[Lyon] Liberté de circulation, ouverture des frontières

Dans la nuit du 6 au 7 juin, des affiches ont été collées à Lyon sur le consulat d’Italie, revendiquant l’arrêt des politiques migratoires des États français et italiens.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1307708074.jpg

Nous dénon­çons l’ins­tru­men­ta­li­sa­tion des réfu­giés de Lampedusa, dési­gnés comme des envahis­seurs de l’Europe par des poli­ti­ciens racis­tes.

Des migrants qui fuient leur pays, sou­vent au péril de leur vie. Les plus mal­chan­ceux se retrou­vent enfer­més dans des camps de réten­tion comme à Lampedusa ou à Saint-Exupéry. Les autres se débrouillent pour sur­vi­vre, main d’œuvre à bas prix contraints à la doci­lité de par leur clan­des­ti­nité. Ils sont la cible d’actes racis­tes de la police, de la mafia et d’une partie de la popu­la­tion comme pen­dant les pogroms anti-Rroms ou les émeutes de Rosario.

Cette poli­ti­que migra­toire qui trans­forme les migrants en « clan­des­tins » sert les inté­rêts des États euro­péens à plu­sieurs titres :
— Des boucs émissaires res­pon­sa­bles de tous les maux sur qui on peut reje­ter la faute.
— Une psy­chose entre­te­nue au moyen de la « peur de l’inva­sion » par la classe poli­ti­que pour mieux divi­ser, contrô­ler et gou­ver­ner.
— La cons­ti­tu­tion d’une réserve de tra­vailleurs tailla­bles et cor­véa­bles à merci dont le patro­nat dis­pose à sa guise pour faire bais­ser l’ensem­ble des salai­res.

http://pix.toile-libre.org/upload/original/1307708092.jpg

Nous récla­mons des papiers pour tous ou pour per­sonne. La garan­tie de droits fon­da­men­taux pour les migrants. Des lieux pour que les migrants puis­sent s’orga­ni­ser poli­ti­que­ment et défen­dre leurs droits dans leur quo­ti­dien.

On ne peut pas encen­ser les révo­lu­tions tuni­sienne et égyptienne d’un côté, et de l’autre refu­ser l’accès au ter­ri­toire euro­péen.

Liberté de circulation, ouverture des frontières.

Rebellyon, 10 juin 2011.

This entry was posted in Les révoltes des migrants and tagged , , . Bookmark the permalink.