a dit Maroni dans un entretien au journal La Padania [organe du parti Lega Nord, ndt].

« Je ne crois pas que les gens qui s’opposent réussiront à arrêter le chantier, ils ne pourront pas le faire, parce que cela reviendrait à causer de très graves torts, aux générations futures surtout, cela voudrait dire, comme il a été calculé, faire perdre deux points de PIB au Piémont », dit Maroni. Aux critiques de type écologiste, Maroni réplique : « On a tout fait, un observatoire a été ouvert, toutes les évaluations nécessaires ont été faites », rassure le ministre. « Néanmoins il y a eu un refus de principe qui ne peut pas être accepté. »

Plus sévèrement le vice-ministre des Infrastructures Roberto Castelli [appartenant aussi à la Ligue du Nord, ndt] s’exprime lui aussi dans La Padania. Castelli définit les raisons adoptées par les No-TAV  comme « des conneries ». « Ce sont les mêmes radotages que ceux des écologistes à propos de n’importe quelle œuvre publique. » En réalité, soutient-il, « les derniers irréductibles restés s’en fichent du TAV. C’est devenu le prétexte pour une compétition contre l’État. Partisans contre État nazi : ils sont désormais hors de la réalité. » Sans le TAV, avertit Castelli, l’Italie serait « coupée des grands trafics internationaux. Sans compter les pertes dans la guerre contre le chômage, qui se mesureraient par centaines de milliers de postes. Chaque milliard dépensé — souligne le ministre — produit 20 mille postes de travail. »

Dans l’article « Les extrémistes les plus durs arrivent pour provoquer des affrontements violents », le journal parle de certains « rapports en possession du ministère de l’Intérieur » selon lesquels on apprend que « les No-TAV ont activé une série d’initiatives pour contrecarrer l’arrivée sur place des forces de l’ordre et le début des travaux ». « On voit avec évidence une grosse mobilisation des centres sociaux les plus durs de la constellation insurrectionaliste nationale, prêts à soutenir la bataille du Val de Suse avec des actions dures et violentes. » Les contestataires auraient planifié l’utilisation de « sentinelles » et  de « caméras », et auraient planifié « le bloquage préventif des artères routières » pour entraver les déplacements des forces de l’ordre. Toujours selon les informations en possesion du ministère, continue l’article, « ce n’est pas exclu que les No-TAV puissent créer des désordres y compris à Turin avec l’objectif d’y attirer la police pour réduire l’impact des forces de l’ordre dans la vallée ».

Traduit de l’italien – Leur presse (La Repubblica), 26 juin 2011.

 

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1309165421.jpg

 

Italie (Piémont) : Appel de la République Libre de la Maddalena NoTAV

Depuis environ un mois, en Val de Suse, est née et vit la République Libre de la Maddalena. Beaucoup plus qu’un rassemblement mis en place pour empêcher la réalisation du chantier pour le tunnel exploratif fonctionnel au TAV Turin-Lyon. Un territoire libéré, qui n’apparaît sur aucune carte du consensus. Un territoire dans lequel les gendarmes et la police ne rentrent pas. Dans lequel on partage de la bouffe, des débats, de la musique et la construction des barricades. Un espace soustrait à la souveraineté de l’État. Un espace dans lequel on vit mieux que dans les petites cellules métropolitaines, dans la réclusion domestique devant la télé, dans les rues vides de rencontres et fourmillantes de marchandises. Le Progrès nous y avons déjà goûté, et ça ne nous a pas plu. Au sein de cette République Libre, qui s’agrandit d’une barricade à l’autre, se renouvellent la fraternité, la proximité, la communauté des Alpes rebelles. La lutte contre le TAV c’est, de fait, la lutte contre toute la classe dominante qui le veut, le défend, l’impose. Elle est en voie de devenir la lutte de l’union contre l’État.

Nous invitons les amants de la liberté à nous rejoindre. Contre le TAV. Pour défendre un territoire libéré, au risque d’en être expulsés dès dimanche 26 juin. C’est l’heure !

Des camarades de la République Libre de la Maddalena

Traduit de l’italien (Informa-Azione), 24 juin 2011.

This entry was posted in Aménagement du territoire - Urbanisme and tagged , . Bookmark the permalink.

1 Response to Assaut policier à Chiomonte (Val Susa)

  1. Xyz says:

    beaucoup, il faut beaucoup d’œufs remplis de peinture acrylique : jetés sur les pare-brises, ils empêchent de voir et ça sèche vite. Le cas de la défonceuse, ici, aurait donné une bonne illustration : le « jaune » aurait été aveuglé.

    Et beaucoup jetés à la va-vite, peuvent désarçonner des troupes : indolores, inodores (encore que), colorant ! (qu’on se souvienne des jets de flèches dans les films de Robin des bois, pour dire… artillerie)

    La pression hydraulique passe par des tubes de métal et des durites renforcées, mais durites quand-même… attention : c’est chaud et il y a beaucoup de pression.

Comments are closed.