« Le plus gagnant de ce scrutin est le triptyque qui ronge l’Égypte, la pauvreté, l’ignorance et la maladie »

RÉFÉRENDUM EN ÉGYPTE, DEUXIÈME PHASE

Après la première phase du référendum sur la nouvelle constitution Talbani des Ikhwan qui s’est déroulée en Égypte le 15 décembre dans 10 gouvernorats, les Frères et leurs alliés ont été choqués par les résultats et décidé d’user de toutes les formes de fraudes connues et inconnues jusque là pour balancer les résultats de la seconde phase avec une forte majorité en faveur du OUI.

En effet, les 44% de NON au cours de la première phase en dépit de toutes les irrégularités constatées, étaient loin des 86% des OUI annoncés et souhaités, voire certifiés par les chefs des Ikhwans avant le scrutin, ce qui aurait pu leur permettre de parler avec confiance d’un consensus national et d’écraser leurs adversaires en les faisant taire.

C’est ainsi qu’au cours de la seconde phase du scrutin qui eut lieu le samedi 22 décembre ; le Oui l’a emporté à 76% dans l’ensemble des gouvernorats du Sud de l’Égypte, à Fayoum, moyenne Égypte, il a même atteint 96%. Dans les gouvernorats du Deta et de la côte, les résultats sont ahurissants. Les trois gouvernorats très peuplés, Guizah et Qualioubéya (Région du Grand Caire) et Monouféya, cœur du delta, qui sont déterminants dans tous scrutins, le Oui l’a emporté avec une majorité relative dans les deux premiers et le Non à peine dans le troisième. Ma famille est originaire de Mounouféya, des cousins étaient sur place depuis dix jours dans la capitale, Chibine Al Kom ; et dans les villages avoisinants. Ils m’ont appris que les autorités ont coupé le courant électrique depuis 18 heures et jusqu’à l’heure de fermeture des bureaux de vote à 23 heures. Manœuvre diabolique décriée et dénoncée par les médias et les activistes, qui se produisit dans les trois villes du Canal de Suez, Port Said ; où les Oui et Non sont à peu près à égalité, Ismailya et Suez où le OUI l’a emporté à plus de 60%, contrairement à tous les pronostics.

Dans le reste des 17 gouvernorats concernés par cette phase, l’achat ostentatoire des voix, le vote collectif en assurant le transport des votants et en remplissant les bulletins à leur place à l’extérieur des bureaux, l’orientation des votants à l’intérieur et à l’extérieur des bureaux, et le rejet des bulletins négatifs trouvés par dizaines dans les toilettes et autres endroits ont été pratiqués.

Les organisations des droits de l’homme et les représentants des partis politiques qui ont noté toutes ces irrégularités ont souvent échoué à les enregistrer auprès des présidents des bureaux de vote qui les refusaient systématiquement. Certains ont établi des procès verbaux pour avoir des preuves légales à faire valoir auprès de la justice pour annuler ce scrutin, ces mains courantes  sont au nombre de 500.

J’ai moi-même obtenu l’autorisation d’assister comme observatrice au déroulement du scrutin et au dépouillement dans un bureau de vote situé dans un quartier résidentiel pour classes moyennes et aisées sur la rive ouest du Caire. Je n’ai relevé aucune irrégularité, ça s’est passé dans le calme et le résultat était Non à 76% ; En fait nous étions quatre observateurs externes, je me suis demandée, si des Frères ou leurs proches étaient à notre place, avec aussi des fonctionnaires de la même couleur politique, ils auraient pu au moment du dépouillement mettre les bulletins négatifs, dans la liasse des Oui, ou se débarrasser tout simplement des premiers et fausser le résultat. C’est ce qui a du avoir lieu dans les bureaux du Sud, en particulier les villages reculés, très nombreux, qui n’ont pas bénéficié de l’attention accordée au milieu urbain.

Mais indépendamment des fraudes mises en évidence, force est d’avouer, que le plus gagnant de ce scrutin est le triptyque qui ronge l’Égypte, la pauvreté, l’ignorance et la maladie ; et ce sera comme ça tant que les forces politiques libérales et de gauche n’ont pas compris qu’il faut centrer leurs efforts sur les régions les plus démunies. La seconde remarque qui s’impose, concerne le taux de participation qui s’est limité à près de 31% dans les deux phases. Ce qui signifie que 70% des Égyptiens ont boycotté ce scrutin, ceci mérite méditation. La troisième remarque est que les jeunes, c’est à dire la tranche d’âge entre 18 et 32 ans, qui s’est fortement mobilisée dans les rues et places pendant 4 semaines, pour crier son refus du Dostour, de ceux qui l’ont élaboré et du scrutin, étaient les plus grands absents des longues queues, tant celles des femmes que des hommes.

Le premier résultat  annoncé pour  les deux phases, est taillé sur mesure, un tiers Non et deux tires OUI. Il ne correspond pas tout à fait à la réalité de la contestation, mais c’est comme cela que les Ikhwans l’ont voulu. Les autres forces vont-elles accepter le fait accompli ou continuer le combat juridique pour faire annuler le scrutin et la constitution, rien n’est moins sûr. En témoigne la déclaration de Hamdin Sabahi — ex candidat à la présidentielle,  fondateur du courant populaire et membre du Front du salut national, qui essuya un échec patent dans son fief (le gouvernorat de Kafr Al Cheikh, plus de 60% OUI) — selon laquelle « il faut accepter les résultats du scrutin quels qu’ils soient ».

Pour conclure, je dirai que ce résultat, même avec 80% de OUI, ne représente pas une victoire pour les Ikhwans, car il va falloir qu’ils répondent aux attentes de leur public, qui a surtout dit oui pour la stabilité et la prospérité promises à grand renfort des prêches dans les mosquées. Mais ces gens là vont très rapidement déchanter, car les Frères seraient à court de liquidités lorsqu’ils seront amenés à appliquer immédiatement les conditions du FMI, partie remise pour après le plébiscite.

Galila El Kadi – Mailing, 23 décembre 2012

Ce contenu a été publié dans L'insurrection égyptienne et ses suites, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à « Le plus gagnant de ce scrutin est le triptyque qui ronge l’Égypte, la pauvreté, l’ignorance et la maladie »

  1. Yomgui dit :

    Avec un taux de participation de 32%, la ‘victoire’ des ‘Frères musulmans’ est très très relative …
    Voir le texte ‘Référendum en Egypte : Les Frères Musulmans désavoués’ :
    http://communismeouvrier.wordpress.com/2012/12/23/referendum-en-egypte-les-freres-musulmans-desavoues/

Les commentaires sont fermés.